Accueil » News » Amortissement comptable: calcul, durée et méthodes

Amortissement comptable: calcul, durée et méthodes

  • par

La valeur de immobilisations est distribué en comptabilité, sur leur durée de vie probable à travers« Dépréciation. Compta-Facile présente les principales caractéristiques de amortissement des immobilisations :

Amortissement comptable

Qu’est-ce que l’amortissement comptable?

Par définition, une dépréciation correspond à un reconnaissance de la perte de valeur d’un bien, à cause de son utilisation (usure physique),évolution technique (obsolescence des actifs) ou tout simplement temps. Il permet de corriger la valorisation des immobilisations qui a été effectuée dans le cadre de l’entrée dans le patrimoine de l’entreprise.

Le comptabilité d’amortissement prouve obligé à la fin de chaque exercice, même si le résultat comptable d’un exercice entraîne une perte.

Pour approfondir cette idée: qu’est-ce que la dépréciation?


Avez-vous besoin d’un comptable agréé? Recevez un devis rapidement et gratuitement
adapté à vos souhaits de notre partenaire ECL DIRECT


Quels sont les actifs amortissables?

A. immobilisation est Ecrire de depuis leutilisation qui sera fait par l’entreprise déterminable et que c’est limité dans le temps. Ceci est principalement mesuré par la création de flux de trésorerie pour l’entreprise.

En principe, toutes les immobilisations corporelles sont amortissables, à l’exception des terrains et des œuvres d’art. Les éléments suivants peuvent donc être radiés:

  • structures, installations générales, luminaires,
  • équipements et outils industriels,
  • transport, matériel de bureau et informatique,
  • les meubles.

Certains actifs incorporels sont amortissables. C’est particulièrement le cas pour:

  • brevets pour inventions, licences,
  • les frais de logiciels et de développement,
  • sites web (sous conditions),
  • et goodwill (sous réserve de plus d’informations: amortissement du goodwill).

Enfin, les immobilisations financières ne sont pas amortissables. Cependant, ils peuvent être radiés.

Quelles sont les échéances pour calculer l’amortissement comptable?

Le période d’amortissement d’une immobilisation doit correspondre au temps d’utilisation réel bien par l’entreprise. Certaines petites et moyennes entreprises ont le droit de ne pas rechercher la durée de vie utile et d’appliquer la durée de vie utile autorisée à des fins fiscales (dans ce dernier cas, ces sociétés sont exemptées de déterminer la durée de vie utile réelle de leurs immobilisations).

Les entreprises bénéficiant de cette disposition sont celles qui, à la fin d’un exercice, ne dépassent pas deux des trois seuils suivants:

  • total du bilan ≤ 3 650 000 € (porté à 4 000 000 €),
  • chiffre d’affaires hors taxes ≤ 7 300 000 € (porté à 8 000 000 €)
  • et employés ≤ 50.

Pour les entreprises qui remplissent les conditions ci-dessus, voici les termes les plus couramment utilisés par l’administration fiscale:

  • matériel: entre 6 et 10 ans,
  • outils: entre 5 et 10 ans,
  • moyen de transport: entre 4 et 5 ans,
  • mobilier: 10 ans,
  • matériel informatique (notamment informatique): 3 ans,
  • brevets: 5 ans,
  • logiciel: 3 ans.

L’administration fiscale admet une différence de 20% par rapport à l’utilisation de la profession. En outre, il prévoit l’application d’arrangements préférentiels permettant la dépréciation rapide de certains biens: dépréciation exceptionnelle.

La doctrine comptable permet aux entreprises qui ont utilisé ces périodes d’annuler leurs actifs pour conserver les plans de remboursement initiaux lorsqu’ils franchissent les seuils, ce qui leur permet de bénéficier de cette mesure de simplification. Pour les biens qui sont inclus dans les actifs après le dépassement, les entreprises doivent respecter les règles « classiques ». Ils devront donc déterminer la durée de vie utile de chaque bien.

