Accueil » News » Testez l’Axiom, le simulateur d’amplificateur de Blue Cat Audio

Testez l’Axiom, le simulateur d’amplificateur de Blue Cat Audio

  • par

Aujourd’hui, après le « Dinosaur » Revalver, nous passons à un outil beaucoup moins connu et beaucoup plus récent, l’Axiom de Blue Cat Audio.

Contrairement à de nombreux autres fournisseurs de plug-ins de simulation, Blue Cat, une petite société informatique audio basée en région parisienne, n’est pas liée à un fabricant historique de matériel de guitare. Elle a été fondée par Guillaume Jeulin, musicien « simple » et développeur passionné. De plus, les premières productions étaient des plug-ins d’effets génériques et des utilitaires destinés aux producteurs et « home studists », en plus des plug-ins de très bonne qualité et ont commencé à se faire un nom. monde informatique musical.

A … Aaaaa …. AXIOM!

… Soyez bénis! Hmm. Ce n’est pas le moment de plaisanter sur la pâte.

Une fois sur le site de l’éditeur, vous pouvez télécharger le logiciel et vous verrez un prix de 199 €, ce qui est certainement un montant à dépenser, mais qui reste dans la moyenne basse des prix de ce type de logiciel (Overloud TH-U et Helix Les natifs sont beaucoup plus chers, par exemple). Veuillez noter, mais nous développerons plus tard qu’Axiom peut être considéré comme un bundle car il contient les plugins de la marque ReGuitar, Destructor et Late Replies.

L’installation est rapide et facile, nous choisissons les formats de plug-ins préférés (VST, VST3, AAX, AU, pour ceux qui ne reçoivent rien, j’y reviendrai un jour dans un article), nous lancerons, et c’est marre de.

Je me suis meurtri

L’interface logicielle, tout en bleu comme tous les produits de la marque, semble facile à lire et regroupe toutes les fonctions sur le même écran. Sur mon écran 2K, certains boutons sont un peu petits, mais je vois rapidement une petite icône avec une loupe: l’interface peut être ajustée pour s’adapter à la lisibilité de chacun. Bien!

Viennent ensuite les modules de notre système: un module « amplificateur » central, un bloc pour accueillir les effets de l’amplificateur, un bloc pour loger derrière, un bloc d’entrée (entrée) et un bloc de sortie (sortie), chacun composé de slots pour les effets, ainsi que les contrôles de niveau et un tuner. Jusque-là, tout est simple et on trouve rapidement les éclaireurs qui nous permettent de charger ou sauvegarder nos presets ou d’accéder aux réglages d’usine. Il y en a un pour le monde et un plus spécifique à la simulation d’ampli qui n’est rien d’autre que le plugin Destructor de la marque.

Quoi d’autre ? oh oui, avec le module de sortie, un limiteur et un contrôle « spread » déterminent la largeur stéréo de notre signal de sortie. Nous pensons que le développeur a une culture mixte et pas seulement la guitare, ce qui est une bonne chose!

Enfin, au dessus des modules principaux, une bande avec deux modules A et B et un bouton « mix », suggère que l’on puisse concevoir et mixer deux rigs dans le même preset ou même passer de l’un à l’autre. sinon … c’est très intéressant!

Une interface chargée mais bien organisée

Cinquante mille nuances de bleu

Bon pour commencer doucement, je clique sur la bannière des presets et là … ouffff! Je n’avais pas moins de 469 préréglages guitare et basse répartis en 15 fichiers. Sans compter les presets internes dans Destructor et autres modules. Je dois dire que trop de choix tuent le choix, et parmi les quelques-uns que j’ai recherchés et testés, il y en a beaucoup d’utilisation ou de qualité douteuse. Blue Cat, si tu me lis, purifie tout ça!

Afin de ne pas perdre de temps, j’abandonne rapidement l’exploration des presets et décide donc de construire quelques sons, bien sûr en manifestant de l’intérêt pour l’amplificateur, Destructor, qui est tout simplement le module central « amp » de l’interface globale.

Super Wolf Destructor!

(Pour ceux qui n’ont pas la référence pour le titre de ce chapitre, voir le sketch « les gosses » des Inconnus)

Destructor est donc le module central d’Axiom, celui qui enregistre l’aspect visuel d’un ampli, changeant selon les presets, avec les réglages classiques d’égalisation, de gain et de volume. Base bien connue des guitaristes pour ce premier mode d’utilisation directe.

Cependant, s’il y a une partie d’Axiom qui nous rappelle que Blue Cat n’est pas une culture de guitariste, c’est Destructor. En effet, ici point d’émulation, ni algorithmique ni convolution, le module est basé sur de multiples techniques d’égalisation et modules de saturation, également pour la simulation de HP. Cliquer sur l’icône « E » du module vous amène à l’édition avancée et là … puisque les possibilités sont énormes, la plupart d’entre nous, je pense, seront perdus. Plus de références structurelles à de vrais amplis, nous sommes dans un contexte d’édition sonore qui sera plus familier aux amateurs de synthés. Blue Cat propose également une édition du son de l’ampli via un outil appelé « tone map », où nous plaçons plusieurs amplis sur une « map » et déplaçons un curseur pour changer le son. Cela me rappelle encore des instruments du monde de la synthèse, comme l’Omnisphère ou le Kaoss Pad. Les connaisseurs l’apprécieront, les traditionalistes entreront dans le PLS.

