Accueil » News » Le post-coronavirus: vers la résurrection de l’État souverain?

Le post-coronavirus: vers la résurrection de l’État souverain?

  • par

Il est difficile d’être contemporain de sa propre histoire: cependant, les conséquences de la pandémie peuvent être d’autant plus inférées que, comme nous l’avons vu dans nos précédents articles, elles ne font qu’accélérer le développement des bactéries pendant des années; accentués par ce printemps historique, leurs retours sont si évidents qu’ils commencent déjà à « créer un système » et que le « prochain monde » est désormais presque visible. C’est le cas du grand changement, ou de la révolution de l’État imposée par les circonstances et bientôt les urgences économiques et sociales, trop d’éléments qui interdisent désormais à nos fonctionnaires de gouverner, comme une succession inimaginable de gouvernements médiocres ou frivoles , de présidents aveugles ou lâches, enfin d’une république confisquée (c’est sans doute la grippe la plus grave …), à travers les moyens de la pensée, les illusions idéologiques et, en soi, l’illusion l’autorité qui la conduit à l’impuissance, à la négligence et parfois à a été moqueur.

La culture du rejet

« Après leurs mensonges et leurs erreurs, il n’y a plus d’obéissance comme avant. Laissez Macron et son gang sortir, sinon nous ne bougerons pas. «  Sur les réseaux sociaux comme dans les conversations, une sorte de mauvaise volonté, ‘Je ne veux pas savoir’ sourds persistants de toutes parts, ce qui met en doute une reprise normale de l’activité dans les prochains mois. La colère des Français est telle qu’elle peut prendre la forme d’une grève plus ou moins proclamée, perlée ou générale, ou toute autre forme de cette rébellion sociale latente ces dernières années et qui, exacerbée par la longue séquestration alors la récession et ses conséquences très graves pourraient devenir si violentes que les équipes au pouvoir ne resteront guère garanties. Ce qui compte vraiment: ceux qui suivent n’échappent pas à leur responsabilité, c’est-à-dire la souveraineté, bref, le simple rappel que dans l’ordre séculier il n’y a rien au-dessus de l’État et donc ses officiers ne devraient pas dépendre de quelle souveraineté d’abord. est un gouvernement moral dont l’auteur a toujours pensé que l’oubli, si systématique qu’il est devenu ontologique (abnégation), est la cause du plus grand de nos maux.

Maintenant, tant en ce qui concerne les systèmes féodaux internes que les pouvoirs externes, les gouvernements modernes s’efforcent de faire confiance: dépendent des comités techniques, des comités mixtes, des avis scientifiques; dépendent de la « majorité », c’est-à-dire des partis; dépend de l’opinion, c’est-à-dire des médias; selon ce que les syndicats acceptent ou non, selon les taux, selon la reprise économique, selon ce que l’Allemagne a approuvé; selon l’Europe, selon les États-Unis, selon la Chine: dépendant de tout et du vent … avec le risque de voir l’État s’estomper, et n’être rien de plus qu’un type flottant au milieu d’un ‘monde qui est immédiatement le chaos il faudra renoncer à la culture universelle de la pile de rejets, forme politique de cette lâcheté qui, selon Nietzsche, était la caractéristique de l’homme moderne et qui apparaît désormais «générale».

Le retour inévitable à la souveraineté a plusieurs caractéristiques: au début, il est involontaire et soutient, sans que nos dirigeants puissent faire grand-chose, l’effondrement du modèle bruxellois de l’Europe; mais le plus délicat sera de l’inscrire dans un retour multiforme à la responsabilité et à l’autorité politiques, bref à l’État classique – ce qui sera encore plus difficile, et que nous verrons plus loin.

Le vol de la déesse « Europe »

Monsieur Macron et bien d’autres auraient tort de penser que la crise des coronavirus est l’occasion d’accélérer le rêve européen, auquel notre grand moderne a immédiatement été porté, comme par réflexe, et multiplié en eux-mêmes des projets grandioses qui mettre les gogos en mouvement et les chanceliers se sont amusés. Il est attendu depuis longtemps. Tout d’abord à cause de la restauration des frontières, d’autant plus marquées que les épidémies et la peur qu’elles inspirent se répéteront – la restauration de Schengen à laquelle il s’accroche en insistant pour garder nos frontières ouvertes est plus improbable car on craint le virus d’avant en arrière ou craint les virus. Deuxièmement, en raison de la diffusion claire des réponses au défi sanitaire, de la grande différence de politique et des situations qui en résultent. Sans le savoir, le président de la République lui-même a reconnu ce déclin lorsqu’il a sonné l’alarme, étonnamment au milieu des attaques du virus corona: « C’est le projet européen qui est en jeu! «  Il vaut mieux dire que ledit projet, qui a été invoqué dans tous les tons à l’époque de la Société des Nations il y a un siècle, a été inclus dans de nombreuses séries depuis 1948, a été créé en 1957 et a été étendu avec une série de traités qui La vie des États depuis 1986 n’est encore qu’un « projet » – et qu’après un siècle d’incantations creuses, d’essais et d’erreurs précieux et désarmants (au sens du désarmement politique), ce projet est toujours « en jeu » comme avant et une fois, c’est-à-dire flottant dans l’air. Force est d’admettre qu’un siècle plus tard ce fut un échec massif, dont la dimension historique a scellé la faillite de plusieurs générations politiques.

