Accueil » News » STREAMWIDE: _ Rapport des comptes consolidés 2019

STREAMWIDE: _ Rapport des comptes consolidés 2019

  • par

Exercice terminé le 31 décembre 2019

Rapport du commissaire sur les comptes consolidés

ERNST & YOUNG et autres

Ernst & Young et autres

Tél. : +33 (0) 1 46 93 60 00

Première tour

www.ey.com/fr

TSA 14444

92037 Paris-La Défense cedex

StreamWIDE

Exercice terminé le 31 décembre 2019

Rapport du commissaire sur les comptes consolidés

Lors de l’Assemblée Générale de la société StreamWIDE,

Des conseils

Afin de mener à bien la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale, nous avons procédé à l’audit des comptes consolidés de la société StreamWIDE pour l’exercice clos le 31 décembre 2019, annexés au présent rapport. Ces comptes ont été approuvés par le conseil d’administration du 13 mars 2020 sur la base des informations disponibles à l’époque dans le contexte d’une crise sanitaire en évolution liée à Covid-19.

Nous déclarons que, à la lumière des normes IFRS adoptées dans l’Union européenne, les états financiers consolidés sont réguliers, sincères et véridiques et sincères et donnent une image fidèle des résultats d’exploitation de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et des actifs. à la fin de l’exercice, du groupe composé des personnes et entités incluses dans la consolidation.

Opinion de base

Nous avons effectué notre audit selon les normes professionnelles applicables en France. Nous pensons que les éléments que nous avons collectés sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion.

Les responsabilités qui nous incombent en vertu de ces normes sont identifiées dans la section

  • Responsabilités du commissaire aux comptes relatives à l’audit des comptes annuels consolidés »du présent rapport.

Nous avons effectué notre mission d’audit conformément aux règles d’indépendance applicables, pour la période du 1hein Janvier 2019 à la date de publication de notre rapport, et en particulier nous n’avons pas fourni de services interdits par le Code d’éthique de la commissaire.

Capital variable S.A.S.

438 476913 R.C.S. Nanterre

Compagnie des commissaires

Siège social: 1-2, place des Saisons – 92400 Courbevoie – Paris – La Défense 1

Justification des évaluations

Conformément aux dispositions des articles L. 823-9 et R. 823-7 du Code de commerce concernant la justification de nos appréciations, nous attirons votre attention sur les appréciations suivantes qui, à notre avis, ont été les plus importantes pour l’audit des comptes consolidés de l’exercice.

Ces jugements ont été faits dans le cadre de l’audit des comptes consolidés pris dans leur ensemble, approuvés dans les conditions ci-dessus, et de la formation de notre opinion ci-dessus. Nous n’exprimons pas d’opinion sur les éléments de ces états financiers consolidés qui sont pris séparément.

La note 4.3 de l’annexe aux comptes consolidés décrit la manière dont les produits sont comptabilisés en fonction des différents types de produits. Notre travail a consisté à évaluer la validité et l’application correcte des méthodes mentionnées sur la base de tests.

Les principes comptables des frais de recherche et développement sont décrits en note 4.5 de l’annexe aux comptes consolidés. Dans le cadre de notre appréciation des principes comptables suivis par votre groupe, nous avons examiné le bien-fondé de la méthode comptable utilisée et sa bonne application.

Contrôles spécifiques

Nous avons également procédé, conformément aux normes d’exercice professionnel applicables en France, aux vérifications spécifiques prévues par les textes légaux et réglementaires des informations relatives au groupe, données dans le rapport de gestion du conseil d’administration établi le 13 mars 2020. S’agissant des événements survenus et des éléments connus après la date de clôture des comptes liés aux conséquences de la crise de Covid-19, la direction nous a informés que une communication à ce sujet sera présentée lors de la réunion convoquée par le général pour statuer sur les comptes.

Nous n’avons pas d’observation à formuler sur leur sincérité et leur cohérence avec les comptes consolidés.

Responsabilités de la direction et des responsables du gouvernement d’entreprise à l’égard des états financiers consolidés

Il appartient à la direction d’établir des comptes consolidés présentant une image fidèle conformément aux normes IFRS telles qu’adoptées dans l’Union européenne, et de mettre en œuvre le contrôle interne qu’elle juge nécessaire à l’établissement des comptes consolidés. sans anomalies significatives, que ce soit en raison d’une fraude ou d’une erreur.

Lors de la préparation des comptes consolidés, il incombe à la direction d’évaluer la capacité de la société à poursuivre son exploitation et, le cas échéant, d’appliquer dans ces comptes les informations nécessaires en matière de continuité et de continuité d’exploitation, sauf s’il est destiné à liquider la société ou à mettre fin à ses activités.

Les états financiers consolidés ont été approuvés par le conseil d’administration.

StreamWIDE

Exercice terminé le 31 décembre 2019

2

Responsabilités du commissaire aux comptes en matière d’audit des comptes consolidés

Il nous appartient de préparer un rapport sur les comptes consolidés. Notre objectif est d’obtenir une assurance raisonnable que les comptes consolidés dans leur ensemble ne contiennent pas d’anomalies significatives. Une assurance raisonnable équivaut à un degré d’assurance élevé, sans toutefois garantir qu’un audit effectué selon les normes professionnelles permette de détecter systématiquement les écarts importants. Les anomalies peuvent être dues à des fraudes ou à des erreurs et sont considérées comme importantes lorsqu’elles peuvent raisonnablement être susceptibles d’influencer, individuellement ou conjointement, les décisions économiques prises par les utilisateurs des comptes. sur cette base.

Comme précisé à l’article L. 823-10-1 du Code de commerce, notre mission de certification des comptes n’est pas de garantir la viabilité ou la qualité de la gestion de votre entreprise.

Dans le cadre d’un audit effectué selon les normes professionnelles applicables en France, le commissaire aux comptes exerce son jugement professionnel lors de cet audit. De plus:

  • il identifie et évalue les risques que les comptes consolidés contiennent des anomalies significatives, à savoir celles-ci résultent de fraudes ou résultent d’erreurs, définissent et mettent en œuvre des procédures d’audit à la lumière de ces risques et rassemblent des éléments qu’il juge suffisants et appropriés pour fonder son opinion. Le risque de ne pas détecter une anomalie significative due à une fraude est supérieur à une anomalie significative due à une erreur, car la fraude peut entraîner une collusion, une contrefaçon, des omissions volontaires, de fausses déclarations ou un contournement du contrôle interne;
  • prend acte de l’audit interne pertinent à l’audit afin de définir les procédures d’audit appropriées dans les circonstances et de ne pas exprimer d’opinion sur l’efficacité de l’audit interne;
  • il apprécie le caractère approprié des méthodes comptables retenues et le caractère raisonnable des estimations comptables faites par la direction, ainsi que les informations contenues dans les comptes consolidés;
  • il évalue le bien-fondé de l’application par la direction des principes de continuité et, selon les éléments collectés, s’il existe ou non une incertitude significative en lien avec des événements ou des conditions susceptibles d’entraîner la poursuite des activités de l’entreprise . Cette évaluation est basée sur les éléments collectés jusqu’à la date du rapport, mais il est rappelé que des circonstances ou événements ultérieurs peuvent compromettre la continuité. S’il conclut qu’il existe une incertitude significative, il attire l’attention des lecteurs de son rapport sur les informations contenues dans les comptes consolidés concernant cette incertitude ou, si ces informations ne sont pas fournies ou ne sont pas pertinentes, formule une certification avec réserve ou refus de certifier ;
  • il apprécie la présentation d’ensemble des comptes consolidés et vérifie si les comptes consolidés reflètent les activités et événements sous-jacent pour donner une image vraie;

StreamWIDE

Exercice terminé le 31 décembre 2019

3

  • en ce qui concerne les informations financières des personnes ou entités incluses dans le périmètre de consolidation, il rassemble des éléments qu’il juge suffisants et appropriés pour donner une opinion sur les comptes consolidés. Il est responsable de la gestion, de la supervision et de l’exécution de l’audit des comptes consolidés et de l’opinion sur ces comptes.

