Accueil » News » La Banque de France demande à l’Etat d’en faire plus

La Banque de France demande à l’Etat d’en faire plus

  • par

Ouvriers sur un chantier à Lille, lundi 11 mai.
Ouvriers sur un chantier à Lille, lundi 11 mai. Michel Spingler / AP

Na « L’heure de l’urgence », « Il est temps de redémarrer » de l’économie est maintenant venu. Il faudra « Action patiente et sélective », pour aider les fonds propres, a expliqué le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, en présentant les derniers indicateurs de l’économie française sur France Inter, mardi 12 mai sur France Inter.

La compression a entraîné une perte de 6 points du produit intérieur brut (PIB), selon les calculs de la Banque de France, il n’y a donc pas eu de détérioration de la tendance en avril. Cependant, M. Villeroy de Galhau prévient, sur l’ensemble de l’année, de la baisse de la croissance « Sera supérieur à cela puisque l’activité reste partielle lors du redémarrage ». Le gouvernement s’attend également à une baisse de 8% du PIB d’ici 2020.

Comme l’INSEE l’avait déjà établi, l’économie est devenue « Près des trois quarts » en avril, lorsque la fermeture de mars avec inclusion a endormi un tiers de l’économie.

Une « amélioration » expliquée par l’adaptation de certaines exploitations aux conditions sanitaires

« Dans l’ensemble, alors que nous estimons la perte de PIB sur une semaine d’incarcération typique de mars à environ 32%, notre nouvelle estimation pour une semaine d’incarcération typique en avril est d’environ – 27% », précise la Banque de France dans sa note commerciale, délivrée le mardi 12 mai. A. « Amélioration » ce qui peut s’expliquer par l’adaptation de certaines entreprises aux conditions de santé, notamment dans l’industrie et la construction. Le secteur automobile est resté le secteur industriel le plus durement touché en avril et le secteur avec les perspectives de reprise les plus sombres.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous courons le risque d’une forte baisse de l’industrie »

Dans le secteur des services, ce sont les entreprises qui ont traité avec les entreprises qui ont le mieux résisté en avril, et surtout celles qui ont pu mettre en place le télétravail en masse. Trois secteurs utilisent plus de 70% du télétravail: l’édition, l’informatique et les activités juridiques et comptables. Leur niveau d’activité s’est fait sentir: il était plus élevé en avril. Il convient de noter que le secteur des services, à l’exception du secteur de la restauration, presque stagnant, est le plus touché par le travail intérimaire, suivi de près par la réparation automobile.

Le redémarrage dépendra fortement du comportement domestique

Quelle sera l’activité redémarrer maintenant que l’enceinte est levée? « Si je dois donner une ambitiondit le gouverneur, nous pourrions récupérer dix autres points d’activité d’ici la fin mai « … l’économie oscillerait alors autour de 80%.

Vous avez lu 38,57% de cet article. La suite est réservée aux abonnés.