Accueil » News » Mesures de déconférence de la phase 2 pour les établissements d’enseignement supérieur

Mesures de déconférence de la phase 2 pour les établissements d’enseignement supérieur

  • par

© Capture d’écran de BFMTV

Après l’enseignement primaire et secondaire, il est temps pour l’enseignement supérieur. Dans un communiqué, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) présente les mesures de la deuxième phase de déconfinancement des établissements, entrée en vigueur le mardi 2 juin.

« Le
les réouvertures doivent impérativement être réalisées dans le respect des gestes
obstacles à la protection de la santé de tous, des étudiants et du personnel
Emplacements  »
prévient MESRI.

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, fournit d’abord des informations sur la formation professionnelle. Activités liées à la formation professionnelle, « Qu’il s’agisse de formation continue ou d’études professionnelles », reprend les cours en classe.

Au début de l’année académique 2020-2021, le ministre indique également que l’administration s’inscrit « Sera ouvert sur rendez-vous ou sur invitation ».

De plus, les bibliothèques universitaires et les centres de documentation s’ouvriront complètement. « Les étudiants ont accès aux salles informatiques de leur établissement, sur rendez-vous ou convocation de leur université ou école » précise le communiqué de presse.

Enfin, pour les doctorants, ils peuvent désormais l’avoir
libre accès aux laboratoires auxquels ils sont rattachés.

Ils peuvent reprendre les activités des étudiants en formation initiale  » régulièrement «  Début septembre, « Sous réserve de modifications de la situation sanitaire ».

 » Un cadre
une réglementation stabilisée est essentielle  »

À la suite des annonces du ministère, l’Association des directeurs et gestionnaires des bibliothèques et de la documentation universitaires (ADBU) a répondu dans un communiqué daté du 3 juin.

Pour elle, il « Peut difficilement être imaginé » de rouvrir les BU dans les conditions actuelles. « Un cadre réglementaire stabilisé est essentiel » pour trois raisons principales:

  • Matériel: Dans un contexte de crise sanitaire, la réouverture des bibliothèques universitaires nécessite une révision des dispositions relatives aux espaces de lecture et de travail, ainsi que la circulation et le recalcul des compteurs d’accueil.
  • de l’organisation: la reprise des activités et la présence de personnel sur le terrain est progressive, conformément aux dispositions nationales en période d’urgence. Il fait partie du plan de chaque établissement dont les bibliothèques sont un service.
  • financier: la réouverture des BU entraîne des coûts supplémentaires liés aux services de nettoyage et de désinfection et aux équipements de protection.

Enfin, l’association rappelle que les BU sont très fréquentées et que le risque sanitaire est important. Elle a demandé à MESRI de donner aux BU tous les moyens de fournir des services jusqu’aux vacances d’été et ainsi préparer la prochaine rentrée scolaire.

Les annonces successives, sans consulter les associations professionnelles compétentes ou en tenant compte des plans de relance des entreprises des établissements où les services documentaires sont enregistrés, ne participent pas à la sérénité nécessaire aux besoins des communautés universitaires « Arrêtez l’ADBU.