Accueil » News » Le gouvernement soutient le secteur de l’aviation

Le gouvernement soutient le secteur de l’aviation

  • par

C’est l’aviation. Le gouvernement a présenté le plan de relance du secteur le mardi 9 juin, qui a été désactivé par l’épidémie de Covid-19. Le trafic aérien arrêté, les commandes d’avion repoussées «  à 80 ou 90% Bruno Le Maire, a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances. Le plan, estimé à 15 milliards d’euros (dont les 7 milliards d’euros de prêts accordés à Air France au début de la crise), combine le court et le long terme.

Développer un soutien financier aux exportations

L’aviation française représente 300 000 emplois directs et indirects dont  » un tiers peut disparaître en six mois sans le soutien du gouvernement Selon Bruno Le Maire, pour éviter le nombre maximum de licenciements, les compagnies aériennes peuvent reporter le remboursement de leurs crédits à l’exportation de 12 mois, ce gain de trésorerie est estimé à 1,5 milliard d’euros pour les entreprises.

→ LIRE. Aviation: un plan de soutien de 15 milliards d’euros au secteur

Le gouvernement a également proposé à la Commission européenne d’introduire une flexibilité temporaire dans le remboursement des achats d’Airbus par les compagnies aériennes au sein de l’OCDE. Ces derniers peuvent attendre dix-huit mois au lieu de six avant de commencer à rembourser leur crédit. Les mesures relatives à l’activité partielle devraient également être étendues.

Le levier du commandement militaire

Les marchés publics constituent un autre levier de soutien.  » La majorité des entreprises du secteur sont à deux volets, avec deux images, civile et militaire. C’est une opportunité Florence Parly, secrétaire des forces armées, a noté. Les commandes prévues ultérieurement ont été accélérées pour remplacer les équipements existants. Trois A330 seront achetés et convertis en avions d’approvisionnement de la Force aérienne; huit hélicoptères Caracal remplaceront l’actuel Puma, qui a en moyenne quarante ans. Au total, l’ordre public est évalué à plus de 800 millions d’euros.

Pour aider à consolider le secteur, le gouvernement met en place deux fonds. Le premier est un fonds d’investissement qui a reçu 500 millions d’euros cet été: 200 millions apportés par l’État, 200 millions par les industriels Airbus, Dassault, Safran et Thalès, et 100 millions par un gestionnaire de fonds de train. sélectionnable par appel d’offres. Ce dernier lèvera encore 500 millions d’euros sur les marchés. Au total, les milliards d’euros de fonds d’investissement, qui seront opérationnels à partir de juillet, devraient renforcer les fonds propres des PME et ETI du secteur.

Le deuxième fonds, financé par l’État à hauteur de 300 millions d’euros sur trois ans, est un fonds de soutien destiné à compenser le ralentissement des entreprises françaises de robotisation et de numérisation par rapport à leur allemand ou italien homologues. .

Écologisation des objectifs

L’aviation, comme le secteur automobile, est sur le point de devenir plus verte. Malgré la crise  » ce serait une erreur de réduire les dépenses de recherche et développement, il est maintenant temps d’investir Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a déclaré: la France compte 35 000 ingénieurs aéronautiques: des compétences qu’elle souhaite conserver.

Le budget alloué au Conseil de recherches en aviation civile (Corac) va plus que doubler cette année et atteindre 1,5 milliard d’euros en trois ans. Ce soutien devrait accélérer le remplacement de l’A320, actuellement l’avion commercial le plus vendu au monde, d’ici 2030. De plus, le gouvernement attend un prototype d’avion dans environ sept ans. « zéro carbone », qui s’achèvera en 2035, avec dix ans d’avance sur le calendrier initial. La technologie privilégiée est l’hydrogène.

 » C’est une des traces possibles, tout comme les carburants synthétiques Dit Philippe Petitcolin, PDG de Safran, qui produit les moteurs de 70% des avions court et moyen-courriers dans le monde. Le leader salue l’action du gouvernement, mais rappelle que  » l’incertitude n’a jamais été aussi grande. En septembre on ne sait pas si les avions peuvent voler «