Paris-La Défense, 30 avril 2020

Le commissaire

ERNST & YOUNG et autres

Jean-Christophe Pernet

StreamWIDE

Exercice terminé le 31 décembre 2019

4

Groupe STREAMWIDE – États financiers consolidés – 31 décembre 2019

  • Compte de résultat consolidé pour les exercices clos les 31 décembre 2019 et 31 décembre 2018

en K €

31-déc-19

IFRS 16

31-déc-19

31-déc-18

Remarque

(12 mois)

(12 mois)

Licences

3 883

3 883

2,169

L’entretien

3,269

3,269

3,439

Les services

3 009

3 009

1 051

Vendre à des tiers

48

48

105

Chiffre d’affaires

10 209

0

10 209

6 764

7.1

Achats et variations de stock

-53

-53

7.3

Coûts externes

-2 327

714

3,041

-2,569

7.3

Taxes et droits

-105

-105

-54

Frais de personnel

-3 767

-3 767

-3 228

7.2

Coûts d’amortissement

-3 317

-714

-2 602

-2 488

7.4

Dotations nettes aux provisions

-114

-114

-66

7.4

Autres produits d’exploitation

684

684

644

7,5

Résultat d’exploitation courant

1 210

0

1 211

-996

Autres produits d’exploitation

4

4

Autres charges d’exploitation

-3

7,5

Bénéfice d’exploitation

1 214

0

1 215

-999

Trésorerie et équivalents de trésorerie

16

16

17

Coûts financiers bruts

-96

-56

-40

-50

Coûts financiers nets

-80

-56

-24

-33

7.6

Autres produits financiers

110

110

225

7.6

Autres frais financiers

-53

-53

-96

7.6

Dépenses / revenus fiscaux

-50

-50

-73

7.7

Résultat net des activités poursuivies

1 141

-56

1 198

-975

Résultat net des activités

arrêté ou vendu

Revenu net

1 141

-56

1 198

-975

Part de groupe

1 141

-56

1 198

-975

Intérêts minoritaires

Bénéfice de base par action

0,40

-0.02

0,42

-0,32

7.8

Bénéfice dilué par action

0,40

-0.02

0,42

-0,32

7.8

À TOUTE ÉPREUVE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DÉCEMBRE 2019

47

  • États financiers consolidés au 31 décembre 2019 et au 31 décembre 2018

en K €

31-déc-19

IFRS 16

31-déc-19

31-déc-18

Remarque

Immobilisations incorporelles

8 090

8 090

7 129

8.1

Immobilisations corporelles

2,439

1,624

815

254

8.2

Autres actifs financiers

451

451

358

8.3

Actifs d’impôt différé

145

145

123

8.4

ACTIFS NON COURANTS

11 126

1,624

9 502

7 864

Débiteurs

3,279

3,279

6 105

8.5

Autres débiteurs

952

952

792

8.5

Autres actifs fiscaux

916

916

1,406

8.5

Trésorerie et équivalents de trésorerie

4 007

4 007

2,664

8.6

ACTIFS COURANTS

9 155

0

9 155

]10 967

TOTAL DES ACTIFS

20 280

1,624

18,656

18 831

Capital

292

292

303

Les primes

7 931

7 931

8 504

Réserves consolidées

2,057

-8

2,065

3,022

Effets autonomes

-1 604

-1 604

-644

Part du Groupe dans le résultat net

1 141

-56

1 197

-975

Intérêts minoritaires

FONDS PROPRES

9 817

-64

9 881

10 210

8.7

Obligations financières

642

642

955

8.8

Obligations de location

1 271

1 271

8.10

Installations à long terme

297

297

212

8,9

Produits d’impôt différé

1,345

1,345

1207

8.10

Passifs d’impôt différé

8.10

PASSIFS NON COURANTS

3,554

1 271

2,283

2,374

Obligations financières

366

366

367

8.8

Obligations de location

417

417

8.10

Dispositions actuelles

7

7

6

8,9

Fournisseurs et autres créanciers

678

678

550

8.10

Dettes fiscales et de sécurité sociale

1,620

1,620

1,725

8.10

Produits d’impôt différé

672

672

603

8.10

Revenu prépayé

3,149

3,149

2 996

8.10

PASSIFS COURANTS

6 909

417

6 492

6 247

TOTAL DES FONDS PROPRES ET DE LA RESPONSABILITÉ

20 280

1,624

18,656

18 831

À TOUTE ÉPREUVE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DÉCEMBRE 2019

48

  • Aperçu du résultat total pour les exercices se terminant le 31 décembre 2019 et le 31 décembre 2018

En K €

31-déc-19

31-déc-18

Revenu net

1 141

-975

Différences de traduction

-8

-85

Différences actuarielles dans les régimes à prestations définies

Total des gains / pertes directement en capitaux propres

-8

-85

Résultat net + gains / pertes directement en capitaux propres

1 133

-1 060

  • Variation des capitaux propres consolidés au 31 décembre 2019 et au 31 décembre 2018

Réservations

Titres

Réservations

Gains /

TOTAL

L’intérêt ne

et

Perdre

Autres

discuter

(En K €)

Capital

lié à

lui-même

Partager

TOTAL

Les résultats

en cap.

variations

pas

capital

prisonniers

Groupe

consolidé

propre

contrôle

Capitaux propres 31 décembre 2017

303

8 503

-486

3,247

-188

-3

11,376

0

11,376

Opérations en capital

1

1

1

Paiements fondés sur des actions

Opérations sur actions propres

-158

23

-135

-135

Les dividendes

Résultat général

-975

-85

-1 060

-1 060

Changements de taille

Autres mouvements

28

28

28

Capitaux propres 31 décembre 2018

303

8 504

-644

2,295

-273

25

10 210

0

10 210

Opérations en capital

-11

-573

-584

-584

Paiements fondés sur des actions

Opérations sur actions propres

-960

20

-940

-940

Les dividendes

Résultat général

1 141

-8

1 133

1 133

Changements de taille

Autres mouvements

-2

-2

-2

Capitaux propres 31 décembre 2019

292

7 931

-1 604

3,456

-281

23

9 817

0

9 817

À TOUTE ÉPREUVE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DÉCEMBRE 2019

49

  • Tableau des flux de trésorerie consolidés au 31 décembre 2019 et au 31 décembre 2018

(En K €)

31-déc-19

IFRS 16

31-déc-19

31-déc-18

Résultat net consolidé

1 141

-56

1 197

-975

Éléments non constitutifs des flux liés à l’activité

Coûts d’amortissement

2,602

2,602

2488

[IFRS 16] Attribution des droits d’utilisateur

714

714

Bénéfice ou perte lors du déménagement

Autres produits d’exploitation (*)

-684

-684

-641

Capacité d’autofinancement après

3 887

56

3,229

]938

coûts des dettes financières nettes et impôts

Coût de l’endettement financier net

80

-56

24

33

Impôts sur le revenu

50

50

73

Flux de trésorerie pour

4,017

0

3,303

1 044

coûts des dettes financières nettes et impôts

Changement actif

]1754

1754

3,462

]Changement de responsabilité

976

976

3,437

Changement de WCR lié à l’activité

2,730

2,730

-25

Taxes payées

FLUX NET DE TRÉSORERIE LIÉS AUX ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES

