Accueil » News » Immobilisations et leur amortissement

Immobilisations et leur amortissement

  • par

Les immobilisations sont constituées de biens durables ou de titres qui ont une utilisation sur plusieurs périodes comptables, généralement un an, et comprennent des biens immobiliers et bien d’autres.

Ces biens font partie du patrimoine de l’entreprise, même s’ils ont une durée de vie limitée (équipements de bureau, etc.).

Le plan comptable général les situe au« actifs au bilan et les coder en classe 2 (c’est-à-dire les comptes commençant par 2).

Ils peuvent être divisés en trois familles de «  comptables  », bien que le P.C.G. d’autres classements.

Immobilisations corporelles

Ils ont une existence physique, une durée de vie supérieure à un an et une valeur d’usage suffisante pour représenter le capital.

Il est donc admis par l’administration fiscale que les objets dont le prix unitaire est inférieur à 500 € HT ne constituent pas des immobilisations mais sont considérés comme des charges courantes qui doivent être supportées en charges générales.

Quels comptes sont utilisés?

Le plan comptable général structurant les comptes des entreprises a codé les immobilisations corporelles suivantes. Ce sont les comptes comptables utilisés:

  • 211 champs
  • 213 Constructions
  • 214 Constructions sur les terres d’autrui
  • 215 Installations techniques, matériaux et outils industriels
  • 218 Autres immobilisations corporelles, elles-mêmes subdivisées en sous-comptes car elles regroupent différents éléments intervenant dans la plupart des sociétés, comme suit:
    • 2181 Installations générales, accessoires, accessoires divers
    • 2183 Moyens de transport
    • 2184 Meubles
  • 231 Immobilisations en cours
  • 238 Avances et dépôts sur immobilisations corporelles.

Comment transmettre les données comptables des immobilisations?

L’achat et la vente d’une immobilisation corporelle sont présentés dans les comptes comme suit:

1- Comment justifiez-vous l’achat d’une immobilisation?

Prenant le principe le plus courant de récupération de la TVA pour toutes les entreprises (à l’exception des indépendants exonérés de leurs revenus, etc.), prenons l’exemple de l’achat d’un véhicule roulant dont le prix d’achat est de 30000 € HT et € 6000 TVA payée en espèces par chèque.

Date Compte Étiquette Débit crédit
– / – / – 218200 Véhicule X 30 000,00
– / – / – 445620 V.A.T. sur l’immobilisation 6 000,00
– / – / – 512100 Banque 36 000,00

2- Comment enregistrer la vente d’un bien?

Les entrées «sortie», généralement la revente du bien, sont les suivantes, par exemple, la vente au comptant du même véhicule au prix de 12 000 € TTC (ou 10 000 € HT) après quelques années et avec un estimation de l’amortissement cumulé à 25 000 €:

Date Compte Étiquette Débit crédit
– / – / – 512000 Banque 12 000,00
– / – / – 445710 TVA collectée sur les immobilisations 2.000,00
– / – / – 775200 Produit de la vente des actifs transférés 10 000,00
– / – / – 675200 Valeur comptable nette des actifs vendus 5000,00
– / – / – 281810 Véhicule d’amortissement X 25 000,00
– / – / – 218200 Sortir du véhicule X 30 000,00

Le bénéfice net est représenté en prenant la différence entre les comptes de profits et pertes, c’est-à-dire la différence entre ce qui est dans le compte 7752 et ce qui apparaît dans le compte 6752. Dans notre exemple, ce bénéfice est de 5000 € (c’est-à-dire 10000 € – 5000 €).

Grâce à notre administration, le résultat est constaté et les comptes 218 et 2818 seront également liquidés et donc disparaîtront du bilan de l’exercice en cours.

Immobilisations incorporelles

Ceux-ci n’ont pas de substance physique mais représentent une valeur réelle, une « bonne volonté » comme disent nos amis anglo-saxons et il est logique de les considérer comme un véritable atout.

