Accueil » News » question comptable: achat de matériel

question comptable: achat de matériel

  • par

Ce que dit le médecin:
Frais d’établissement (ligne 40 CG)

Les frais de premier établissement engagés par un contribuable lors de son installation professionnelle doivent en principe entièrement déduit pour l’année de leur paiement.
Cependant, à la discrétion du professionnel, ces coûts peuvent être déduits en versements échelonnés sur une période maximale de cinq ans, en utilisant un plan d’amortissement linéaire.
Ce plan ne peut pas être modifié pendant la période d’amortissement choisie.
Concentrez-vous uniquement ici:
– les frais d’un « premier établissement » propre (frais de prospection, de recherche, d’études et de publicité);
– les frais de création d’entreprise (droits d’enregistrement, frais d’actes et honoraires), hors frais d’acquisition d’éléments du patrimoine professionnel affectés à l’exercice de la profession.
IMPORTANT
Le coût d’achat du capital doit:
– soit être intégralement déduit de l’année de leur versement;
– soit sont amortis sur la même période que l’actif auquel ils se rapportent.
Critères de distinction entre dépenses et immobilisations: critères généraux

Les dépenses d’un professionnel doivent être capitalisées, c’est-à-dire inscrites au registre des immobilisations et amortissements, lorsque les quatre conditions suivantes sont remplies:

– le logement est identifiable et la durée de vie utile estimée est supérieure à 12 mois;
– il a une valeur économique positive, reflétée dans les avantages économiques futurs attendus par le professionnel;
– les coûts et leur valeur peuvent être évalués avec une fiabilité suffisante;
– il est vérifié par le professionnel.
Aux fins de ce dernier critère, un professionnel est réputé maîtriser le cas lors du contrôle de son utilisation, en assumant les coûts, y compris la maintenance, ainsi que la responsabilité en cas de dommage à autrui. .
Cette nouvelle condition ne s’applique pas aux contrats de location (location simple ou avec option d’achat, location).
Ces actifs doivent donc être détenus dans les actifs du bailleur ou du bailleur, même si le locataire ou le locataire des contrats de location les contrôle. Corrélatifs sont les loyers ou les honoraires du locataire.

Dans la pratique, l’administration estime que le contrôle d’un élément est généralement transféré en même temps que sa propriété légale.
Par conséquent, la condition de contrôle doit être remplie lorsque le praticien a un droit de propriété sur l’élément en question. Par conséquent, les solutions et décisions de jurisprudence qui ont été données jusqu’à présent conservent toute leur valeur:
– lorsqu’un professionnel marié exerce son activité libérale dans une chambre de son conjoint dans le cadre d’une séparation de biens ou d’une communauté de pratique coutumière, la chambre ne peut être inscrite au registre des immobilisations et amortissements s’il n’est pas personnellement le propriétaire;
– un professionnel, locataire de sa salle de fitness, peut inscrire le coût des travaux d’aménagement qu’il a effectués dans le registre des immobilisations et amortissements dès que l’exécution de ces travaux est nécessaire à l’exercice de son activité libérale.
Dans ce cas, il s’agissait des séparations, du plâtrage, de l’électricité générale et de l’installation de chauffage et d’installations sanitaires.

: La Flèche: Exception pour les marchandises de faible valeur
Par mesure de tolérance, les coûts payés pour l’acquisition de biens répondant à la définition d’équipements et d’outils, de mobilier de bureau et d’équipements de bureau, dont la valeur unitaire n’excède pas 500 € HT, sont immédiatement déductibles en tant que coûts.
Cette tolérance s’applique à condition que les acquisitions soient enregistrées sur un poste de frais généraux.
: La Flèche: IMPORTANT
Cette limite de 500 € HT ne s’applique pas aux luminaires.
En ce qui concerne l’achat de meubles, seuls les meubles résultant de la rénovation actuelle des meubles tombent.
En principe, la mesure ne peut donc pas s’appliquer à l’équipement initial ni au renouvellement complet, à moins que le total des acquisitions pour l’année ne dépasse pas 500 € HT.
Si un bien particulier se compose de plusieurs éléments qui peuvent être achetés séparément (par exemple des meubles modulaires), le prix total de ce bien doit être pris en compte et non la valeur de chaque élément.

Cette tolérance s’applique également aux coûts d’achat de logiciels si leur valeur n’excède pas 500 € HT.

Depuis fin janvier 2011, je suis de plus en plus grincheux.
Quel est le prix des choses?