6 748

714

6 034

1 019

Acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles

-4 124

-4 124

3,065

Cession d’immobilisations corporelles et incorporelles

Variation des actifs financiers

-93

-93

-17

Vente d’actifs financiers

Variation des prêts et avances

Variation des autres flux liés aux opérations d’investissement (**)

1 374

1 374

728

FLUX DE TRÉSORERIE NET LIÉS AUX ACTIVITÉS D’INVESTISSEMENT

-2 843

0

-2 843

-2 354

Augmentation (diminution) de capital

0

0

Augmentation (diminution) des emprunts

-315

-315

-354

[IFRS 16] Augmentation (diminution) des dettes locatives

-658

-658

[IFRS 16] Intérêts financiers nets payés

-56

-56

Dividendes payés

Achat et revente d’actions propres

-1 533

-1 533

-158

Autres flux liés aux opérations de financement

FLUX DE TRÉSORERIE NET LIÉS AUX ACTIVITÉS DE FINANCEMENT

-2,562

-714

-1 848

-512

CHANGEMENT D’ARGENT NET

1 343

0

1 343

-1 847

Trésorerie en début de période

2,664

4,511

2,664

4,511

Trésorerie en fin de période

4 007

4 235

4 007

2,664

  1. Les autres résultats calculés, sans incidence sur la trésorerie, correspondent aux reprises de revenus de crédit de recherche enregistrées au cours des périodes présentées.
  1. Les autres flux liés aux opérations d’investissement correspondent aux remboursements du crédit d’impôt recherche constatés sur les périodes présentées

À TOUTE ÉPREUVE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DÉCEMBRE 2019

50

  • Notes aux états financiers consolidés

1. Informations sur l’entreprise et le groupe

Fondé en 2001, le groupe StreamWIDE est devenu un acteur majeur sur le marché des services téléphoniques à valeur ajoutée. Le Groupe se positionne comme un fournisseur d’innovation pour les opérateurs fixes et mobiles, et plus récemment pour les entreprises et administrations du monde entier.

La dernière génération de la technologie logicielle StreamWIDE permet le remplacement de systèmes existants, tels que le lancement de services de messagerie innovants, de services de réseautage social et de téléphonie virtuelle, de services de conférence centrale, de services de facturation de conférence et d’appel, qui peuvent être fournis localement ou peut être déployé sur une architecture virtualisée.

Le Groupe est également positionné sur le marché des applications, notamment dans les administrations et les entreprises, avec des solutions équipe en fuite et équipe en mission, développé depuis fin 2014, prometteur et à fort potentiel. Cela permet de compléter efficacement le portefeuille de produits et de créer des relais de croissance forts, en offrant aux entreprises et aux administrations une plateforme de transformation numérique véritablement « tout en un », simple, évolutive et efficace, ainsi qu’une solution sécurisée pour les communications critiques. et gestion de crise.

Opérant depuis la France, l’Europe, les États-Unis, l’Asie et l’Afrique, StreamWIDE met en place des équipes locales et spécialisées pour fournir la mise en œuvre, le support et l’assistance que chacun de ses clients peut suivre sur la voie de la différenciation et de la rentabilité.

StreamWIDE SA, la société consolidante, est une société anonyme de droit français à conseil d’administration dont les titres sont admis à la négociation sur le marché de croissance (Euronext Paris) sous le code FR0010528059. Le siège social est situé au 84 rue d’Hauteville 75010 Paris.

Les états financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2019 ont été arrêtés par le conseil d’administration lors de sa réunion du 13 mars 2020.

2. Événements importants de la période

Les principaux événements de la période sont présentés au chapitre 1 du rapport annuel d’activité. Ils sont résumés ci-dessous:

  1. Augmentation du chiffre d’affaires 2019: + 3,4 millions d’euros / + 51%
  1. Augmentation des résultats 2019: résultat net + 2,1 millions d’euros à 1,1 million d’euros o Recrutements soutenus et nouveaux locaux: +32 personnes
    o Application de la norme IFRS 16 «Contrats de location» du 1hein Janvier 2019 o Diminution du capital par annulation de 112 524 actions propres
    o Nomination d’un nouveau directeur
    o Fin 2018, les premiers effets du partenariat technologique avec Airbus SLC ont été signés

3. Présentation et base de la préparation des états financiers

3.1 Normes comptables

En application du règlement européen n ° 1606/2002 du 19 juillet 2002, les comptes consolidés de l’exercice 2018 ont été établis conformément aux normes comptables internationales (IAS / IFRS) adoptées dans l’Union européenne et applicables le 13 mars 2020 , date de clôture de ces comptes par le conseil d’administration.

À TOUTE ÉPREUVE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DÉCEMBRE 2019

51

Cette norme est disponible sur le site Internet de la Commission européenne http://ec.europa.eu/internal_market/accounting/ias_fr.htm#adopted-commission.

3.2 Principes de conservation

Les états financiers consolidés du Groupe ont été préparés sur la base des coûts historiques,

  • hors certaines catégories d’actifs et de passifs, conformément aux règles définies par les normes IFRS. Les catégories concernées sont précisées dans les principes, règles et méthodes comptables. Ils sont présentés en milliers d’euros (sauf indication contraire).

3.2.1 Normes, amendements et interprétations publiés par l’IASB et d’application obligatoire aux exercices ouverts depuis le 1hein Janvier 2019

Nouvelles normes et interprétations obligatoires

Les principes comptables utilisés pour la préparation des états financiers consolidés sont conformes aux normes et interprétations IFRS, telles qu’adoptées pour l’Union européenne le 31 décembre 2019. Ces principes comptables sont cohérents avec ceux utilisés pour la préparation des états financiers consolidés de l’exercice clos. 31 décembre 2018, à l’exception des normes énumérées ci-dessous qui devaient être adoptées en 2019.

  1. La Société a adopté les normes, amendements et interprétations obligatoires suivants pour les exercices ouverts à compter du 1hein Janvier 2019:
    • IFRIC 23 «Incertitude sur les traitements fiscaux»;
    • Amendements à IFRS 9 «Fonctionnalités de remboursement anticipé avec compensation négative»;
    • Amendements à IAS 19 «Avantages du personnel»: modification, réduction ou liquidation d’un plan;
    • Amendements à IAS 28 intitulé «Intérêts à long terme dans des entreprises associées et des coentreprises»; et
    • IFRS 16 «Contrats de location» remplaçant IAS 17;
    • Améliorations annuelles du cycle IFRS 2015/2017 (modifications d’IFRS 3, IFRS 11, IAS 12 et IAS 23).

Ces amendements, interprétations et améliorations n’ont pas d’impact sur les états financiers consolidés de la société au 31 décembre 2019, à l’exception de la nouvelle norme IFRS 16, dont l’impact est décrit ci-dessous.

  1. Application d’IFRS 16 – Contrats de location

Cette norme présente un modèle détaillé d’identification des contrats de location et définit le traitement que les bailleurs et les locataires doivent appliquer dans leurs états financiers respectifs. Le Groupe a choisi d’appliquer la norme IFRS 16 à partir du 1hein Janvier 2019, selon la méthode de transition rétrospective simplifiée. Par exemple, en tant que locataire-locataire, le Groupe comptabilise un « droit d’utilisation » à l’actif, représentant son droit d’utiliser l’actif pendant la durée du contrat, et un passif au passif qui représente son obligation de fixer des loyers (partie fixe). . Dans le compte de résultat, une charge pour l’amortissement du droit d’utilisation et la charge financière liée aux intérêts sur la dette locative remplacent en partie les charges d’exploitation précitées pour les loyers. Enfin, la présentation du tableau des flux de trésorerie est également influencée par une amélioration des flux de trésorerie liés à l’activité au détriment des flux de trésorerie liés aux opérations de financement.

