Accueil » News » Amortissement comptable – Cours de comptabilité

Amortissement comptable – Cours de comptabilité

  • par

Amortissement comptable

Dans cet article, nous abordons le sujet de l’amortissement. Nous verrons la définition de l’amortissement, puis ses fonctions, ainsi que les bases de calcul.

Vous pouvez retrouver gratuitement toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube.

1 / Définition

L’amortissement est la comptabilisation de l’amortissement final en raison de l’utilisation, du temps ou de l’obsolescence des immobilisations corporelles (comme un véhicule) ou des immobilisations incorporelles (comme un brevet).

Cette observation a lieu à la fin de chaque exercice.

2 / Fonctions

L’amortissement a trois fonctions:

– 1. comptabiliser les pertes de valeur pour répartir le coût initial sur la durée de vie utile de l’actif;

2. Fournir à l’entreprise les moyens nécessaires pour renouveler l’actif inutilisable en constatant des dépréciations de charges d’exploitation. Du fait de l’amortissement, cette augmentation des coûts conduit à une diminution du résultat distribué, et donc à sa rétention dans les ressources de l’entreprise. L’amortissement est donc une source d’autofinancement. Par exemple, au moyen de l’amortissement, nous pouvons réserver de l’argent pour remplacer les véhicules tous les cinq ans.

– 3. Évitez de laisser des valeurs surestimées dans les livres comptables qui contiendraient des valeurs supérieures à leur valeur réelle. L’amortissement fait partie du résultat. Gardez à l’esprit que l’amortissement n’est pas une dépense non monétaire et n’est pas une réserve de liquidité. L’amortissement est utilisé pour répartir la perte de valeur d’un actif sur plusieurs exercices afin d’ajuster sa valeur et de réduire l’impact de son remplacement, par exemple en fin de vie.

3 / Base de calcul

Examinons maintenant les points suivants:

Les coûts d’acquisition constituent la base de l’amortissement.

Pour le calculer, nous ajoutons le prix d’achat aux surcoûts (montage, transport, etc.). Tous les montants pris en compte sont toujours hors TVA.

Les autorités fiscales recommandent d’appliquer des taux différents selon la nature de l’actif.

Quelques exemples:

Bâtiments 20 à 50 ans 2 à 5%

Bâtiments légers 10 à 15 ans 0 à 6,66%

Disposition 5 à 10 ans 10 à 20%

Équipements de production 5 à 10 ans 10 à 20%

Moyens de transport 4 ou 5 ans 20 ou 25%

Matériel de bureau 5 à 10 ans 20% à 10 ans

Meubles Souvent 10 ans 10%

Matériel informatique Souvent 3 ans 33%

On pense que votre ordinateur est obsolète après trois ans et sera donc radié. En moyenne, une entreprise renouvelle son équipement informatique tous les trois ans. Chaque année, l’entreprise est dépréciée de 33% sur une période totale de 3 ans. Le mobilier est assorti aux tables, chaises et armoires. Le matériel de bureau est un équipement amortissable tel que des chaises de bureau. L’équipement de bureau correspond aux véhicules tels que les camions et les camionnettes. L’équipement de production correspond aux machines de production. Les arrangements sont, par exemple, des arrangements commerciaux. Par exemple, les bâtiments légers correspondent à des hangars, tandis que les bâtiments sont des bâtiments dits lourds.

Nous notons qu’une entreprise n’investit pas tout son équipement au 1er janvier de chaque année. Dans le cas d’une acquisition en cours d’année, la première dépréciation court du jour de la mise en service à la date de clôture de l’exercice. C’est pro rata temporis. Il peut être calculé en jours en divisant le nombre de jours par 365 ou 360, ou en mois entiers en divisant le nombre de mois par 12.

Par exemple, nous achetons un nouveau véhicule à partir du 30 juin. Il en coûte CHF 20 000. Nous commençons par une dépréciation de 4 ans, soit CHF 5 000 par an. Nous ne soustrayons pas 5000 CHF la première année, car il a été acheté en milieu d’année. Nous amortissons donc la moitié, soit 2500 CHF.

