Accueil » News » Chargement ou immobilisation

Chargement ou immobilisation

  • par

Eh bien, nous pouvons dire que ce sujet conduit à une abondance de commentaires …

Je suis personnellement ravi car j’aime apprendre sur le sujet.
J’ai beaucoup essayé de produire une nouvelle source qui alimenterait le débat, et qui me donnerait finalement raison!

J’ai trouvé deux choses.
Le premier invalide ce que j’ai dit sur les logiciels …

Citation
Actifs – Comptabilité – Biens de faible valeur

Les actifs non significatifs peuvent ne pas être inclus dans le bilan au choix de la société; ils sont ensuite enregistrés en charges.

Cependant, les actifs en question remplissent à la fois les trois conditions d’inscription des actifs et les deux conditions d’inscription des actifs. Il s’agit d’une règle fortement inspirée de la tolérance administrative qui s’applique aux dépenses de petits matériaux et outils.

En effet, par souci de simplification, les entreprises sont autorisées à inclure certains biens de faible valeur dans leurs dépenses immédiatement déductibles[4]:

– petits outils à main;
– petits équipements et outils, ainsi que du matériel et du mobilier de bureau;
– les frais d’acquisition de logiciels au sens de l’article 236 de la loi fiscale générale;

dont la valeur unitaire HT ne dépasse pas 500 EUR.

Le PCG ne précise pas ce qu’il faut entendre par l’expression « actifs incorporels » utilisée à l’article 331-4. En pratique, les entreprises devraient s’en tenir à la tolérance fiscale de 500 euros.

Le second a tendance à être d’accord avec moi. Ce n’est pas que j’essaie vraiment d’être celui qui savait, mais ça me réconforte quand même de me dire que je ne dis pas de bêtises …

Citation

1

I. Petits équipements et outils Petits outils à main

dix

Il est acceptable que les petits outils à main de faible valeur (marteaux, pinces, etc.) qui s’usent rapidement puissent être entièrement amortis à partir de l’année de leur acquisition, ce qui revient en pratique à être enregistré dans les comptes de décharge.

B. Petits matériaux et outils d’une valeur unitaire HT de 500 euros maximum

20

Les entreprises sont également autorisées à inclure, dans le cadre de leurs coûts immédiatement déductibles, le prix d’achat des matériaux et outils d’une valeur unitaire hors taxes jusqu’à 500 €.

Les équipements et outils pouvant bénéficier de cette tolérance sont ceux qui répondent à la définition d’équipements et d’outils à inscrire dans les comptes 2154 et 2155 du plan comptable général. En fait, ce sont tous des objets, instruments et machines avec ou avec lesquels:

– nous extrayons, transformons ou formons des matériaux ou des fournitures;

– nous fournissons les services qui font l’objet de la profession exercée.

Il est précisé que cette deuxième catégorie exclure les moyens de transport qui doivent être enregistrés sur le bon compte d’actif.

(…)

II. Matériel et mobilier de bureau d’une valeur unitaire hors taxes jusqu’à 500 euros

30

Les entreprises peuvent inclure du matériel de bureau et d’ameublement dans leurs dépenses immédiatement déductibles dont le prix unitaire HT ne dépasse pas 500 €.

Dans la pratique, cette tolérance concerne les dépenses de petits équipements de bureau (tels que poubelles, agrafeuses, balances à lettres, timbres à date, corbeilles à correspondance, boîtes d’archives, etc.) et, les coûts d’achat de « mobilier » de mobilier de bureau et de mobilier pour magasins, dont les achats sont un même exercice pour un bien donné est limité à un petit nombre d’unités (RM BUR n ° 66314, JO AN du 10 décembre 2001, p. 7080).

(…)

Si un bien particulier se compose de plusieurs éléments pouvant être achetés séparément (par exemple des meubles de rangement modulaires), le prix total de ce bien, et non la valeur de chaque élément, doit être pris en compte pour évaluer la limite. de 500 € mentionné ci-dessus.

III. Logiciel d’une valeur unitaire hors taxes jusqu’à 500 euros

40

Cette tolérance s’applique également aux frais d’achat de logiciels d’une valeur unitaire hors taxes jusqu’à 500 €.

Le compte de charges de ces frais ne comprend pas le régime exceptionnel d’amortissement sur 12 mois prévu à l’article 236 du II de la loi générale des impôts (CGI).

(…)

J’espère que cela reste lisible ….