Le Groupe a donc principalement adapté ses contrats de location en fonction des différents bureaux qu’il occupe. Les taux d’actualisation appliqués sont basés sur le taux d’emprunt marginal du Groupe, auquel s’ajoute un spread pour tenir compte de l’environnement économique de chaque pays où il est présent. Les principaux effets au 31 décembre 2019 sont:

À TOUTE ÉPREUVE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DÉCEMBRE 2019

52

Situation financière

  1. Note 8.2 «Immobilisations corporelles»: un droit d’usage est enregistré pour 1 624 K € de valeur nette (2 052 K € de valeur brute et 428 K € d’amortissement).
  1. Note 8.10 «Autres passifs court terme et long terme»: les dettes locatives long terme et court terme sont incluses pour 1 271 K € et 417 K € respectivement.

Compte de résultat

  1. Note 7.3 «Charges externes»: le prix de location de la période a été annulé pour 714 K €.
  1. Note 7.4 «Charges d’amortissement»: la dépréciation du droit d’usage pour un montant de 714 000 € a été enregistrée.
  1. Note 7.6 «Informations financières»: un montant de 56 milliers d’euros d’intérêts sur la dette locative est inclus.
    L’effet sur le résultat est donc négatif au 31 décembre 2019, soit 56 K €.

Tableau des flux de trésorerie

  1. Tableau des flux de trésorerie: les flux nets de trésorerie liés aux activités opérationnelles augmenteront de 714 milliers d’euros (amortissements + 714 milliers d’euros, intérêts financiers + 56 milliers d’euros et résultat net) -56 K €), tandis que les flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement diminuent de 714 K € (augmentation des dettes locatives et intérêts financiers calculés).
  1. La société a choisi de ne pas adopter de manière anticipée les nouvelles normes, modifications et interprétations suivantes, dont l’application n’est pas obligatoire pour les exercices clos le 31 décembre 2019Aucun impact significatif de ces ajustements n’étant attendu sur les comptes consolidés du Groupe:
    • Amendements à IFRS 3 «Regroupements d’entreprises, définition d’entreprise». Aucun impact significatif sur ces états financiers n’est attendu pour ces changements.
    • Amendements à IAS 1 «Présentation des états financiers» et à IAS 8 «Méthodes comptables, changement de méthodes comptables, changement d’estimations comptables et erreurs et définition de l’importance relative». Aucun impact sur les états financiers n’est attendu pour ces ajustements.
    • Amendements à IAS 39, IFRS 7 et IFRS 9 dans le cadre de la réforme des taux d’intérêt de référence. Aucun impact attendu sur les états financiers pour ces changements.
    • Amendements au cadre conceptuel des IFRS, applicables pour les exercices à partir du 1hein Janvier 2020. Aucun impact sur ces états financiers n’est attendu pour ces changements.
    • IFRS 17 «Contrats d’assurance», applicable pour les exercices à partir du 1hein Janvier 2021, et non encore adopté par l’Union européenne.

3.2.2 Principes de présentation

État de la situation financière

La norme IAS 1 «Présentation des états financiers» impose la présentation du bilan à l’échéance des actifs et passifs. Ils sont donc classés en éléments courants ou à long terme, qui correspondent généralement à des échéances inférieures ou supérieures à un an.

Compte de résultat et aperçu du résultat total

La norme IAS 1 « Présentation des états financiers » offre la possibilité de présenter les éléments du résultat soit en tant qu’élément d’un état unique de résultat global, soit dans un compte de résultat séparé, présenté immédiatement avant l’état du résultat mondiale. Le groupe StreamWIDE a opté, conformément à la recommandation du CNC n ° 2009-R.03 du 2 juillet 2009, pour la présentation d’un compte de résultat séparé et d’un état du résultat global.

À TOUTE ÉPREUVE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DÉCEMBRE 2019

53

Le compte de résultat séparé conserve une classification des composantes par nature.

Le résultat opérationnel courant correspond au résultat net avant Prize en compte:

  • des éléments non récurrents et significatifs (isolés sous les rubriques « autres produits et charges opérationnelles »), qui permettent la distinction entre le résultat opérationnel courant et le résultat opérationnel,
  • des éléments financiers (coût de l’endettement net augmenté ou diminué des autres charges et produits financiers),
  • de la charge / produit d’impôts (impôts courants et différés),
  • du résultat des activités cédées ou abandonnées, le cas échéant.

La présentation adoptée par le Groupe est conforme aux recommandations du Conseil national de la Comptabilité et à celles de l’Autorité des Marchés Financiers.

4. Principes, règles et méthodes comptables

4.1 Méthodes de consolidation

Les comptes consolidés publient les états financiers de la société mère ainsi que ceux des entreprises contrôlées par la mère («les filiales»).

Le contrôle s’entend comme le pouvoir de diriger les politiques financières et opérationnelles d’une entreprise afin de bénéficier des avantages de ses activités. Les participations dans les filiales sont enregistrées selon la méthode de l’intégration globale.

La citation-partie de résultat net et des capitaux propres attribuables aux actionnaires mineurs est présentée distinctement dans les capitaux propres et dans le compte de résultat consolidé en tant que participations ne donnant pas le contrôle.

Le résultat des filiales acquiert ou cédées au cours de l’exercice est inclus dans le compte de résultat consolidé, respectivement depuis la date de prise de contrôle ou jusqu’à la date de perte de contrôle.

Le cas échéant, des retraits sont rendus sur les états financiers des filiales pour harmoniser et homogénéiser les principes comptables utilisés avec ceux des autres entreprises du périmètre de consolidation.

Tous les soldes et opérations intragroupes sont éliminés au niveau de la consolidation.

Depuis sa création, le groupe StreamWIDE n’a pas pris de participation dans les entreprises associées et / ou des coentreprises.

Au 31 décembre 2019, toutes les sociétés comprises dans le périmètre de consolidation (confer note 6) sont des filiales et sont donc consolidées par intégration globale.

Ces différentes filiales ont été créées directement par le Groupe. Ce dernier n’ayant pas effectué antérieurement au 31 décembre 2019 d’opérations de croissance externe, aucun goodwill n’est constaté dans les états de la situation financière du Groupe.

4.2 Monnaies étrangères

La monnaie de présentation des états financiers du Groupe est l’Euro. C’est également la monnaie fonctionnelle de la société consolidante, StreamWIDE SA.

La monnaie fonctionnelle des filiales étrangères est généralement la monnaie locale des pays dans lesquels elles sont implantées (USA – USD, Chine – CNY, Roumanie – RON, Tunisie – TND et Singapour – SGD).

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

54

La conversion en euros des états financiers des filiales libellés en monnaie locale est effectuée pour les états de la situation financière au taux de clôture. Les produits et les charges sont convertis au cours de change en vigueur aux dates de transactions ou, en pratique, à un cours qui s’en approche et qui correspond, sauf en cas de fluctuations importantes des cours, au cours moyen de la période clôturée. La différence de conversion en résultant est inscrite directement dans les capitaux propres.

Les transactions libellées en devises, autres que la monnaie fonctionnelle, sont converties au taux de change en vigueur au moment de la transaction. Les résultats de change latents ou réalisés sont inscrits en compte de résultat sous les rubriques « autres produits financiers » ou « autres charges financières ».

4.3 Comptabilisation des produits

Dans les différents contrats du Groupe, que la vente se fasse de façon directe ou indirecte, et quel que soit le logiciel concerné par le droit d’utilisation, les 3 prestations (licences, support et services professionnels) et les obligations de performance associées sont considérées comme distinctes. Le prix de la transaction, dont la détermination n’est pas dépendante d’éléments structurants, significatifs et récurrents, est également alloué de façon directe à chaque obligation de performance. Enfin, la comptabilisation du produit est effectuée à une date donnée (licences) ou dans le temps (support et services professionnels) lorsque les obligations de performance sous-jacentes sont satisfaites.

