Accueil » News » Entre le marteau de la crise économique et l’enclume des inégalités du système

Entre le marteau de la crise économique et l’enclume des inégalités du système

  • par

Aujourd’hui, le monde traverse une crise sanitaire mondiale aux conséquences socio-économiques sans précédent. Une grande partie des familles dont les enfants sont formés dans les réseaux scolaires français sont durement touchées. Les parents d’élèves des écoles françaises de Tunisie souhaitent clarifier leur position sur les mesures annoncées unilatéralement par Son Excellence l’Ambassadeur, Olivier Poivre d’Arvor, qui enregistre l’application des frais de scolarité tout en ignorant les différents appels et demandes de discussion à ce sujet, réalisée par l’Apeesft (Association des parents d’élèves des écoles françaises de Tunisie).

Une distinction doit être faite entre deux allégations: la réponse de SE l’ambassadeur confond les deux. Les réponses données à l’un ne résoudront pas l’autre.

Réclamez d’abord : la réévaluation pour tous les parents de la facture pour le troisième trimestre 2020 au prorata des heures recommandées et pédagogiquement fournies par le ministère de l’Éducation. Cette affirmation n’est nullement une question d’efforts du personnel enseignant. Au contraire, le travail des enseignants est loué. Il s’agit simplement de modérer les affirmations qui confirment que les enfants apprennent comme s’ils étaient à l’école, mais différemment.

Volume horaire actuel par rapport au volume horaire habituel

Dans ces circonstances exceptionnelles, la continuité éducative est un outil mis à la disposition des enfants pour assurer la continuité de l’apprentissage. Malheureusement, le volume horaire de suivi pédagogique ne correspond pas au contrat signé entre l’établissement et les parents, ce qui peut justifier une réduction de la facture du troisième trimestre valable pour tous les parents au prorata du volume horaire recommandé par le ministère de la Éducation tenant compte de l’absence de l’environnement et des services scolaires en face à face et dispensée efficacement par l’école. Le ministère de l’Éducation recommande 2 à 3 heures pour les élèves du primaire et 3 à 4 heures pour les écoles secondaires. Très loin de l’horaire régulier au sein de l’école.

Utilisation inégale dispositifs d’apprentissage à distance

En ce sens, les équipes pédagogiques ont dû improviser à la hâte sur une continuité de l’enseignement qui se révèle être de géométrie variable. La priorité des premières semaines d’incarcération était de consolider les profits, tout en étant ouvert à de nouveaux concepts relativement faciles à assimiler à distance. L’école à domicile peut être aménagée dans le temps, de manière extrêmement variable d’une institution à l’autre, d’un niveau à l’autre et d’un enseignant à l’autre. Tous n’utilisent pas les mêmes appareils.

Les écoles françaises ont montré leur caractère exceptionnel et ont fourni un service qu’aucune école étrangère ne peut fournir par la continuité pédagogique. Peu de classes virtuelles ont été mises en place malgré la mise à disposition du Ministère (120 000 «classes» créées par certains des 850 000 enseignants, sachant qu’un même enseignant peut en créer plusieurs) et également proposées, dans des configurations assez étroites. , à cause de ce que SE l’Ambassadeur a pu dire: nos sites ne sont pas les meilleurs dans ce domaine. A titre d’exemple: l’école britannique de Tunis, pour justifier le paiement intégral de la facture aux parents, propose à tous ses élèves des cours virtuels par visioconférence avec le professeur présent à travers des équipes à travers un écran entre 8h30 et 15h00 avec une pause. De plus, les parents du réseau ne sont pas contre le paiement de la facture complète si un tel appareil est placé au nom des étudiants du réseau.

Cette continuité de l’enseignement à des rythmes différents sape sans aucun doute un principe inscrit dans le code de l’éducation à l’article L111-14 qui s’applique conformément à l’article R.451-1 aux établissements d’enseignement français à l’étranger, qui stipule que l’éducation est la première priorité nationale. Le service public d’éducation est conçu et organisé pour les élèves et les étudiants. Il contribue à l’égalité des chances et à la lutte contre les inégalités sociales et territoriales en termes de réussite scolaire et pédagogique. Il reconnaît que tous les enfants ont la capacité d’apprendre et de progresser. Il garantit une éducation inclusive pour tous les enfants, sans distinction. L’égalité des chances est gravement compromise par les inégalités d’apprentissage.

De plus, et contre l’argument de l’inégalité parentale au regard de la facture numérique, le réseau doit tenir compte du fait que de nombreux parents ont dû avancer de l’argent pour payer du matériel informatique pour assurer cette continuité de l’éducation. En ce sens, et pour compenser les différences d’accès à l’équipement informatique de certaines familles, le réseau devrait proposer des alternatives en empruntant du matériel (tablettes, ordinateurs, etc.), sachant que l’école américaine le mettra à disposition de ses élèves. Voici un autre exemple qui montre que les établissements français ne sont pas nécessairement les plus proches des besoins des familles. Aucune comparaison avec les établissements tunisiens ne peut être faite. Ni le cadre juridique ni la facture ne sont comparables. Sachant que certaines institutions reconnues accordaient plus d’attention aux parents qu’au réseau de mères.

