Accueil » News » « L’achat du F18 et de l’Eurofighter par l’Allemagne est plutôt une bonne chose pour la France » (Eric Trappier)

« L’achat du F18 et de l’Eurofighter par l’Allemagne est plutôt une bonne chose pour la France » (Eric Trappier)

  • par

Le patron de Dassault Aviation, Eric Trappier, a été très clair sur la décision de l’Allemagne d’acheter 93 avions de chasse Eurofighter (BAE Systems, Airbus et Leonardo) et 45 F-18 américains (Boeing) pour renouveler sa flotte de Tornado. « C’est paradoxalement bon pour la France. Au moins l’Allemagne rejette le F35 », a déclaré jeudi le président du GIFAS lors d’une audition par la commission de défense de l’Assemblée nationale. Il est clair que ce choix, s’il est confirmé par un vote sur le Bundestag, permettra de poursuivre les travaux sur le futur système de combat aérien du futur (SCAF), lancé par l’Allemagne et la France, et accompagné par l’Espagne. Ce qui n’aurait pas été le cas si Berlin avait opté pour le F-35.

« Je souligne que les différences de calendriers et d’organisation politique entre les deux pays doivent être prises en compte. Les industriels doivent s’adapter aux calendriers politiques pour progresser. Un message peut être transmis aux parlementaires allemands: un processus de type LPM (Military Programming Law, NDLR) pour chronométrer l’avancement des projets conjoints.

Pression des États-Unis

Pour réduire l’appétit des pays européens à acheter américain, « il est impératif que nous nous organisions parmi les Européens », il expliqua. Malgré l’initiative conjointe de trois grands pays européens dans le domaine du SCAF, le chemin est encore long. Par exemple, la Bulgarie a signé des contrats pour les F16, la Belgique a signé des modifications pour les F35, a-t-il déclaré. « Nous devons nous demander à quel point les Européens sont durs contre les États-Unis dans l’OTAN »il a également fait valoir. Et les États-Unis, qui n’ont qu’un seul objectif d’assassiner l’Europe dans la lutte contre l’aviation, ne lâchent vraiment pas les Européens.

Donc pour Lockheed Martin, tous les coups sont permis. Le géant américain vient d’être nommé en Finlande, l’ancien chef d’état-major finlandais (CEMA), le même qui a lancé le concours pour acheter de nouveaux appareils, a déclaré Eric Trappier. Ce qui a provoqué une controverse en Finlande. CONTRE.Le projet d’acquisition vise à remplacer la flotte actuelle de 64 avions de chasse F / A-18C / D Hornet achetés au début des années 1990. Le ministre finlandais de la Défense a déclaré que le nombre de nouveaux avions à acheter pourrait être supérieur ou égal au niveau actuel et espérait qu’il ne serait pas inférieur.

Préoccupations concernant le Fonds européen de la défense

En tant que patron de l’Association des aérospatiaux et des industries de défense d’Europe (ASD), le président du GIFAS (GIndustries aérospatiales françaises) s’est dit préoccupé par l’avenir du Fonds européen de la défense (FED). « L’Europe de la défense ne semble pas être la priorité de tous nos partenaires. Nous devons veiller à ce qu’elle soit préservée. Elle est particulièrement utile pour développer de nouvelles technologies et compléter les programmes définis par les différents Etats européens »se souvient-il. Et selon lui, un deuxième danger menace l’EDF. C’est « La persistance des États-Unis à chercher à donner à leurs entreprises accès à ce financement. Certains pays européens de l’est du continent sont prévenants et sensibles aux appels américains ».. On n’est jamais trahi que par le sien …