Le chiffre d’affaires réalisé par le Groupe provient des sources suivantes : licences d’utilisation des logiciels, prestations de maintenance associées (mises à jour et support technique), prestations de services (installation et formation) et ventes tiers.

Les revenus sont évalués à la juste valeur de la contrepartie reçue ou à recevoir, nette des remises commerciales ou rabais. Un produit est comptabilisé en chiffre d’affaires lorsque l’entreprise a transféré à l’acheteur les risques et avantages importants inhérents à la propriété. En général, le chiffre d’affaires est comptabilisé lorsqu’il existe un accord formel avec le client, que la livraison est intervenue (pour les biens notamment), que le montant du revenu peut être mesuré de façon fiable et qu’il est probable que les avantages économiques liés à la transaction bénéficieront au Groupe.

Concernant les revenus liés aux ventes sous licence des logiciels, le Groupe reconnait en général le revenu à la mise à disposition du (des) logiciel(s) matérialisée par un document d’acceptation du client. Lorsque les ventes sont réalisées par le biais d’un distributeur, le Groupe ne comptabilise le revenu qu’à réception de l’avis de livraison au client final et à condition que les autres critères généraux de reconnaissance des revenus soient remplis.

Le chiffre d’affaires issu de la maintenance est comptabilisé de façon linéaire sur la durée du contrat de maintenance.

Le chiffre d’affaires issu des prestations de service est comptabilisé lorsque les prestations sont exécutées et les services rendus, sur la base de récapitulatifs d’activité et d’acceptation client.

Les revenus des ventes tiers (matériel) sont comptabilisés lorsque la livraison est intervenue et que l’essentiel des risques et avantages inhérents à la propriété sont transférés à l’acheteur.

4.4 Subventions, aides publiques et Crédit d’Impôt Recherche

Dans le cadre de ses activités de Recherche et Développement, le Groupe bénéficie du Crédit d’Impôt Recherche qui est une aide fiscale française. Conformément à la norme IAS 20 « Subventions et aides publiques », le Groupe comptabilise un produit différé, afin d’étaler en résultat le bénéfice de ces aides. La valeur brute comptable des frais de développement n’est donc pas impactée.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

55

Les Crédits d’Impôt Recherche sont ainsi différés dans le temps et constatés en résultat proportionnellement aux amortissements constatés au titre des projets de développement générant ces crédits d’impôt.

L’impact résultat constaté est inscrit sous la rubrique « autres produits d’exploitation » du compte de résultat et isolé sous la rubrique « autres produits d’exploitation » dans les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, car sans impact de trésorerie.

4.5 Immobilisations incorporelles

Les immobilisations incorporelles (hors frais de développement) sont inscrites à leur coût d’acquisition diminué du cumul des amortissements et des éventuelles pertes de valeur. L’amortissement, calculé dès la date de mise en service de l’immobilisation, est comptabilisé en charges de manière à réduire la valeur comptable des actifs sur leur durée d’utilité estimée, selon le mode linéaire et sur les bases suivantes :

  • Licences informatiques 1-3 ans
  • Logiciels 1-3 ans

Les frais de développement ne sont comptabilisés en immobilisations incorporelles que s’ils répondent à tous les critères d’activation énoncés par la norme IAS 38 « Immobilisations incorporelles » :

  • Faisabilité technique nécessaire à l’achèvement de l’actif incorporel en vue de sa mise en service ou de sa vente,
  • Intention du Groupe de mener le projet de développement à son terme,
  • Capacité du Groupe à mettre en service ou à vendre son actif incorporel,
  • Potentiel de l’actif incorporel à générer des avantages économiques futurs,
  • Disponibilité des ressources techniques, financières et autres appropriées pour achever le développement du projet,
  • Capacité du Groupe à évaluer de façon fiable les dépenses attribuables à l’actif incorporel au cours de son développement.

Les actifs incorporels relatifs aux frais de développement sont amortis sur 3 ou 5 ans selon le mode linéaire, dès leur mise en service.

Les durées d’amortissement sont revues annuellement lors de chaque clôture comptable. Tout changement de durée serait traité comme un changement d’estimation appliquée de manière prospective et donnerait lieu, le cas échéant, à la comptabilisation d’une dépréciation complémentaire.

La charge d’amortissement des immobilisations incorporelles est comptabilisée sous la rubrique « dotations aux amortissements » du compte de résultat.

4.6 Immobilisations corporelles

Les immobilisations corporelles sont inscrites à leur coût d’acquisition diminué du cumul des amortissements et des éventuelles pertes de valeur. Ce coût d’acquisition comprend les frais directement attribuables au transfert de l’actif jusqu’à son lieu d’exploitation et à sa mise en état afin de permettre son exploitation.

L’amortissement, calculé dès la date de mise en service de l’immobilisation, est comptabilisé en charges de manière à réduire la valeur comptable des actifs sur leur durée d’utilité estimée, selon le mode linéaire et sur les bases suivantes :

  • Agencements et installations – 10 ans
  • Matériel, outillage et matériel de bureau – 10 ans
  • Matériel Informatique – 3 ans

La charge d’amortissement des immobilisations est comptabilisée sous la rubrique « dotations aux amortissements » du compte de résultat.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

56

Le profit ou la perte résultant de la sortie ou de la mise hors service d’un actif est déterminé comme étant la différence entre le produit de cession et la valeur comptable de l’actif. Le résultat net de cession de ces éléments non récurrents est présenté sous la rubrique « autres produits et charges d’exploitation » du compte de résultat.

4.7 Dépréciation d’actifs

Ecarts d’acquisition

Au 31 décembre 2019, aucun écart d’acquisition n’est constaté par le Groupe. Les différentes filiales du Groupe ont toutes été créées et aucune opération de croissance externe n’a eu lieu depuis la création du Groupe.

Immobilisations corporelles et incorporelles

Les immobilisations corporelles et incorporelles comptabilisées par le Groupe sont des actifs amortis sur leur durée d’utilité estimée. Il n’existe pas d’immobilisations incorporelles pour lesquelles la durée de vie est considérée comme indéfinie.

A chaque date de clôture, le Groupe passe en revue la valeur comptable de ses immobilisations afin d’apprécier s’il existe un quelconque indice de perte de valeur.

S’il existe un tel indice, la valeur recouvrable de l’actif est estimée afin de déterminer le montant de la perte de valeur éventuelle. Lorsqu’il n’est pas possible d’estimer la valeur recouvrable d’un actif isolé (absence d’entrée de trésorerie largement indépendante des entrées de trésorerie générées par d’autres actifs ou groupe d’actifs), le Groupe estime la valeur recouvrable de l’UGT à laquelle l’actif appartient.

La valeur recouvrable est le montant le plus élevé entre la juste valeur de l’actif (ou du groupe d’actifs), nette des coûts de cession, et sa valeur d’utilité. Cette dernière est déterminée en additionnant les valeurs actualisées des flux de trésorerie attendus de l’utilisation de l’actif (ou du groupe d’actifs). Les flux de trésorerie prévisionnels utilisés sont cohérents avec les plans d’affaires prévisionnels établis par le management du Groupe. Le taux d’actualisation retenu reflète l’appréciation courante du marché de la valeur temps de l’argent et des risques spécifiques liés à l’actif ou au groupe d’actifs.

Si la valeur recouvrable de l’actif (ou du groupe d’actifs) est inférieure à sa valeur comptable, celle-ci est ramenée à hauteur de la valeur recouvrable. La perte de valeur réversible est comptabilisée directement en charge dans le résultat opérationnel.

