Accueil » News » 4 bonnes pratiques pour ne pas tout casser

4 bonnes pratiques pour ne pas tout casser

  • par

Les administrateurs hésitent trop souvent à automatiser le fonctionnement des réseaux. Ils craignent qu’un script défectueux ne répartisse une panne sur l’ensemble de l’infrastructure, industrialisant une configuration par défaut qui ne convient pas à une situation donnée. Cependant, l’automatisation est très utile pour le dépannage. Il s’agit d’une alternative à l’interface de ligne de commande, que les équipes utilisent pour configurer un périphérique à la fois. Dans cet article, nous verrons les 4 meilleures pratiques à suivre pour automatiser le réseau sans risquer de tout casser.

Suite de l’article ci-dessous

Parce que l’automatisation améliore l’efficacité de toutes les ressources informatiques et il serait erroné de vous l’enlever. Prenons un exemple: si une équipe met à jour 100 appareils, avec une minute pour chaque configuration, les changements prendront plus d’une heure et demie. Cette fois, multipliez par le nombre de minutes que prend le processus et ajustez la formule au nombre de périphériques à patcher. Alors demandez-vous: les risques de l’automatisation du réseau sont-ils vraiment plus importants que les avantages qu’elle offre? Pas vraiment. Surtout lorsque l’on considère qu’il existe des moyens de réduire ces risques, simplement en prenant les bonnes mesures.

De manière très pragmatique, l’automatisation se traduit par une entreprise grâce à une productivité plus élevée et une meilleure expérience utilisateur pour les employés et les clients. L’automatisation rend également le réseau plus agile, c’est-à-dire qu’il est plus facile de s’adapter aux dernières technologies. À chaque évolution technologique, les administrateurs n’ont plus à réinventer la roue; ils n’apportent que des modifications à celles existantes.

Voici les quatre meilleures pratiques à suivre pour une automatisation réussie du réseau.

1 / Standardiser l’équipement

En fait, le risque de défaillance est principalement associé à des architectures disparates – appelées « flocons de neige » – où une partie du réseau dépend de différents équipements. L’absence d’une norme multiplie les risques d’erreur humaine à chaque fois qu’une configuration est modifiée quelque part. La standardisation des équipements est une bonne première pratique à utiliser pour que le réseau traite un minimum – voire aucun – cas spécifiques.

L’utilisation de composants standard peut coûter un peu plus cher en matériel, mais cela réduit les coûts d’exploitation et le risque d’échec, donc les procédures standard sont utilisées pour comprendre les échecs, les limiter avec des procédures génériques et les corriger. réparation. Surtout, l’utilisation d’équipements standardisés est le fondement essentiel de l’automatisation, qui servira à industrialiser la configuration initiale des appareils et leurs mises à jour, valider leur connectivité et dépanner.

2 / Commencez à automatiser les relevés

La meilleure façon de prendre en charge l’automatisation est de commencer par des tâches simples. Développez des scripts qui effectuent des analyses simples et en lecture seule, telles que trouver une adresse pour accéder à un serveur, tester la connectivité entre deux serveurs ou comparer une configuration typique à celle d’un équipement. Il s’agit d’automatiser les tâches de diagnostic que vous effectuez souvent et qui prennent tellement de temps.

N’essayez pas d’exécuter des scripts de reconfiguration automatique tant que vous n’êtes pas parfaitement familiarisé avec les ressources d’automatisation disponibles.

3 / Test sur des instances virtuelles

L’automatisation du réseau doit être basée sur les mêmes meilleures pratiques que celles utilisées dans le développement d’applications, dans ce cas, il est nécessaire d’effectuer des tests approfondis. Historiquement, les tests de réseau ont été problématiques, car il a été trop coûteux et trop long de mettre en place une ferme d’équipements témoins qui pourrait être rendue difficile sans affecter la production. Ce n’est plus le cas de nos jours car tous les fournisseurs proposent désormais des instances virtuelles de la plupart de leurs équipements, souvent à faible coût ou gratuitement, mais avec des performances limitées. Ces instances sont votre solution pour valider les modifications de configuration en amont.

L’équipe réseau devra probablement travailler avec le reste du service informatique pour mettre en œuvre un environnement de test virtuel qui reflète le mieux le réseau. Idéalement, l’environnement de test devrait inclure des serveurs et des clients virtuels pour générer du trafic.

4 / valider avec des scripts de pré et post configuration

Pour vérifier que votre réseau est connecté et fonctionne comme prévu dans vos configurations de test, tenez compte de l’état du réseau. Autrement dit, lisez l’état des interfaces sur chaque périphérique, l’allocation des adresses, la proximité des périphériques et les informations sur les protocoles des couches 2 et 3. À ce stade, vous n’apportez aucune modification au réseau. Le script de validation doit simplement créer un avertissement lorsqu’une vérification échoue afin que les équipes puissent prendre les mesures nécessaires par la suite.

Ces scripts de validation seront utilisés à l’avenir lors du remplacement de l’équipement par des modèles plus récents pour effectuer des contrôles de validation avant et après le changement. Si une vérification de validation avant l’échec de la modification, le remplacement de l’appareil doit être annulé jusqu’à ce que le problème soit résolu. De même, si un contrôle post-validation échoue, le personnel en charge de la connexion prévient qu’une erreur humaine s’est probablement glissée dans leur intervention. Assurez-vous de répéter ces validations jusqu’à ce que le réseau soit revenu à l’état attendu.