Pour approfondir cette idée: choisissez la durée d’amortissement de l’amortissement d’une immobilisation.

Quelle est la date de début de l’amortissement comptable?

En comptabilité, l’amortissement d’une immobilisation commence de la mise en service du bâtiment (date à laquelle l’actif est en état de fonctionnement selon l’utilisation prévue par la direction).

Les règles fiscales sont les mêmes si l’amortissement linéaire est utilisé. En revanche, si la société utilise la méthode de l’impôt dégressif au bilan (voir ci-dessous), la date de début d’amortissement est le premier jour du mois d’acquisition du bien.

Beaucoup méthodes d’amortissement sont autorisés en comptabilité; les principaux sont l’amortissement linéaire, le solde dégressif et l’amortissement variable. Les calculs d’amortissement peuvent être effectués directement par l’entreprise sur une feuille de calcul à l’aide d’Excel ou automatiquement à l’aide d’un logiciel de gestion des immobilisations.

Calcul selon la méthode linéaire

Leamortissement linéaire consiste en répartir uniformément la perte de valeur des immobilisations régulièrement sur la durée de vie de ces derniers (il s’agit de la durée de vie réelle telle que définie par l’entreprise). Le taux d’amortissement est calculé comme suit: (100 / nombre d’années dans la vie de l’actif)%. Par exemple, pour un ordinateur amorti sur 3 ans, le taux d’amortissement est de [ (100/3) / 100 ] ou 33,33% par année complète (l’amortissement réel doit ensuite être calculé au prorata en fonction du nombre de jours de l’exercice sur un total de 360 ​​jours par année complète).

Exemple : le matériel informatique a été acheté le 15 avril pour 1 200 € HT La société termine son exercice le 31 décembre de chaque année. L’immeuble est amorti linéairement sur 3 ans (ce qui représente un taux d’amortissement de 33,33%). L’amortissement est donc de 283 € pour le premier exercice (1200 * 33,33% * 255/360), 400 € pour les deuxième et troisième exercices (1200 * 33,33%) et enfin 117 € pour le quatrième exercice (1200 * 33,33% * 105/360).

Pour approfondir cette idée: compiler un tableau de dépréciation et d’amortissement selon le mode linéaire.

À des fins fiscales, la méthode linéaire est la méthode d’amortissement normale. Il s’agit de la référence de calcul pour l’application de la règle d’amortissement minimum (voir ci-dessous: Y a-t-il une limite d’amortissement?).

Calcul à l’aide de la méthode de l’amortissement variable

Leamortissement variable consiste en écrire une maison basée sur unités de travail qu’il consomme. Cela signifie, par exemple, qu’un véhicule l’amortit en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Pour une machine, il est possible de conserver le nombre de pièces produites. Les unités de travail doivent être connues de manière fiable dès le départ et ne doivent pas varier arbitrairement.

Calcul selon la méthode du solde dégressif

Lebilan décroissant est une forme d’avantage fiscal pour les sociétés. Cela consiste en appliquer un coefficient fiscal au taux linéaire (ce coefficient est de 1,25 pour les durées d’amortissement comprises entre 3 et 4 ans, 1,75 pour les durées de 5 et 6 ans et 2,25 pour les durées supérieures à 6 ans). L’amortissement supplémentaire résultant de l’application de la méthode du solde dégressif doit être comptabilisé en amortissement spécial.

Exemple : le 01/01 / N un outil a été acheté pour 8 000 €. Il est amorti sur 4 ans. La société termine son exercice au 31 décembre de chaque année.

