Accueil » News » Comment remplir correctement votre relevé de fin de paiement

Comment remplir correctement votre relevé de fin de paiement

  • par


Comment remplir correctement votre relevé de fin de paiement

Envisagez-vous de déposer un dossier de mise en faillite ou de liquidation? Dans les deux cas, vous devez remplir une déclaration de résiliation de paiement (DCP) devant le tribunal. Explications.

Je m’inscris

Avec le crise économique de nombreuses entreprises devront signaler suspension des paiements demander l’ouverture d’une histoire juridique (si l’entreprise est susceptible de se remettre) ou une procédure de liquidation judiciaire (si la situation de l’entreprise est compromise). Cette déclaration sera faite devant le tribunal de commerce (pour les sociétés commerciales) ou devant le tribunal judiciaire (pour les sociétés civiles – associations – professions libérales).

Cependant, remplissez un état de suspension des paiements est un véritable acte de procédure qui implique conséquences juridiques important. Il est donc nécessaire d’être précis et exact lors du remplissage des informations requises dans le formulaire DCP (Déclaration de cessation des paiements).

Quand devez-vous soumettre le DCP?

Une entreprise est située à suspension des paiements lorsqu’il est incapable de faire face à ses obligations actuelles avec ses actifs disponibles(1). C’est le cas lorsque l’entreprise ne peut pas couvrir ses dépenses courantes (loyer, salaires, fournisseurs, Urssaf, TVA, etc.) avec l’argent dont elle dispose.

Si votre entreprise est réellement en situation de paiement, vous avez l’obligation légale de soumettre le DCP dans les 45 jours suivant la survenance de ce blocage de paiement. Le gestionnaire qui ne dépose pas le DCP dans ce délai est passible de sanctions personnelles (interdiction de gestion – paiement de patrimoine social insuffisant)

Qui devrait compléter le DCP?

Le représentant légal est la seule personne autorisée à effectuer une Relevé de suspension des paiements, Mais il peut autoriser la personne de son choix à soumettre et / ou signer le DCP au Registre.

En cas de cogestion, chacun des cogestionnaires peut déposer le DCP au registre au nom de l’entreprise.

Recommandations pratiques pour compléter le DCP

Date de cessation des paiements

De toute évidence, une date doit être indiquée entre la date de dépôt du DCP auprès du greffe et 45 jours en arrière être à l’heure, même si elle est approximative. Le jour de l’audience, le tribunal doit pouvoir être convaincu qu’il s’agit de la date à utiliser. Cette détermination par le tribunal de la date à laquelle les paiements ont été suspendus est importante car il s’agit de la « période suspecte » entre le date de dépôt du DCP et du date effective de cessation des paiements.

Actifs de l’entreprise (disponibles ou non)

Il est recommandé dans cette section de se renseigner sur:

  • Immobilisations incorporelles (valeur du goodwill, brevet, créances clients, titres, solde positif sur le compte bancaire) en évaluant leur valeur;
  • Immobilisations corporelles (stock, marchandises, mobilier, véhicules, équipement informatique). Il est très important de ne pas oublier de déclarer un atout, car cela pourrait vous être reproché. L’évaluation de la valeur de l’actif, en revanche, est moins cruciale.

Obligations commerciales (dettes et dettes)

Vous avez besoin du noms et adresses postales complètes de tous vos créanciers (impôts, Urssaf, fonds de pension, banques, propriétaires, fournisseurs), ainsi montant de leurs créances. Le représentant judiciaire désigné par le tribunal écrira aux créanciers afin qu’ils puissent déclarer leurs créances. En cas de litige sur le montant d’une dette due à l’un d’eux, vous devez déclarer le montant que vous considérez comme dû, et non le montant réclamé par votre créancier. Lorsque quelqu’un mentionne une dette dans les obligations du DCP, cela vaut la déclaration de dette au nom du créancier, tant qu’il n’a pas adressé sa déclaration de dette.

Cette section doit de préférence être complétée avec votre comptable agréé et contrairement aux actifs, leévaluation des passifs est très important car ce que vous déclarez au passif représente ce que vous admettez. Soyez donc vigilant.

Collaborateurs

Si vous avez des employés dans l’entreprise, vous devez salaires impayés, ceux qui sont tombés et ceux qui sont tombés. Vous devez également fournir leur adresse personnelle et leur type de contrat. Si un employé ne fait plus partie de l’entreprise, mais que vous lui devez des montants (solde du compte, notification, etc.), n’oubliez pas de le mentionner.

Origine des difficultés

Vous devez ajouter une petite note entre 5 et 10 lignes expliquer la source des difficultés de l’entreprise. En cas de demande de rexécution judiciaireil doit être démontré que la récupération est possible, avec des projections opérationnelles à l’appui. En cas de liquidation judiciaireexpliquer pourquoi la situation est irréparablement compromise (par exemple, perte de gros clients, fermeture de compte bancaire, surendettement, etc.).

Concis et concis est préférable, surtout si le fichier est fragile. N’oubliez pas qu’au cours de l’audience dans les salles du Conseil, vous serez interrogé sur ce que vous avez inscrit au DCP.

Documents à joindre au DCP:

La déclaration de paiement doit être déposée, paraphée, signée et accompagnée des documents suivants en quatre exemplaires au registre:

  • copie de l’ID du manager
  • Kbis
  • déclaration d’engagements et privilèges (à prendre en même temps que la soumission du DCP au greffe car elle doit être datée du jour du DCP – coûte environ 40 €)
  • dernier solde disponible
  • dernier relevé bancaire pour chaque compte ouvert au nom de l’entreprise.

Si vous histoire juridiquevous devez également joindre une prévision de trésorerie et opérationnelle pour 6 mois. Votre comptable agréé doit établir et valider cela avec vous.

Nouveau: vous pouvez déposer votre DCP numériquement sur tribunaldigital.fr

En savoir plus

Marc Ladreit de Lacharrière, avocat associé, Avocats LLA, responsable du service contentieux des affaires et accompagnement des entreprises en difficulté. Il conseille les entreprises et leurs dirigeants sur les décisions stratégiques à prendre en temps de crise et les accompagne dans les procédures collectives (mise sous séquestre, liquidation, cautionnement). Il a une longue pratique des procédures devant les tribunaux de commerce.

(1) Article L.631-1 du Code de commerce.

Je m’inscris