4.8 Instruments financiers

Les actifs et passifs financiers sont comptabilisés au bilan lorsque le Groupe devient partie aux dispositions contractuelles de l’instrument.

Autres actifs financiers

Ces actifs correspondent d’une part à des dépôts de garantie, et d’autre part, au solde de trésorerie indisponible relatif au contrat de liquidité.

A chaque date d’arrêté, le Groupe apprécie s’il existe un indice objectif de perte de valeur de ces actifs. Le cas échéant, une perte de valeur est comptabilisée.

Dépôts de garantie

Ils correspondent aux sommes versées dans le cadre de contrats locatifs simples (biens mobiliers et immobiliers). Ces actifs sont comptabilisés et évalués au coût amorti à l’aide de la méthode du taux d’intérêt effectif. Cependant, au vu de leurs caractéristiques, la valeur comptable correspond aux sommes versées initialement.

Autres actifs financiers non courants

Les autres actifs financiers sont évalués à leur juste valeur et correspondent au solde de liquidité indisponible relatif au contrat de liquidité mis en place en juillet 2009.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

57

Titres auto-détenus

Les titres représentatifs du capital de StreamWIDE auto-détenus par le Groupe (dans le cadre du contrat de liquidité et du programme de rachat d’actions) sont enregistrés en diminution des capitaux propres pour leur coût d’acquisition. Les cessions ultérieures sont imputées nettes d’effet d’impôt directement en capitaux propres et ne donnent lieu à l’enregistrement d’aucun résultat.

Créances clients et autres débiteurs

Les créances clients proviennent des ventes de biens et services réalisées par le Groupe dans le cadre de son activité. Les autres débiteurs comprennent essentiellement des créances de nature fiscale (comptes de TVA) et sociale. Ces actifs sont évalués et comptabilisés initialement à leur juste valeur puis évalués ultérieurement à leur coût amorti.

Une perte de valeur est comptabilisée lorsqu’il existe des indices objectifs indiquant que les montants dus ne pourront être recouvrés, totalement ou partiellement.

Trésorerie et équivalents de trésorerie

La trésorerie et équivalents de trésorerie comprend les liquidités immédiatement disponibles (comptes courants bancaires) et les placements mobilisables ou cessibles à court terme, facilement convertibles en un montant connu de trésorerie, et supportant un risque négligeable de changement de valeur (comptes à terme).

Ces actifs sont valorisés à leur juste valeur (valeur de marché) et le solde global des variations de juste valeur est porté au compte de résultat (produits de trésorerie et d’équivalents de trésorerie).

Passifs financiers courants et non courants

Les passifs financiers sont composés des emprunts bancaires et obligataires, ainsi que des découverts bancaires ponctuels. Les emprunts et découverts bancaires portant intérêts sont comptabilisés initialement pour le montant de trésorerie reçue, net des coûts directs d’émission éventuels. Ultérieurement, ils sont comptabilisés au coût amorti selon la méthode du taux d’intérêt effectif.

Les différences entre les montants reçus, nets des coûts directs d’émission éventuels, et les montants dus lors du règlement ou du remboursement sont amorties sur la durée de l’emprunt. Ces montants sont inscrits en coût de l’endettement financier brut dans le compte de résultat.

Au 31 décembre 2019, le Groupe n’utilise pas d’instruments composés, de produits dérivés d’instruments de couverture et ne recourt pas à des instruments de décomptabilisation.

Fournisseurs, dettes fiscales et sociales, autres créditeurs et passifs sur contrats de revenus

Les dettes fiscales comprennent essentiellement des comptes de TVA. Les dettes sociales regroupent principalement les dettes de congés payés, charges et cotisations sociales.

Les passifs sur contrats de revenus sont de deux natures :

  • Exploitation : ils correspondent aux quotes-parts de chiffre d’affaires déjà facturées mais non encore reconnues en résultat suite à des périodes de reconnaissance postérieures à la période clôturée (par exemple, maintenance réglée d’avance)
  • Fiscaux : ils correspondent à la quote-part de produits différés (Crédits d’Impôt Recherche) imputable aux projets immobilisés. Ils sont repris en résultat au même rythme que les amortissements pratiqués sur les immobilisations incorporelles qui ont généré ces crédits d’impôt.

Ces dettes sont évaluées et comptabilisées initialement à leur juste valeur puis évaluées ultérieurement au coût amorti.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

58

4.9 Avantages du personnel

Retraites

Les cotisations relatives aux régimes à cotisations définies sont inscrites en charges au fur et à mesure qu’elles sont appelées.

Les engagements résultant de régimes à prestations définies, ainsi que leur coût, sont déterminés selon la méthode des unités de crédit projetées.

Des évaluations ont lieu chaque année. Les calculs actuariels sont fournis par un expert indépendant. Ces régimes ne sont pas financés et leur engagement fait l’objet d’un passif au bilan. Le principal régime concerne les indemnités de fin de carrière (indemnités de départ à la retraite).

Les écarts actuariels résultent principalement des modifications d’hypothèses et de la différence entre les résultats selon les hypothèses actuarielles et les résultats effectifs des régimes à prestations définies. Ces écarts actuariels sont comptabilisés directement en résultat de la période. La charge opérationnelle comptabilisée au compte de résultat pour les régimes

  • prestations définies comprend le coût des services rendus au cours de l’exercice, le coût des services passés, les écarts actuariels ainsi que les effets de toute réduction ou liquidation de régime, le cas échéant.

Le coût financier correspondant à la charge de désactualisation de la provision est comptabilisé en autres produits et charges financiers si le montant est considéré comme significatif.

Les régimes à prestations définies au sein du Groupe n’ont pas subi, depuis la création du Groupe, de modifications générant un quelconque coût des services passés.

Autres avantages accordés aux salariés

Les dépenses engagées au titre du « Compte Personnel Formation » constituent une charge de la période et ne donnent lieu à aucune provision mais mention est faite du volume d’heures à la clôture des exercices.

L’autre avantage à long terme pouvant être accordé par le Groupe concerne les médailles du travail. Au regard de l’âge moyen des salariés du Groupe, cet avantage n’est pas évalué.

Paiements fondés sur des actions

Conformément à la norme IFRS 2 « Paiements fondés sur des actions », les options d’achat ou de souscription d’actions ou les attributions d’actions gratuites portant sur le capital d’une des sociétés du Groupe, sont évaluées à leur juste valeur à la date d’octroi.

S’agissant d’un plan d’actions dont le paiement s’effectue en actions, la norme IFRS 2 impose la comptabilisation d’une charge (en contrepartie des capitaux propres) au titre de la juste valeur de l’avantage accordé aux salariés.

Cette charge doit être reconnue dans les charges de personnel au fur et à mesure de la période d’acquisition des droits par les bénéficiaires.

Au 31 décembre 2019, concernant les BSA managers, salariés et personnes dénommées, leur juste valeur étant considérée comme non significative et hors marché, aucun retraitement n’a donc été comptabilisé.

4.10 Provisions et passifs éventuels

Les provisions sont comptabilisées lorsque le Groupe a une obligation légale ou implicite actuelle vis-à-vis d’un tiers résultant d’un fait générateur passé, qui entraînera probablement une sortie de ressources représentative d’avantages économiques nécessaire pour éteindre l’obligation.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

59

Les provisions sont évaluées pour le montant correspondant à la meilleure estimation que le management du Groupe peut faire en date de clôture de la dépense nécessaire à l’extinction de l’obligation. Ces montants sont actualisés si l’effet est jugé significatif.

Dans le cas où ce passif n’est ni probable, ni évaluable avec fiabilité, mais demeure possible, le Groupe fait état d’un passif éventuel dans ses engagements.