Le bâtiment Paul-Henri Spaack du Parlement européen est décoré d’une gigantesque fresque représentant Zeus, déguisé en taureau, kidnappant l’Europe phénicienne pour l’emporter loin de chez soi, en Crète, et pour s’en régaler. Curieux mythe fondateur, qui rappelle au moins le fait que l’Europe est une fuite – une de ces fuites qui rend toute crise, qui revient toujours à l’essentiel, impossible. Le sérieux du temps présent, et sans doute du temps à venir, interdit ce genre d’aventure. Il est définitivement trop tard depuis que le «non» français de 2005, le «non» néerlandais puis le «non» irlandais ont coupé la tête du canard, qui a depuis gloussé et s’est finalement effondré dans l’étang. Trop tard quand tout reflue, quand la Grande-Bretagne rentre chez elle, quand la plupart des pays de l’Est s’habituent à ignorer ce que Bruxelles peut décider (« Bruscou », comme on dit), mais une grande partie du peuple italien, qui y croyait tant, l’a à son tour réfutée; surtout trop tard, alors que l’Allemagne, qui a détruit il y a trois quarts de siècle, est revenue à la santé, jusqu’à ce qu’elle se transforme en taureau et charge les Européens, c’est-à-dire avec l’euro, le coût énorme de la réunification: elle est à son tour rentrée chez elle, sans avoir l’intention de considérer l’Union comme une solidarité – d’ailleurs, qui doute qu’elle soit nulle si elle, qui s’en sort si bien, doit payer les dettes des autres – sinon la présidente des Français République, perdue dans ses projets, ses architectures et ses rêves?

Sauvez l’Union européenne ou l’Europe?

La question n’est plus l’avenir du projet européen, mais l’avenir de l’Europe elle-même. La brigade de sauvetage sur les masques n’est qu’un exemple, grinçant certainement lorsque nous avons vu des pays de l’UE en concurrence désordonnée avec le gouvernement chinois, l’Italie appelant à l’aide la Russie, la Chine et les États-Unis, tandis que la France conservait des millions de masques destinés à Espagne – et l’UE est heureuse de les envoyer de son côté vers des pays tiers. Pour les gens ordinaires en France qui pensaient avoir «  fait l’Europe  » pour se protéger contre d’autres dépendances, la révélation que tout ce qui vient d’Asie peut être attendu pour des fournitures nerveuses comme du matériel médical et même des médicaments de base (il existe de nombreux autres composants informatiques, même essentiels) ), et parfois des instruments stratégiques (nous achetons des éléments de notre puissance de frappe aux États-Unis et 85% de nos munitions en Israël) révèlent une situation aussi humiliante que celle des pays dits du « tiers monde »: le résultat est un un traumatisme difficile à évaluer, mais inoubliable.

Terminons avec l’essence, que tout le monde pointe finalement et qui suppose en fait un réarmement immédiat, faute de quoi le continent lui-même sera éclipsé. L’ouverture économique de l’UE, son dogme imperturbable, est devenue une ouverture béante sur son flanc industriel, et même l’agriculture où une fois l’autosuffisance a été attaquée est maintenant attaquée et pour des produits qui deviennent malheureusement nécessaires, comme le soja. Je m’étais un jour demandé dans la galerie du Parlement européen quelle était la signification du mot « ouvert » qui combinait tous les modernes dans un même état d’ébriété, des libéraux aux socialistes, a fait leur gri-gri commun: ouvert comme une porte que nous sommes déchirés pouvons-nous fermer notre corps ou simplement l’enterrer? Les déclarations d’un vieux bandit élancé, soixante-huit en arrière obsédé par l’ouverture, y compris celle de sa mouche, m’ont protesté que « les échoués de (mes) espèces doivent retourner à leur moyen âge » ont été accueillis par des applaudissements sur presque tous les bancs. Aujourd’hui, nous sommes ceux qui peuvent enterrer le corps, non pas d’un « projet européen » il y a longtemps, mais de l’Europe elle-même, avec des richesses gaspillées et des blessés. Les souverainistes ont longtemps été publiés pour les extrémistes: ils étaient extrêmement inquiets, ce qui ne semble plus injustifié aujourd’hui.

L’abandon de la souveraineté se révèle enfin ce qu’il est, l’oubli paresseux de la responsabilité politique et de la politique elle-même. Sans doute, c’était mortel, surtout en France, une grande nation qui devait presque tout à une grande politique qui, par le matérialisme qui triomphe des ruines de toute foi, chasse lentement le bien commun, qui est d’abord la conscience du Bien est une morale, et ce qu’on appelait autrefois non pas de la science, mais une « préoccupation politique », qui est une éthique. Voici la partie la plus difficile: pouvons-nous enseigner à cette responsabilité que l’effondrement de l’Europe nous renvoie de toute urgence – comme éthique, comme responsabilité, comme autorité, finalement morale? C’est ce que nous devons examiner pour terminer notre étude.

note que Raphaël Glucksmann confirme dans L’Obs, c’est aussi le titre de l’article: « Ce qui doit prévaloir, ce n’est pas l’idéal européen, c’est la nécessité d’être souverain » (sic).

Ou même, avec de l’eau du même navire, un certain DSK, expert dans différents confinements, qui confirme cyniquement, comme lui et les socialistes ont contribué à la marche forcée dans le pire des cas qu’il expose aujourd’hui: « Nous notons, stupéfaits qu’une grande partie de notre approvisionnement en médicaments dépend de la Chine, en faisant de ce pays « l’usine du monde », n’avons-nous pas renoncé à des domaines essentiels pour assurer notre sécurité? « dans International Politics, 5 Avril 2020. Le journaliste de Russian Today qui commente cet article écrit: « Plus surprenant, [DSK] admet que les « doctrinaires », dans la croyance que la mondialisation est « la plus haute étape du capitalisme », ou que les « idéalistes » qui voient l’une des causes de la pandémie dans « l’absurdité écologique de transporter vingt fois marchandises « d’un bout à l’autre de la planète » […] avaient en partie raison. Il ajoute: « Il est très probable que la crise entraînera une délocalisation de la production ».