Accueil » News » L’Afrique fera face à la pandémie jeudi 11 juin

L’Afrique fera face à la pandémie jeudi 11 juin

  • par

L’Afrique avait 210.153 cas confirmés de coronavirus le jeudi 11 juin. Le Covid-19 a coûté la vie à 5 692 personnes sur le continent, selon le Centre africain de prévention et de contrôle des maladies. Les pays les plus touchés par la pandémie sont l’Afrique du Sud (55 400 cas), l’Égypte (38 300), le Nigéria (13 900), l’Algérie (10 500), le Ghana (10 400), le Cameroun (8 700) et le Maroc (8 500).

  • La pandémie «  accéléré Sur le continent, selon l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé note que s’il avait fallu 98 jours à l’Afrique pour atteindre les 100 000 cas, il n’aurait fallu que 18 jours pour atteindre les 200 000 patients testés positifs pour Covid-19. Le directeur régional de l’OMS, Matshidiso Moeti, ajoute que la contamination intracommunautaire se produit désormais dans plus de la moitié des 54 pays africains.

L’un des principaux défis continentaux reste le nombre insuffisant de tests. Cependant, le médecin botswanais estime que rien n’indique que le nombre de cas graves et de décès soit largement sous-estimé. Mais  » en attendant un vaccin efficace, je crains que nous devions vivre avec une augmentation régulière dans la région Avertit Matshidiso Moeti.

L’Afrique n’enregistre actuellement que 3% des cas dans le monde. Une situation qui, selon l’OMS, peut s’expliquer par la jeunesse de la population continentale, mais aussi par les mesures sanitaires aux frontières qui existent déjà dans le cadre de la lutte contre les épidémies d’Ebola, notamment la fièvre hémorragique. En outre, ajouter à RFI Issaka Tiembré, de l’Institut National d’Hygiène Publique de Côte d’Ivoire,  » le fait que la maladie ait été expliquée ailleurs a permis aux pays africains de se préparer « 

  • L’Union africaine annonce une plate-forme continentale pour les fournitures médicales

L’idée est de  » débloquer la chaîne d’approvisionnement Afin que l’Afrique puisse acheter les outils nécessaires pour lutter contre le virus, a déclaré le Dr John Nkengasong, directeur du Centre africain de prévention et de contrôle des maladies (CDC Afrique). Le Camerounais promet que les 55 membres de l’UA auront accès à 90 millions de tests au cours des six prochains mois (à répartir selon des critères démographiques). L’organisation panafricaine contactée  » plusieurs fournisseurs En Chine, en Europe et ailleurs dans le monde.

Le patron du CDC dit également  » Encourage vraiment la Tanzanie à travailler ensemble En partageant ses données sur le nouveau coronavirus SARS-Cov2.  » Nous restons optimistes Il insiste: le nombre de dossiers officiels reste bloqué à 509. Président John Magufuli a déclaré dimanche 7 juin que son pays avait éliminé le virus par des pouvoirs divins.

  • Être enfermé ou perdre son emploi: des mineurs congolais pris dans une pince

Onze organisations congolaises et internationales de la société civile, dont Amnesty International et Human Rights Watch, défient les sociétés minières République Démocratique du Congo. Les ONG soulignent un  » image inquiétante »: Alors que le monde, l’Afrique et la RDC sont confrontés à une pandémie, certaines entreprises n’hésitent pas à forcer leurs salariés à rester sur les sites d’extraction 24h / 24 et 7j / 7 ou risquent d’être licenciés.

Cette pratique de confinement forcé a été observée dans « au moins six sites miniers » au cours des deux derniers mois selon une lettre envoyé le jeudi 11 juin à 13 entreprises et aux gouvernements provinciaux de Lualaba et Haut-Katanga (sud-est). Il s’agit notamment de la Sino-Congolaise des Mines (SICOMINES), de la Compagnie Minière de Musonoie (COMMUS), de Somidez (mine Deziwa), de Kalukundi Mining (LAMIKAL), de la mine Kamoa-Kakula et de Kalumbwe mining Myunga (MKM).

Plus généralement, les organisations de défense des droits de l’homme constatent le manque de protection du personnel contre le coronavirus, ainsi que les conditions de vie de ceux qui doivent s’enfermer sur place (toilettes insalubres, chambres exiguës, manque de nourriture et d’eau). Les ONG appellent les sociétés minières à faire du bien-être de leurs employés une priorité et à mettre fin à leurs politiques de compression.

Le rez-de-chaussée de la RDC regorge de matières premières telles que le cuivre et le cobalt. leAfrique du Sud, il est spécialisé dans le platine, le chrome, l’or et les diamants. Ressources dont la production a diminué de 47% en avril (-18% en mars) par rapport au même mois l’an dernier. Les mines à ciel ouvert reprennent leurs travaux début mai, tandis que les mines souterraines ont dû attendre le 1er juin pour retrouver leur capacité maximale. Mais les syndicats sud-africains sont préoccupés par le risque de contamination dans un environnement où les distances sociales sont difficiles à respecter. À ce jour, 821 cas ont été signalés dans les mines en Afrique du Sud.