Les provisions constituées sont notamment destinées à couvrir les coûts probables que les procès ou litiges en cours, dont le fait générateur existe à la date de clôture de la période présentée, pourraient occasionner.

4.11 Charge (produit) d’impôts et impôts différés

La rubrique « charge / produit d’impôts » intègre l’impôt exigible au titre de l’exercice et l’impôt différé inclus dans le résultat de la période.

L’impôt exigible est déterminé sur la base du résultat fiscal de la période, qui peut différer du résultat comptable à la suite des réintégrations et déductions de certains produits et charges selon les dispositions fiscales en vigueur, et en retenant le taux voté ou quasi voté à la date de clôture de la période.

Des impôts différés sont constatés sur les différences temporelles entre les valeurs comptables des actifs et passifs et leurs valeurs fiscales, selon la méthode du report variable. Les taux utilisés sont les taux dont l’application est attendue sur l’exercice au cours duquel l’actif sera réalisé ou le passif réglé, sur la base des taux d’impôt adoptés ou quasi adoptés à la date de clôture. Les montants ainsi déterminés ne sont pas actualisés.

Un actif d’impôt différé est comptabilisé pour le report en avant de pertes fiscales et de crédits d’impôt non utilisés dans la mesure où il est probable que le Groupe disposera de bénéfices imposables futurs sur lesquels ces pertes fiscales et crédits d’impôt non utilisés pourront être imputés.

La valeur comptable des actifs d’impôts différés est revue à la clôture de chaque exercice et réévaluée ou réduite le cas échéant pour tenir compte des perspectives de bénéfice imposable permettant l’utilisation des actifs d’impôts différés.

La Contribution Foncière des Entreprises (CFE) et la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) sont considérées comme des charges opérationnelles et non comme des charges d’impôts.

4.12 Résultat par action

Le résultat de base par action est calculé en divisant le résultat net part du Groupe par le nombre moyen pondéré d’actions en circulation au cours de l’exercice. Le nombre d’actions en circulation de la période et de la période précédente présentée est calculé hors actions d’autocontrôle. Le résultat dilué par action est calculé en divisant le résultat net part du Groupe ajusté des effets des éventuels instruments dilutifs par le nombre moyen d’actions en circulation au cours de l’exercice, ajusté, le cas échéant, de toutes actions ordinaires potentiellement dilutives.

5. Recours à des estimations

L’établissement des états financiers nécessite d’utiliser et d’effectuer des estimations et de formuler des hypothèses qui peuvent affecter les montants figurant dans les états financiers. Le Groupe révise ses estimations régulièrement mais il est possible que les montants effectifs se révèlent ultérieurement différents des estimations et hypothèses retenues.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

60

Les principales estimations et appréciations retenues sont inhérentes à :

  • La méthode de comptabilisation des frais de développement et plus spécifiquement aux durées d’utilités retenues, impactant les amortissements pratiqués et les valeurs nettes comptables ainsi déterminées ;
  • La détermination des provisions à long et court terme, compte tenu des aléas susceptibles d’affecter l’occurrence et les coûts des évènements constituants le sous- jacent de la provision ;
  • L’évaluation des droits d’usage et des obligations locatives, tenant compte notamment de la durée des contrats de location et du taux d’actualisation approprié des paiements des loyers ;
  • La répartition des montants courants et non courants relatifs aux produits fiscaux différés (crédit d’impôt recherche). Cette répartition tient compte d’une reprise sur 3 ans avec une partie courante correspondante donc au 1/3 du montant global. Le reprise effective en résultat pourrait être légèrement différente mais n’aurait aucun impact sur le montant global constaté.

6. Périmètre de consolidation

Le périmètre de consolidation retenu aux différentes périodes présentées est le suivant :

Société

Streamwide SA

Streamwide France SAS

Streamwide Romania

Streamwide Inc.

Beijing Streamwide

Technology

Streamwide Tunisie

Streamwide PTE Ltd

Siège

84 rue d’Hauteville

75010 PARIS

84 rue d’Hauteville

75010 PARIS

165 Splaiul Unirii, TN 3 Building, 3rd floor,

Sector 3, 030133, BUCHAREST

1099 Wall Street West, Suite 354 LYNDHURST, New Jersey 07071

804, Cultural Plaza

9 Zhong Guan Cun St.

BEIJING 100872

Rue du Lac Constance

Immeuble Green Center, C1.1, 1er étage Les Berges du Lac- TUNIS 1053

141 Cecil Street 10.01-T.A.A.Building 069541 SINGAPORE

% de contrôle

Méthode de

consolidation

31-déc.-19

31-déc.-18

Soc. Mère

100%

100%

IG

100%

100%

IG

100%

100%

IG

100%

100%

IG

100,00%

100,00%

IG

100%

100%

IG

StreamWIDE Romania a été créée en janvier 2006. La société StreamWIDE SA en assure le contrôle à 100% depuis sa création. Cette société est un centre de Recherche et de Développement exclusivement au profit du Groupe.

StreamWIDE Inc a été créée en juillet 2007. La société StreamWIDE SA en assure le contrôle à 100% depuis sa création. Cette société a une vocation commerciale pour la zone Amérique (Nord et Sud).

Beijing StreamWIDE Technology a été créée en septembre 2007. La société StreamWIDE en assure le contrôle à 100% depuis sa création. Cette société a une vocation commerciale pour la zone Asie et elle participe également aux activités de Recherche et Développement du Groupe.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

61

StreamWIDE France SAS a été créée le 29 juin 2011. La société StreamWIDE SA en assure le contrôle à 100% depuis sa création. Cette société a bénéficié, lors de sa création, d’un apport partiel d’actif effectué par StreamWIDE SA, concernant son activité d’édition de logiciels applicatifs en France, en Europe et en EMEA.

StreamWIDE Tunisie SARL a été créée le 3 janvier 2013. La société StreamWIDE SA en assure le contrôle à 100% depuis sa création. Cette société, totalement exportatrice, est un centre de Recherche et Développement exclusivement au profit du Groupe, notamment dans le développement des applications mobiles des solutions « team on the run » et « team on mission ».

StreamWIDE PTE LTD a été créée le 19 mai 2016. La société StreamWIDE SA en assure le contrôle à 100% depuis sa création. Cette société permet de développer, de confirmer et de conforter la présence du Groupe dans cette zone géographique (Singapour et Asie du Sud Est).

Pour mémoire, un établissement stable a été ouvert en Tunisie au cours du premier semestre 2010. Cet établissement n’a pas de capital social et a été dissout en date du 30 juin 2018, le marché pour lequel cet établissement a été ouvert étant arrivé à son terme. Une filiale anglaise (StreamWIDE LTD) a été créée en mai 2013 mais n’a enregistré aucune activité depuis. Son capital social, détenu et contrôlé à 100% par StreamWIDE SA, est de 1 £ au 31 décembre 2019. Cette société devrait être dissoute en 2020.

7. Notes sur le compte de résultat consolidé

7.1

Chiffre d’affaires

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Licences

3 883

2 169

1 714

Maintenance

3 269

3 439

-170

Prestations de services

3 009

1 051

1 958

Ventes Tiers

48

105

-57

TOTAL CA

10 209

6 764

3 445

Autres produits

Subventions

Produits des activités ordinaires

L’exercice 2019 est marqué par une forte progression des revenus (+51 %). Cette croissance significative est portée essentiellement par les nouvelles solutions team on mission et team on the run, dont les revenus ont été multipliés par 4,7 et qui génèrent près de 5 M€ de chiffre d’affaires en 2019 (+3,9 M€ par rapport 2018). Ces revenus représentent dorénavant près de 50% du chiffre d’affaires du Groupe, contre 16% un an plus tôt.