Ces marchandises sont:

  • bonne volonté (207)
  • droits au bail (206)
  • brevets, licences, marques (205)

Et bien qu’il puisse être considéré comme une version, le P.C.G. ajouté:

  • frais de recherche et développement (203)
  • constitution, augmentation de capital, fusion, frais de transformation juridique, ainsi que les frais de prospection et de publicité (201).

Mais ces coûts peuvent être « amortis » au cours de leur première année et sont indirectement retirés des actifs.

Immobilisations financières

Ce sont des investissements à moyen ou long terme et peuvent comprendre:

  • actions de filiales ou d’autres partenaires (272)
  • obligations diverses émises par des filiales ou autres (2721)
  • des titres de créance tels que des avances, des prêts, des dépôts et des garanties de loyer (274, 275, 276).

Sauf dans des cas exceptionnels, ces actifs non courants ne sont pas amortissables, à l’exception des dépréciations donnant lieu à des commissions.

Amortissement

Calculer l’amortissement

Le plan comptable général utilise le compte 28 et ses sous-comptes pour chacune des classes d’actifs présentes dans les comptes de l’entreprise qui figurent sous ses actifs.

L’amortissement est destiné à prévoir l’usure, le vieillissement et l’amortissement de ces actifs.

La loi fiscale générale Art. 39/12 estime la durée de vie moyenne et conseille sur les pourcentages d’amortissement annuels à respecter, sauf si les entrepreneurs accordent une exonération à leurs risques et périls.

Il donne une plage mini-max, qui est la suivante:

  • 2 à 5% pour les bâtiments, où la valeur du terrain est exclue car par définition indestructible
  • 5 à 10% pour les installations et les luminaires
  • 10 à 20% pour les matériaux et les outils
  • 20 à 25% pour les véhicules
  • 10 à 20% pour le mobilier de bureau
  • 33% pour les équipements informatiques (3 ans)

Il est à noter que tous les achats de ces articles d’une valeur inférieure à 500 € peuvent ne pas être inclus dans les actifs (ils ne seront pas amortis), mais seront imputés directement (avec déduction immédiate) aux frais généraux.

Il est possible d’utiliser des taux d’amortissement plus élevés pour les biens d’occasion, ou en cas d’usure prématurée ou de vieillissement, si l’entreprise doit en justifier la raison.

De plus, en plus de l’amortissement linéaire, l’entreprise peut opter pour l’amortissement dégressif du solde, en utilisant les coefficients indiqués par le CGI pour augmenter ces taux pour tenir compte de l’amortissement plus rapide du bien au cours de la première année.

L’administration fiscale et douanière prescrit des coefficients d’augmentation pour les taux linéaires habituels en fonction de la période d’amortissement normale.

Ces taux de solde dégressif (T.A.D.) sont:

  • 1,25 pour une période de 3 à 4 ans
  • 1,75 pour une période de 5 à 6 ans
  • 2.25 pour une durée de plus de 6 ans

Ces taux s’appliquent à la valeur comptable nette année après année et la dotation aux amortissements diminue d’année en année.

Notez que ce système d’amortissement ne peut pas être appliqué:

  • équipement d’occasion
  • voitures particulières
  • bien amortissable en moins de 3 ans

QUELS ÉCRITS COMPTABLES?

La dépréciation étant une charge de l’exercice, elle concerne les comptes suivants, débités:

  • 681: Coûts d’amortissement (coûts d’exploitation)
  • 686: amortissements (charges financières)
  • 687: amortissements (charges exceptionnelles)

Les différents comptes de classe 28 correspondants sont crédités.

Les montants ainsi crédités aux comptes d’amortissement ne figurent pas au bilan en tant que passif, mais en déduction des comptes d’actifs correspondants.

En conclusion, l’amortissement qui vise à mettre de côté des ressources pour remplacer des immobilisations inutiles réduit encore le profit (ou aggrave les déficits).

En raison de cet impact sur l’assiette fiscale et sur les résultats susceptibles d’être diffusés aux associés, nous pensons que l’avis du commissaire aux comptes de la société serait utile pour choisir les taux et la méthode d’amortissement. (linéaire ou accéléré).