Accueil » News » Les livraisons des distributeurs informatiques sont en baisse de 4% au T2

Les livraisons des distributeurs informatiques sont en baisse de 4% au T2

  • par

La livraison de produits informatiques via le grossiste français est passée de -10% au cours de la semaine 16-2020 à + 4,6% au cours de la semaine 17-2020 (20-26 avril) selon le contexte. Le rebond ne se poursuivra pas au deuxième trimestre, les livraisons devant baisser de 4,1%.

Selon Context, les livraisons de produits informatiques via les grossistes français sont passées de -10% au cours de la semaine 16-2020 à + 4,6% au cours de la semaine 17-2020 (20-26 avril). Probablement parce que les pénuries d’ordinateurs portables et d’autres produits liés au télétravail pour les travailleurs encore limités ont été partiellement résolues. Le contexte confirme que les systèmes audiovisuels, les ordinateurs portables et de bureau, les logiciels et les licences ont été les produits qui ont le plus profité de cette reprise fin avril. Ce phénomène de rattrapage est d’autant plus important que toutes les livraisons informatiques en gros étaient dans le rouge à la même période en 2019 (-1,9%).

Ce rebond permet aux distributeurs informatiques de limiter les ruptures

Cependant, cette reprise ne devrait pas se poursuivre tout au long du deuxième trimestre 2020. Avec un changement annuel, les prévisions du bureau d’études passent désormais de 4,8% au premier trimestre 2020 à -4,1% au deuxième trimestre 2020.  » Alors que cette stabilisation de la croissance des canaux devrait être saluée après quelques semaines de fortes baisses pendant la pandémie, le bilan global du deuxième trimestre devrait ramener la croissance des revenus à des chiffres négatifs Explique le contexte.

Les entreprises rationalisent leurs dépenses

Les principaux perdants du deuxième trimestre 2020 sont les télécommunications (-30%), les équipements et consommables d’impression (-20%), les écrans (-14%) et les infrastructures et la sécurité (-10%). Bref, tous les produits dont les ventes ont explosé pour répondre d’urgence aux besoins des entreprises et de leurs télétravailleurs. Et après avoir dépensé sans vraiment compter pour maintenir leur activité, les entreprises rationalisent désormais l’ensemble de leurs dépenses.  » Mis à part les ordinateurs portables et certains autres produits de consommation, le défi pour le canal reste la demande plutôt que l’offre. Les projets interentreprises ont été mis en veilleuse alors que le désir d’achat des consommateurs s’effondre rapidement, le chômage fait des ravages et l’épargne s’épuise Dit Adam Simon, PDG de Context.

74% des acteurs de l’industrie interrogés par Context pensent que les entreprises ne retrouveront pas leur niveau d’avant la pandémie d’ici 2021.

Auteur: Olivier Bellin