Niveau sonore, comment dites-vous que … Destructor est aussi spécial. Même si les presets s’inspirent d’amplificateurs bien connus, nous sommes loin de l’émulation. Ce n’est pas mal du tout parce que la réponse de Destructor au jeu du guitariste est étonnamment naturelle et dynamique, mais je dirais que nous ressentons brutalement l’absence d’une véritable simulation de HP et qu’une mauvaise utilisation de l’égaliseur, en plus d’être très sensible, peut conduire rapidement à un son assez … fort. Il manque l’ouverture, l’espace, et en particulier en gain élevé on garde un grain un peu sec et serré avec des aigus un peu « nid d’abeille » comme on dit.

Du coup, Destructor n’est pas parfait pour moi en tant que pur simulateur d’ampli, mais là encore c’est un excellent outil créatif pour ceux qui aiment expérimenter, même pourquoi ne pas utiliser Axiom pour autre chose que des guitares. Les possibilités sont infinies, elles nécessitent juste un peu de temps … non, beaucoup de temps.

Ah, ça change Gain / Bass / Mid / Treble …

HOPOPOPOPOP Vous souvenez-vous des gens qui faisaient semblant de quitter la pièce? Ce n’est pas parce que Destructor est un ampli bizarre qu’Axiom perd tout intérêt pour la guitare … et je vais vous expliquer pourquoi, soyez patient!

Félin aux autres

Axiom a en effet une fonctionnalité que j’ai déjà survolée dans Revalver mais cela change tout: c’est un hôte de plugin. Chaque slot d’effet peut charger les modules intégrés au logiciel, ainsi que tout plugin VST ou VST3 installé sur votre ordinateur! En d’autres termes, si vous n’aimez pas Destructor, vous pouvez insérer votre émulateur préféré sur l’un des emplacements, mais aussi dire un simulateur HP d’un développeur tiers (comme Wall of Sound, par exemple aléatoire) sur le Destructor pour le rendre réaliste et donner de l’espace.

Vous êtes donc libre d’utiliser vos sons préférés tout en continuant à profiter des autres fonctionnalités et modules d’Axiom. En particulier, comme je vous l’ai expliqué, la possibilité de mélanger et de transférer deux rigs différents dans le même preset, ainsi que l’implémentation midi complète des paramètres d’effet (via une fonction LEARN qui rend la configuration très simple) et les changements de programme . Axiom peut donc facilement servir de «base» à la construction d’une plate-forme orientable à midi, et pourquoi pas vivre!

Le chat miaulant

Donc, indépendamment de Destructor, j’ai pris le temps d’explorer un peu la qualité sonore des autres modules. Il y a de la nourriture et des boissons, mon impression générale est que les réglages possibles sont parfois (franchement) excessifs, ce qui rend les réglages un peu délicats, notamment sur les effets de drive et de modulation. Mais avec un peu de temps, vous passez de très bons résultats. J’aime vraiment le chorus, les compresseurs, certains disques.

Cependant, en déconnant, nous commençons à comprendre les plugins intégrés qui augmentent considérablement la valeur ajoutée d’Axiom:

– Reguitar qui fonctionne un peu sur le même principe que la pédale Keyztone Exchanger et vous permet d’accéder à d’autres configurations de micros depuis la même guitare. Tout bien considéré (on n’a toujours pas le son Telecaster d’une Les Paul), c’est très intéressant voire assez impressionnant sur les sons de guitare acoustique!
– Late Replies, un plugin Reverb and Delay qui offre de très belles sonorités et des délais multi-tap complexes, en soi c’est presque un multi-effet qui peut créer des motifs rythmiques, des boucles et des effets sur les répétitions … encore une fois, nous ont un plug-in ultra-complexe difficile à comprendre, mais heureusement les (trop) nombreux presets sont sympas et rapidement utilisables.

Oui, ce n’est « que » le module Delays!

Blue Cat Audio Axiom acoustique

Voici un extrait audio d’Axiom Acoustic:

Blue Cat Audio Axiom bass

Voici un extrait sonore de la basse Axiom:

Blue Cat Audio Axiom crunch

Voici un extrait audio du crunch d’Axiom:

Câble Blue Cat Audio Axiom

Voici l’extrait sonore du lead Axiom:

Blue Cat Audio Axiom Rhythm

Voici l’extrait sonore du rythme Axiom:

Remarque sur les exemples: Malgré l’utilisation possible de plugins tiers dans Axiom, j’ai choisi de vous présenter uniquement des sons qui fonctionnent avec les modules internes. Le résultat est meilleur si nous ajoutons d’autres choses, mais à mon avis, le test perdrait du sens et de l’utilité.

Conclusion

J’ai vraiment passé du temps à écrire ce test pour vous car Axiom est un OVNI dans le domaine des plugins de guitare. La reproduction sonore des simulations d’amplis, si elle peut être agréable tant que nous y passons du temps, n’est vraiment pas ce que nous qualifierions de réaliste. Les inconvénients de tout le reste en font un véritable monstre, une usine à gaz ultra-riche en capacités où nous pouvons intégrer ses simulations préférées pour compenser la faiblesse du logiciel. J’ai été étonné par Reguitar et Late Replies, le premier pour son réalisme en guitare pseudo-acoustique, le second pour ses possibilités créatives presque illimitées.

Axiom n’est donc pas vraiment pour le guitariste rock qui veut un outil simple et efficace pour la maison, mais plutôt pour le compositeur home studio qui ajoutera une arme formidable à son arsenal créatif.

Remarque: Blue Cat a annoncé que ses nouveaux plugins Re-Head (optimisation du casque) et AcouFiend (simulation de rétroaction) seront bientôt intégrés dans Axiom.

Plus

– Puissance
– Fonctionnalités innovantes et complètes
– Qualité des plugins inclus (Reguitar, réponses tardives)

Le moindre

– Module amplificateur complexe et irréaliste
– Nombre excessif et inutile de préréglages
– La complexité au sommet de ses capacités, pas pour tout le monde