Accueil » News » La nouvelle allocation pour l’achat d’équipement inquiète les étudiants

La nouvelle allocation pour l’achat d’équipement inquiète les étudiants

  • par

Les étudiants s’inquiètent des effets pervers qu’un nouveau versement pourrait avoir sur les dettes, remplaçant le prêt normalement accordé par le ministère de l’Éducation pour l’achat d’un micro-ordinateur.

Dans le cadre de l’ancien programme d’aide financière à l’éducation, un étudiant du collège ou de l’université doit acheter un ordinateur portable pour s’inscrire à un programme d’études, tel qu’un baccalauréat en administration, par exemple – peut bénéficier d’une prestation de 2000 $ à 3000 $. Ce prêt a été récemment remplacé par un achat de 150 $ par session de matériel d’appui à la formation, soit un total de 900 $ après trois ans d’études. Avec ce montant, l’étudiant peut obtenir autre chose que du matériel informatique, comme une boîte à outils, des chiffons et des logiciels spécialisés, selon le ministère de l’Éducation.

Le président de la Fédération des étudiants collégiaux du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin, craint que cela n’aggrave la dette étudiante. « Je ne sais pas si le ministre s’est rendu récemment dans un magasin d’informatique, mais 150 $ ne peuvent pas acheter un ordinateur », a-t-il déclaré. Nous constatons que de plus en plus de programmes d’études recommandent aux étudiants d’avoir un ordinateur portable ou même d’en avoir un. Au 21e siècle, c’est de plus en plus une nécessité.  »

Selon lui, les étudiants n’ont alors d’autre choix que de se tourner vers les institutions financières ou d’utiliser une carte de crédit. La FECQ a calculé qu’un étudiant qui contracte un prêt de trois ans auprès d’une institution financière devra rembourser entre 400 $ et 700 $ de plus que le prix de l’ordinateur, selon qu’il s’agit d’un Mac (environ 1400 $, incluant taxes). ) ou un PC (environ 800 $, taxes incluses). S’il achète l’ordinateur portable avec sa carte de crédit, il devra payer 560 $ et 1000 $ en plus du prix de l’appareil. «En plus d’augmenter les frais de scolarité, nous réduisons les prêts et les bourses, même si le ministre avait promis d’améliorer le programme de financement des étudiants. Ce n’étaient probablement que des mots « , a déclaré le Bureau-Blouin.