Amortissement linéaire

L’amortissement annuel est constant sur la durée de vie de l’actif.

L’exemple de la voiture dans la vidéo précédente a montré que nous déprécions chaque année le même montant, caractérisant ainsi une dépréciation linéaire.

Avec une formule mathématique, nous pouvons calculer ces derniers:

a = V / N ou a = V * t

a est la dépréciation annuelle.

V est la valeur d’acquisition, c’est-à-dire la valeur de l’actif enregistré en immobilisations (dans les comptes de classe 2). Cette valeur est la base amortissable et correspond au coût d’achat de l’investissement. Le prix d’achat comprend à la fois le prix d’achat hors TVA et les frais d’achat (frais d’installation et de montage, frais de port, frais d’assurance, TVA non remboursable).

N est la durée de vie utile probable.

t est le taux d’amortissement obtenu à partir de la durée de vie utile probable (100 / N).

Par exemple, si un ordinateur nous coûte 600 CHF, la dépréciation annuelle peut être calculée en divisant 600 par 3 ans, ou en multipliant 600 par 33%, soit une dépréciation annuelle de 200 CHF.

Lorsque l’achat du bien a lieu au cours de l’année, la dépréciation annuelle sera constante, sauf la première et la dernière année selon la règle du prorata temporis.

Nous utilisons un plan d’amortissement pour calculer notre amortissement. Il s’agit d’un tableau qui montre la dépréciation annuelle consécutive (ou la valeur dépréciée chaque année) et les valeurs comptables nettes (ou le montant restant à déprécier).

Par exemple, le 1er janvier 2016, nous achèterons un véhicule neuf d’une valeur de 20 000 CHF que nous rembourserons sur une période de 5 ans.

Chaque année, nous débitons 20% du montant investi, soit 4000 CHF.

La valeur résiduelle, ou le montant restant à amortir, diminue chaque année.

En prenant le même exemple, lorsque nous achetons le véhicule le 1er juillet 2016, nous devons calculer notre amortissement annuel et nos valeurs résiduelles, en tenant compte du pro rata temporis.

Amortissement décroissant

En réduisant l’amortissement, vous pouvez amortir davantage au cours des premières années de la vie du bien.

Le taux d’amortissement est égal au double du taux qui s’applique pour le calcul de l’amortissement linéaire. Ce taux est calculé annuellement sur la valeur résiduelle de la propriété.

Par exemple, si nous nous basons sur une période de 5 ans en utilisant la méthode linéaire, nous déprécions de 20%. Par conséquent, avec la méthode du solde dégressif, nous amortissons chaque année une double dépréciation de 20% ou 40%.

Prenons un exemple pour illustrer ces mots:

Nous préparerons le plan dégressif d’une machine-outil acquise par notre employeur le 17 juin 2016. La durée de vie probable est de 5 ans.

Le prix d’achat est de 100 000 CHF hors TVA.

Valeur: CHF 39’000.- en 5 ans = 20% par an

Amortissement annuel linéaire: 100 000 CHF * 20% = 20 000 CHF

Taux dégressif: 40%

Nous nous amortissons sur une période de 5 ans, soit 20% par an. Amortissement linéaire

soit donc 100 000 francs x 20% ou 20 000 francs par an.

Nous avons donc un taux décroissant de 40%.

Nous complétons le tableau de solde dégressif sans tenir compte du pro rata temporis, donc sans tenir compte de l’achat en milieu d’année.

Nous appliquons toujours la dépréciation de 40% à la valeur résiduelle de l’année

ancien.

Nous annulerons la totalité de la valeur résiduelle en 2020.

Voici encore des vidéos explicatives avec des exercices accessibles depuis le cours de comptabilité sur notre plateforme e-learning:

Nos valeurs au service de votre réussite:

DEMANDE D'INFORMATION