Recyclez votre équipement informatique: bientôt une obligation légale

En 2000, la France a éliminé 1,5 million de tonnes de déchets électroniques, ce qui est parfois très toxique pour l’environnement. Les PEEFV (produits électriques et électroniques en fin de vie) contiennent des métaux lourds (cadmium, plomb, mercure, etc.), des composés toxiques (arsenic, oxyde de zinc, etc.) ou des plastiques qui produisent des dioxines – ils sont incinérés dans des installations ordinaires. Alors que les grands comptes s’intéressent au recyclage de leur équipement informatique depuis plusieurs années, les PME ne font généralement que l’envoyer en décharge. Cependant, le retraitement d’un PC coûte moins cher que son envoi vers un centre de destruction. La loi du 13 juillet 1992 prévoit qu’à l’été 2002, seuls les déchets ultimes, qui ne peuvent pas être retraités, peuvent être mis en décharge. 7% des matériaux utilisés dans la construction d’un PC sont considérés comme des déchets ultimes, 93% doivent être recyclés.

1. Faites une évaluation de votre flotte

Micro-informatique, interrupteurs automatiques, matériel de bureau: tout est recyclable. Cependant, pour optimiser les conditions d’élimination et de retraitement, il est nécessaire d’évaluer le type de matériau à recycler. Ce travail, qui peut prendre plusieurs heures selon la taille de la flotte, peut être effectué en interne par le responsable informatique ou achats. Certains spécialistes du recyclage incluent gratuitement cette évaluation dans leurs services. Lors de l’évaluation, n’oubliez pas de considérer les consommables tels que les cartouches d’imprimante, qui sont particulièrement polluants.

2. Etudier les services offerts

Des fabricants tels que Compaq, HP et Dell proposent de restaurer les PC et les serveurs à la fin de leur vie, y compris à partir de marques concurrentes. La rétrofacturation consiste à retirer l’équipement et est basée sur des frais indirects similaires à un bon, afin de fidéliser les clients. Les composants matériels sont démontés et analysés un par un. Généralement, une plage de tolérance de 5% d’échec est accordée par rapport à la déclaration du client. En dehors de cette marge, des erreurs supplémentaires seront refacturées. Des spécialistes du recyclage, tels que Direct Environnement ou Envie-DEM, offrent des services allant de l’évaluation de la flotte à l’élimination, y compris le comptage des équipements avec des numéros de série pour optimiser la gestion des stocks. Ils fournissent un certificat de destruction et des bandes de suivi des déchets industriels pour prouver que nous avons une bonne réputation. Certains ne fonctionnent que sur des équipements obsolètes, d’autres n’effectuent pas de récupération sous le Pentium, d’où l’avantage d’une bonne cote de flotte en amont. Dans tous les cas qui imposent des sanctions pénales, la prudence est d’éviter les collecteurs de DIB (déchets industriels biodégradables) qui se contentent de déverser le matériau.

3. Réduisez les coûts de retraitement

Afin d’éviter une augmentation exponentielle du volume des équipements informatiques, de mieux gérer les immobilisations et les stocks et surtout de réduire les coûts de retraitement, il est nécessaire de recycler régulièrement, une ou deux fois par an. Le coût dépend du volume du matériau: environ 5,35? ht (35 F) l’écran, 35 cents le kilo pour tous les composants d’un PC, auxquels il faut ajouter les frais de retrait: 64? ht (420 F) pour une camionnette pour plusieurs milliers de francs pour une remorque.

4. N’oubliez pas de détruire les données

Quel que soit le fournisseur sélectionné, un bon “récupérateur” doit s’engager à détruire les données et à faire disparaître les logiciels sur les disques durs, sous le contrôle du messager. Ces tâches relèvent normalement de la responsabilité de l’entreprise utilisatrice, tant qu’elle est soucieuse de la confidentialité de ses données et qu’elle gère correctement les droits de licence des logiciels. Cependant, cela ne se produit pas toujours dans la pratique.

5. Considérez également les organismes de bienfaisance

Au lieu de recycler une machine en bon état, il est tout à fait possible d’en faire don à des associations caritatives, écoles ou hôpitaux, etc. qui n’ont pas toujours les moyens de s’équiper. C’est ce qu’IBM propose avec PC Recycling Service. Les machines de travail sont redistribuées, les autres sont recyclées.