  • Les agents de santé à Madagascar étaient inquiets

Manque de ressources, manque de formation, manque de reconnaissance et de compensation financière, l’union paramédicale de la Grande Île sonne l’alarme dans la lutte contre Covid-19. Les infirmières, les soignants et les sages-femmes se considèrent comme insuffisamment préparés et protégés contre la maladie qui a déjà tué 10 personnes et infecté 1203 personnes. Vingt infirmières parmi elles, mais compte tenu des quelques tests, ce chiffre est probablement sous-estimé.

«  Les conditions de base ne sont pas réunies pour faire face à la pandémie, se plaint de RFI Jerisoa Ralibera, infirmière dans un hôpital de la capitale et présidente du syndicat paramédical. Parfois, il y a un dysfonctionnement des équipements de protection dans les centres de santé ou le centre réutilise des équipements de protection jetables tels que des pardessus ou d’autres équipements qui peuvent être désinfectés. Il y a également un nombre insuffisant d’ambulanciers paramédicaux qui s’occupent des malades dans la communauté. Des manifestations sont prévues le vendredi 12 juin.

  • Le Tchad s’inscrit pour tester un traitement

le Tchad souhaite participer à la phase de test d’un éventuel traitement contre Covid-19, sous forme de solution injectable. Le directeur adjoint du cabinet du président Idriss Déby, Abdelkrim Idriss, était à l’aéroport d’Ivato à Antananarivo dans la soirée du mercredi 10 juin, avec le ministre malgache des Affaires étrangères Djacoba Tehindrazanarivelo. N’Djamena est venue chercher une nouvelle cargaison Organiques Covid, la boisson offerte par les autorités malgaches comme traitement préventif et curatif de la maladie causée par le nouveau coronavirus. Cette boisson était  » une expérience positive au Tchad Selon Abdelkrim Idriss, Cité par L’Express de Madagascar.

  • En Côte d’Ivoire, les autorités resserrent la vis

Alors que le nombre de cas Covid-19 augmente fortement en Côte d’Ivoirele gouvernement renforce les barrières: fermeture des frontières jusqu’au 30 juin; porter un masque obligatoire et mieux contrôlé; davantage de contrôles également à l’entrée et à la sortie du Grand Abidjan, toujours isolé du reste du pays; réunions autorisées jusqu’à 50 personnes (contre 200 auparavant).

  • La presse africaine minée par les conséquences d’une pandémie

abeille Nigeria, Le poinçon et Premier plan, deux des plus grands journaux du pays ont annoncé des réductions drastiques fin mai, notamment des dizaines de licenciements dans leurs salles de rédaction en raison de la crise sanitaire. Les responsables syndicaux des journalistes nigérians ont insisté Président Muhammadu Buhari mettre en place des secours d’urgence pour les médias dans le besoin. Mais beaucoup craignent que cette situation de dépendance ne fasse qu’augmenter l’ingérence politique.

abeille Kenya, certains médias ont réduit leurs salaires de moitié. Dans le même temps, face à la rapidité et à la gravité de la crise, l’appel à l’aide des professionnels de l’information au gouvernement a augmenté. En réponse, le 6 juin, le Kenya a dévoilé la création d’un fonds spécial d’environ 900 000 € appelé  » historique Pour aider quelque 150 diffuseurs à traverser la tempête.

ABEILLE Madagascar, la presse écrite et audiovisuelle est soumise aux exigences d’information officielle. Gouvernement par Andry Rajoelina qui a forcé les médias à diffuser les annonces des autorités sur la pandémie dès le début de la crise des coronavirus a encore intensifié l’ingérence.  » Le régime utilise cette exigence pour diffuser des messages de propagande L’AFP assure Nadia Raolimanalina, responsable du service d’information télévisée MBS et directrice de l’édition du journal Le quotidien et No Vaovaontsika.

En raison des conséquences de la crise sanitaire Ouganda, une importante société d’impression de journaux hebdomadaires a cessé ses activités. Dans Namibie, les calendriers ont été raccourcis et les plans de licenciement ont été accélérés. abeille Cameroundes journaux privés ont même organisé une journée «presse morte» pour remédier au manque de réponse du gouvernement.

  • Fabriqué en … Ouganda et Ghana

Dans Ougandale constructeur automobile Kiira Motors produira des appareils de respiration artificielle. Le ministre ougandais de la Santé a fait cette annonce sur le réseau social Twitter, déclarant  » fier de voir que de telles innovations viennent de nous Et attend avec impatience de voir ces respirateurs Bulamu dans les services spéciaux pour les patients Covid-19 et autres patients qui en ont besoin.

abeille Ghana, neuf entreprises espèrent faire valider leurs kits de test dans un délai de huit semaines pour aider le pays à faciliter les mesures de lutte contre la propagation du nouveau virus corona. Parmi eux, Incas Diagnostic travaille également avec d’autres développeurs en Afrique du Sud, au Cameroun, au Nigéria et au Sénégal pour mettre en place une application pour surveiller les personnes à haut risque d’infection par le virus.

Notre sélection sur le virus corona