Rue du Commerce: la stratégie du e-commerçant après le rachat par ShopInvest

MAINTENANCE / Rue du Commerce a changé de propriétaire fin mai. ShopInvest a acheté le site de haute technologie au géant Carrefour et prévoit de le redémarrer à la lumière de la concurrence. Le réalisateur, Hugues Pitre, fait le point.

ShopInvest a annoncé le 25 mai l’acquisition de Rue du Commerce auprès de Carrefour, après des mois de négociations et avec une ambition: en faire la référence française de la haute technologie et des maisons connectées. Le géant de la grande distribution avait annoncé en novembre 2019 la vente de la rue du Commerce, l’un des tout premiers sites de e-commerce français fondé en 1999 et racheté en 2016, dans le cadre de sa réorientation alimentaire. Le montant de la vente n’a pas été débloqué.

ShopInvest en est un pure player e-commerce fondé en 2011, dont on a particulièrement parlé en achetant le spécialiste de la vente par correspondance, 3 Suisses, en 2018. Sinon, le portefeuille comprend 9 sites orientés bien-être général et mode de vie comme MenCorner, Bijourama, Lookéor, Comptoir de l’Homme, Declik Deco … Avec Rue du Commerce, les deux fondatrices, Karine Schrenzel et Olivier Gensburger, veulent se diversifier dans le monde de la haute technologie.

Hugues Prite, un ancien Amazon qui a rejoint Rue du Commerce pour devenir administrateur en mars 2019, était chargé de mener à bien le projet de repositionnement du nouvel actionnaire. Pour Numérique, il revient sur la situation actuelle, les nouvelles ambitions du site e-commerce et ses armes pour venir titiller les géants que sont Amazon et Fnac Darty.

Hugues Pitre, directeur général de la rue du Commerce. © RDC

Hugues Pitre, directeur général de la rue du Commerce. © RDC

NUMÉRIQUE – Dans quel état êtes-vous des deux mois de détention que nous venons de traverser? Avez-vous profité de cette période spéciale ou avez-vous limité la casse? –

HUGUES PITRE – Le confinement a été un moment très spécial pour tout le monde. Il est trop tôt pour tirer des conclusions. La sécurité de nos employés était primordiale. Nous avions anticipé la situation de l’inclusion en mettant en place des outils de télétravail. Il y a également eu un impact direct sur les retours de produits et le service après-vente, qui passe normalement par des points relais. La fermeture de ce dernier a affecté le service après-vente et nous avons dû licencier les équipes dédiées. Nous avons vu avec nos partenaires qu’il y avait aussi des questions sur la logistique, le transport et les restrictions qui devaient être résolues. Nous travaillons avec des partenaires qui ont trouvé leurs ressources assez rapidement, nous avons pu retrouver une situation quasi normale. Tout était concentré sur certains transporteurs. Les 15 premiers jours ont été une phase d’ajustement. La demande a diminué au cours de cette période. Et puis tout s’est progressivement remis en place. La demande a fortement progressé dans certaines catégories de produits liés au télétravail: PC, écrans, webcams, tablettes, routeurs, répéteurs WiFi, etc. Cependant, la téléphonie n’était pas très dynamique. La demande a ensuite été transférée au jardin par beau temps. Les petits électroménagers en ont également profité (pain, machines à coudre, etc.).

Pensez-vous pouvoir faire la différence avec Amazon, Fnac Darty ou Boulanger? –

La différenciation dépend de la réponse donnée aux clients. Face aux généralistes, il faut avoir des produits plus complémentaires, plus de profondeur de catalogues, d’assortiments. Il existe également un axe de collaboration. Nous avons des joueurs qui complètent les fichiers sur notre site et des clients experts qui répondent aux questions. Les résultats sont plutôt encourageants.

Quant au package de récupération, une première évaluation? –

Objectivement parlant, il est difficile de donner des chiffres de nos jours. Vous devez attendre au moins un an pour acheter. Nous avons maintenant 9 mois, nous devons donc attendre encore quelques mois pour avoir une vue complète. Les téléphones, les composants et les ordinateurs sont les plus affectés par ce package. Nous travaillons en partenariat avec un partenaire, SPB Services, spécialiste des produits de seconde vie avec des ateliers de révision. Ce sont eux qui les ont remis en circulation. Nous avons révisé des produits sur notre site mais ils ne sont pas issus de ce circuit. Le reconditionnement nécessite un volume standard pour être durable.

Rue du Commerce, combien y a-t-il d’employés actuellement? –

Ce sont des informations que nous ne partageons pas.[Selon[Selon[Volgens[SelonLes ultrasons, l’entreprise comptait environ 350 employés fin 2019; Note de l’éditeur]

Le nombre d’employés changera-t-il lors de la reprise?

Pour toute question concernant l’échange, veuillez contacter ShopInvest.

ShopInvest s’est fixé un objectif de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires sur cinq ans. Comment comptez-vous vous y rendre? –

Vous devez avoir une ambition. Nous sommes dans des secteurs prometteurs, en croissance régulière, mais c’est un défi. [Le chiffre d’affaires de 2019 était de 251 millions d’euros. Le nouvel actionnaire prévoit donc de le doubler en cinq ans. Dans son dernier rapport d’activité, Carrefour indique que l’activité de Rue du Commerce s’inscrivait “toujours en décroissance” au premier trimestre 2020, NDLR]