Aucune éducation efficace sans interaction

Pour les classes de base où les élèves sont rarement autonomes avec des outils numériques, la majorité des enseignants ont préféré envoyer via des plateformes, sous forme de blog ou de simples messages électroniques, le travail à faire et les corrections des exercices qui ont duré quelques jours de plus . a demandé. Ainsi, le parent joue un rôle essentiel dans le remplacement de l’enseignant pour s’assurer qu’il comprend les nouveaux concepts et corrige le travail. On se rend donc compte de l’illusion d’une continuité pédagogique sans réelle interaction entre l’élève et l’enseignant. Cette interaction doit être au moins quotidienne pour qu’elle soit efficace. Il est extrêmement difficile de poursuivre le programme comme dans des circonstances normales. De même, le paiement du service scolaire ne doit pas être effectué comme si nous étions dans une situation ordinaire.

Les deuxe prétendre prend en compte l’impact de la crise sanitaire sur la situation économique des familles. Cela affectera la capacité de nombreuses familles à faire la facture du troisième trimestre et affectera sans aucun doute les frais d’inscription de l’année prochaine, avec les effets de l’inflation résultant d’une récession économique sans précédent. En ce sens, les mesures annoncées pour soutenir ces familles, que ce soit l’attribution exceptionnelle de bourses ou le paiement de factures, sont louables, mais elles restent insuffisantes.

Dans des circonstances exceptionnelles, des mesures exceptionnelles, faisant référence à la pétition de la Fapee – Fédération des associations de parents d’élèves d’établissements d’enseignement français à l’étranger – et signée à ce jour par environ 14 000 membres. Il est nécessaire d’évaluer le montant de l’aide d’urgence pour sauver le réseau sans perdre de famille et pour demander de toute urgence la garde d’Aefe. En ce sens, toutes les réclamations mentionnées dans la pétition en ligne doivent être prises en compte.

Surpris à l’ouverture du fonds pendant la période d’incarcération, les parents pendant ces périodes d’incarcération sont invités à payer la facture sans tenir compte des recommandations des autorités sanitaires tunisiennes et c’est irresponsable: le déplacement pour le paiement des frais de scolarité ne se fait pas dans le Le gouvernement tunisien a énuméré les exceptions au trafic. La solution de transfert, soumise par l’administration, nécessite également de se rendre dans les établissements bancaires car la plupart d’entre eux n’offrent pas de virements en ligne.

Surprenez également lorsque vous êtes confronté à des e-mails dits de «récupération». Les délais communiqués aux parents vont à l’encontre des recommandations sanitaires des autorités tunisiennes. Parler de stimulus ne peut se faire dans ce cas, mais par correction auprès des parents de la demande de paiement. En outre, plusieurs demandes ont été faites pour ouvrir un entretien avec l’administration, dont une seule sur la possibilité d’une réduction des frais de scolarité en fonction du service fourni sans réponse. Cela a conduit à une action collective-JERETARDEMONPAIEMENT.

Nous rappelons que les enseignants, les directeurs et même l’inspecteur académique ont reconnu à plusieurs reprises la limite de la continuité pédagogique dans les différents conseils d’école, malgré la volonté et les efforts d’adaptation. La continuité pédagogique ne peut en aucun cas remplacer l’éducation personnelle. Compte tenu des conséquences économiques et sociales de la crise actuelle, il nous semble extrêmement gênant, cet entêtement de l’administration d’exiger le total des frais de scolarité, bien que la moitié du travail de suivi, de correction, d’explication soit effectuée par les parents. Une réduction de ces coûts démontrerait la reconnaissance du travail effectué, du temps alloué et d’une partie des coûts encourus (achat d’ordinateurs, d’imprimantes, d’encres, etc.) et permettrait ainsi à chacun de se conformer au pacte signé.

Nous regrettons que les parents soient harcelés, parfois avec des procédures douteuses, comme le transfert du solde ou la réinscription de leurs enfants, les encourageant ainsi à respecter leurs obligations de paiement lorsque l’administration n’a pas rempli les leurs.

Faute de moyens et en cas d’urgence, cette administration a bricolé la continuité de l’enseignement en se référant à la feuille de route imposée par l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger (AEFE). Cette feuille de route a été mise en place avec un seul objectif: se protéger légalement et ainsi éviter les réactions des enseignants.

L’agence aurait dû exiger des écoles qu’elles traduisent des horaires de cours réels en horaires de cours virtuels personnalisés en fournissant aux enseignants les ressources nécessaires au succès de cette continuité, faute de quoi elle comptait sur la participation et l’investissement des parents sans cette continuité. n’a pas pu être atteint.

Tout modèle d’entreprise peut comprendre cette situation, il est dommage que cette administration soit complètement fermée à tout échange sur les réelles difficultés et efforts de tous les parents, sans distinction de statut et / ou de nationalité. En ce sens, nous regrettons le manque de communication entre les autorités compétentes et les représentants des parents et la prise de décision unilatérale sans nous consulter, malgré de nombreuses tentatives pour exprimer notre point de vue. Et dans ce sens, nous exhortons tous les parents à suspendre le paiement du troisième versement.

Afin d’avoir le temps de discuter sérieusement avec les autorités compétentes et de trouver une base commune pour préserver nos intérêts mutuels dans le respect du contrat signé, nous restons ouverts à toute discussion avec l’administration.

Le comité directeur d’Apeesft