  • S’il avait utilisé la méthode de l’amortissement linéaire, il amortirait le bien pour 2 000 € par an (8 000 * (100/4)%) sur 4 ans;
  • Avec une dépréciation fiscale décroissante, il pourrait déduire sa dépréciation à 31,25% (8 000 * (100/4)% * 1,25) la première année, soit une dépréciation totale de 2 500 € (dont dépréciation économique: 2 000 € et dépréciation spéciale: € 500);
  • Ensuite, lorsque la rente à solde décroissant devient inférieure au rapport entre la valeur de récupération et le nombre d’années restantes, l’entreprise applique un amortissement égal à une rente linéaire sur la durée restante (cette dernière est calculée sur la valeur de l’actif, compte tenu de la durée d’amortissement restante)
  • À la fin de l’année 1, le ratio était de 1 833 ((8 000-2 500) / 3). Le montant de l’amortissement fiscalement déductible est donc de 1 833 € et la société s’est dépréciée linéairement à 2 000 €. Il devrait donc procéder à une reprise partielle de l’amortissement spécial qu’il avait affecté à la différence de l’année 1, réparti sur la période restante (soit 167 euros pour 3 ans).

Voici le détail du plan de remboursement:

année Base peu fiable Amortissement fiscal Amortissement économique Amortissement exceptionnel Valeur résiduelle Valeur résiduelle / nombre d’années restantes
1 8000 2500 (1) 2000 (2) 500 (3) 5 500 (4) 1 833 (5)
2 1 833 (6) 2000 -167 3,667
3 1 833 2000 -167 1 834
4 1 833 2000 -167 0
Total 8000 8000 0 0

(1) 8000 * (1/4) * 1,25
(2) 8 000 * (1/4)
(3) 2500-2000
(4) Valeur nette comptable: 8 000 – 2 500
(5) Rapport entre la valeur résiduelle et le nombre d’années restantes: 5 500 / (4 – 1)
(6) Amortissements calculés selon la méthode de l’amortissement linéaire, sur la valeur résiduelle du bien et étalés sur la période restante, soit: 5 500/3

Remarque : le solde dégressif est calculé annuellement sur la valeur résiduelle de l’actif. De plus, tous les biens ne sont pas éligibles à cette dépréciation (seuls les biens nouvellement acquis avec une période d’amortissement fiscal de plus de 3 ans peuvent bénéficier de cette dépréciation). Les voitures particulières font partie des marchandises exclues.

Dans tous les cas, l’entreprise doit préparer un plan d’amortissement spécifique pour chaque actif. Ce plan doit tenir compte de la base d’amortissement de l’actif, de la valeur résiduelle et du mode d’amortissement.

Pour approfondir cette idée: compiler un tableau d’amortissement et un tableau d’amortissement selon le mode de solde dégressif.

Y a-t-il une limite à l’amortissement comptable?

A. limitation déterminé par l’administration fiscalement S’applique aux sociétés (cette limite est uniquement à des fins fiscales, ne s’applique pas à la comptabilité dans les états financiers de l’entité). D’un point de vue fiscal, l’amortissement ne peut être inférieur ou supérieur à l’amortissement calculé selon la méthode linéaire (sauf en cas d’amortissement dégressif de la taxe sur le solde):

  • si l’amortissement comptable est inférieur à l’amortissement fiscalement déductible, une dépréciation spéciale doit être comptabilisée;
  • si l’amortissement comptable est supérieur à l’amortissement fiscalement déductible, l’entreprise doit intégrer l’excédent d’amortissement de manière extra comptable (dans son compte de résultat annuel).

Certaines immobilisations incorporelles peuvent bénéficier d’amortissements fiscaux exceptionnels, et notamment certains investissements réalisés entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2017 et peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d’une déduction non comptable exceptionnelle de 40% (il s’agit de l’amortissement fiscal des immobilisations) . Gardez à l’esprit que cette mesure n’affecte que les questions fiscales (et non comptables).

Enfin, des limites fiscales spécifiques s’appliquent à certains produits, notamment en ce qui concerne la dépréciation des voitures particulières.

Conclusion : L’amortissement est utilisé en comptabilité pour enregistrer la perte de valeur des immobilisations de la société. Ces valeurs doivent être lissées sur la durée de vie utile probable de l’entreprise en fonction du taux de consommation des avantages économiques futurs et donc en utilisant la méthode la plus proche de la réalité (linéaire ou décroissante, voire variable).