Accueil » News » Haute-Garonne, Ariège et Aude: le duo de cambrioleurs s’installe en twingo

Haute-Garonne, Ariège et Aude: le duo de cambrioleurs s’installe en twingo

  • par

le nécessaire
Le duo de cambrioleurs a voyagé en twingo et a parcouru jusqu’à 450 kilomètres la nuit pour voler des concessionnaires automobiles, des cliniques vétérinaires et des pharmacies en Ariège, Haute-Garonne et Aude. Mais la twingo les a fait repérer puis les a défiés.

« Une twingo à 800 € »: c’est donc la voiture qui a été utilisée par Abdelakh B…, 35 et Zohair T…, 34 dans les premières semaines de cette année pour commettre une trentaine de cambriolages à Toulouse, dans les petites villes de l’Ariège, Haute-Garonne et Aude. La liste est longue. Une pharmacie à Pinsaguel, le 17 février. Un autre à Fronton, quelques jours plus tard. Et à Escalquens, le soir même. Un garage à Léguevin, la nuit suivante. Le siège du club de tennis Castelnau-d’Estretefonds, dans la nuit du 28 au 29 février. Une clinique vétérinaire à Fonsorbes, dans la nuit du 3 au 4 mars. Les deux hommes ont admis qu’ils avaient joué avec un tournevis pour briser les sorties de ces sociétés avant de voler … ce qu’ils avaient trouvé. L’ancien matériel informatique préféré. Le second ne s’intéressait qu’à l’argent.

La voiture était trop bavarde

Mais leur Twingo a finalement été remarquée par les enquêteurs après l’effraction chez un concessionnaire automobile à Mirepoix. Les caméras vidéo de la municipalité ont enregistré le passage fréquent de la voiture à cet endroit. Il était alors situé à Labarthe-de-Rivière, où une autre concession a été rompue. Même chose à Fonsorbes. Les enquêteurs sont ensuite autorisés à géolocaliser le véhicule. Twingo sera suivi à partir de fin février. Le 10 mars, les deux hommes ont été arrêtés à Colomiers, tout comme Nadia, la compagne de Zohair T …, propriétaire officiel du véhicule. « C’était le mien, mais nous l’avons tous les deux utilisé », explique la jeune femme à la barre. On ne mettrait pas nos deux noms pour une twingo à 800 €. « 

« Pour l’école privée des enfants »

Les deux cambrioleurs, entendus par les détectives, reconnaissent rapidement leur blâme pour ces cambriolages. Zohair T … les reconnaît même tous, ou presque. Abdelakh B …, seulement vingt. Parfois, ils manquent de mémoire. « Nous nous perdons », admet l’un des deux hommes. « Un de plus en moins: je ne vais pas vous dire que ça change les choses », résume le Président du Tribunal, Hervé Barrié. Mais Zohair soutient vigoureusement: son partenaire ne savait rien, même si l’argent volé était utilisé pour « payer la facture du couple, payer l’école privée des enfants ou faire des courses ». Il admet: « J’avais besoin d’argent. » Abdelakh B … avoue pour sa part: « J’aimerais pouvoir vous dire la même chose ». Il n’y a pas de pénurie d’argent et aucune explication pour ces voyages de nuit réguliers. « Une montée d’adrénaline », explique l’avocate Sarah Nabet-Claverie. « Je ne me comprends pas », soupire le cambrioleur.

Consulté le 30 juin

Parlant d’actes « graves » et de dommages graves – environ 80 000 € au total, le parquet a exigé trois ans de prison contre les deux hommes et Nadia, pour complicité, pour quatre mois de prison avec sursis. Les jugements sont jugés lourds par les avocats. Mme Séverine Bouchaib, Jacques Derieux et Sarah Nabet-Claverie. Les trois avocats ont également contesté la légalité des géolocalisations, qui n’auraient pas été autorisées dans les formes requises. Ce qui raccourcit considérablement la liste des crimes reprochés aux deux hommes. Consulté le 30 juin.