Le + polisario +, de plus en plus isolé malgré le soutien de son mentor algérien (Agence de presse argentine)

La décision de la justice espagnole d’utiliser le + polisario + et ses partisans pour utiliser ses slogans et bannières dans les espaces publics et l’itinéraire emprunté par les séparatistes fin mai à l’occasion des célébrations de la Journée mondiale de l’Afrique qu ‘”il est L’Algérie devient de plus en plus difficile de soutenir le séparatisme au Sahara marocain “, écrit” Total News “.

Dans un article intitulé “Le Front Polisario de plus en plus seul”, le politologue argentin Adalberto Carlos Agozino souligne que “malgré les efforts de la diplomatie algérienne, le polisario perd rapidement son soutien international” alors même que “l’apparition d’un solide mouvement de dissidence “au sein des camps de Tindouf, gérés par les séparatistes en Algérie, complique les tâches” chimériques “des séparatistes et de leurs mentors algériens.

Ces derniers ont été profondément choqués par “l’affaiblissement perçu de la position internationale de l’Algérie à la suite des bouleversements internes qui ont provoqué le coup d’État militaire qui a mis fin à la dictature de vingt ans d’Abdelaziz Bouteflika, les élections gaspillées tenues par Abdelmadjid Tebboune, un simple représentant de l’establishment militaire, qui a conduit la présidence et poursuivi la mobilisation de la rue à la demande du mouvement Hirak pour exiger plus de libertés et de démocratie dans le pays “, précise l’auteur de l’article.

En outre, selon cet universitaire et expert argentin en science politique et en questions stratégiques, la récente création du “Mouvement sahraoui pour la paix (MSP), qui exige le respect des droits de l’homme à Tindouf et les différends avec le polisario concernant la diaspora sahraouie “.

A ce “dur revers juridique pour les séparatistes”, selon “Total News”, le “coup diplomatique” est ajouté par la ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Arancha González Laya, qui l’a publié à l’occasion de la Journée de l’Afrique. Le compte Twitter de son département présente une carte de l’Afrique avec les drapeaux de tous les États membres officiels de l’Union africaine à l’exception de ceux du pseudo “rasd”.

Et pour conclure qu’une diplomatie active, menée par le Maroc depuis plusieurs années, dirigée par SM le Roi Mohammed VI, a fait du Royaume “un vote de référence sur des questions telles que la protection de l’environnement, la défense des migrants africains ou la propagation des un islam tolérant loin de l’extrémisme “et a montré l’importance du rôle du royaume et de ce qu’il” peut apporter au développement, à la stabilité et à la paix en Afrique “.