La croissance des revenus issus de team on mission et team on the run s’explique essentiellement par les livraisons successives et le déploiement continu du projet PCSTORM avec le Ministère de l’Intérieur français et par les travaux effectués avec Airbus SLC, suite à l’accord technologique et commercial pluri annuel signé fin 2018.

L’activité « legacy » est, quant à elle, en légère diminution (-0,5 M€) du fait de l’absence d’opportunité notable durant l’exercice, mais reste à un niveau satisfaisant, avec notamment près de 3,2 M€ de revenus annuels récurrents.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

62

En détail, les ventes de licences progressent de 1,7 M€ sur la période et ressortent à 3,9 M€ au 31 décembre 2019. Celles issues de l’activité « legacy » restent cependant stables à environ 1,3 M€.

Les prestations de services, bénéficiant d’un effet de base favorable suite au partenariat technologique avec Airbus SLC, progressent quant à elles de 2 M€ pour s’établir à 3 M€ au 31 décembre 2019. Enfin, les revenus récurrents de maintenance, encore composés très majoritairement de ceux de l’activité « legacy » (98%), ressortent à 3,3 M€ au titre de l’exercice 2019 et restent quasi stables par rapport à l’exercice précédent. A terme, leur croissance est assurée par les revenus de licences déjà enregistrés et par les premiers flux de support qui seront notamment constatés sur les plateformes team on mission nouvellement en production.

7.2

Charges de personnel

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Salaires et traitements

2 895

2 457

438

Charges sociales

872

771

101

Avantages du personnel

TOTAL Charges de Personnel

3 767

3 228

539

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Cadres

159

127

32

Non Cadres

TOTAL Effectif

159

127

32

Les coûts de certains salariés directement rattachés aux projets de développement sont activés au 31 décembre 2019, au même titre que sur les périodes antérieures. Le montant brut immobilisé au 31 décembre 2019 représente 3.277 K€, contre 2.860 K€ au 31 décembre 2018. Ces montants diminuent donc d’autant les charges de personnel « nettes » telles qu’elles apparaissent dans le compte de résultat consolidé annuel.

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Charges de personnel en résultat

3 767

3 228

539

Frais de développement activés

3 277

2 860

417

TOTAL charges brutes

7 044

6 088

956

Les charges de personnel, retraitées de l’impact présenté ci-dessus, augmentent sur la période de 956 K€. Cette augmentation provient essentiellement d’un effet « volume » notamment au sein des filiales roumaine (+17 personnes), tunisienne (+12) et française (+6). L’augmentation globale des effectifs (+32 personnes) a été réalisée à un coût moyen équivalent à celui de l’exercice antérieur.

Au 31 décembre 2019, l’effectif total du Groupe s’élève à 159 personnes contre 127 fin 2018. Ce sont essentiellement les effectifs de R&D qui augmentent, démontrant ainsi la capacité du Groupe à maitriser ses principaux coûts, tout en continuant à investir dans le développement de ses nouvelles solutions.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

63

7.3

Autres charges externes

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Achats de marchandises

53

53

Variations de stock

TOTAL ACHATS ET VAR. STOCKS

53

0

53

Achats études et prestations de services

28

31

-3

Achats non stockés de marchandises

148

137

11

Sous traitance

207

212

-5

Locations et charges locatives

643

626

17

[Retraitements IFRS 16]

-714

-714

Entretiens, réparations et maintenance

142

46

96

Assurances

90

77

13

Commissions et honoraires

853

590

263

Publicités, expositions et insertions

159

163

-4

Transports, déplacements et missions

292

239

53

Affranchissements et télécoms

170

211

-41

Redevances

103

92

11

Autres

206

145

61

TOTAL CHARGES EXTERNES

2 327

2 569

-242

L’application au 1er janvier 2019 de la norme IFRS 16 « Contrats de location » entraîne la reconnaissance d’un droit d’usage pour les contrats de location simple s’accompagnant, outre la comptabilisation d’une dette locative en contrepartie, d’une approche patrimoniale relative aux actifs loués. Ainsi, des amortissements et une dépréciation de ces droits d’usages remplacent les charges locatives (confer note 8.2 – Immobilisations corporelles). Au 31 décembre 2019, l’impact est une diminution des charges locatives du Groupe de 714 K€ et une augmentation de 714 K€ des amortissements de période (confer note 7.4 – Dotations aux amortissements et aux provisions).

Retraité de cet impact, les autres charges externes augmentent sur la période de 472 K€, suite essentiellement à l’augmentation des honoraires et commissions (+263 K€) et à celle de la maintenance tierce. L’augmentation des honoraires est conjoncturelle et s’explique par des études marketing spécifiques menées au premier semestre 2019 et par les nombreux recrutements effectués tout au long de 2019. Dans leur ensemble, les charges externes sont restées maîtrisées en 2019 et continueront à l’être efficacement dans les prochains mois.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

64

7.4 Dotations aux amortissements et aux provisions

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Dotations aux amortissements incorporels

2 395

2 320

75

dont frais de recherche et développement

2 375

2 306

69

Dotations aux amortissements corporels

921

168

753

Dotations aux amortissements

3 316

2 488

828

Dotations aux provisions

131

79

52

Reprises de provisions

-17

-13

-4

Dotations aux provisions

114

66

48

Les amortissements des frais de développement sont de 2.375K€ en 2019 contre 2.306 K€ en 2018.

A compter du 1er juillet 2017, les durées d’amortissement des solutions team on mission et team on the run ont été portées de 1/3 ans à 5 ans, suite aux premiers succès commerciaux rencontrés. Les durées d’amortissement n’ont pas été modifiées depuis.

Les amortissements constatés en 2019 sont relativement stables par rapport à ceux de 2018 (2.375 K€ contre 2.306 K€). Cette stabilité s’explique par une augmentation des valeurs activées (valeur brute de 3.277 K€ en 2019 contre 2.860 K€ en 2017) compensée par l’augmentation des durées d’amortissement appliquée à compter du second semestre 2017. La durée d’amortissement de 5 ans permet donc de lisser en partie l’augmentation des valeurs brutes activées.

Par ailleurs, les durées et les coûts de développement n’étant pas identiques d’un produit à l’autre, les amortissements ne sont pas forcément ‘lisses » dans le temps. Cependant, les règles linéaires appliquées et les principales « releases » positionnées régulièrement tout au long de l’année permettent d’avoir une charge d’amortissement relativement stable d’une période à l’autre. Enfin, la valeur nette globale des frais de développement activés au 31 décembre 2019 est de 7.871 K€ (confer note 8.1 – Immobilisations incorporelles), dont 6.025 K€ au titre des nouvelles solutions team on mission et team on the run.

Les amortissements corporels sont directement impactés par l’application d’IFRS 16 « Contrats de location » au 1er janvier 2019 et par la charge de 714 K€ qui en découle au 31 décembre 2019.

Les dotations aux provisions comptabilisées sur la période (131 K€) correspondent principalement à des pertes de valeur supplémentaires constatées sur deux créances client identifiées et non recouvrées à date. Les reprises font suite à des paiements intervenus en 2019 à hauteur de 10 K€ d’anciennes créances entièrement provisionnées.

7.5 Autres produits d’exploitation et autres charges opérationnelles

Les autres produits d’exploitation (684 K€ en 2019) correspondent à la comptabilisation en résultat d’une partie des Crédits d’Impôt Recherche (677 K€). Ces derniers sont comptabilisés dans leur totalité en produits différés de l’exercice auquel ils se rattachent. Ils sont ensuite repris en résultat dès lors que les projets sous-jacents, qu’ils permettent de financer, sont amortis.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

65

Le montant des reprises correspond donc à la quote part des crédits d’impôt recherche affectée aux projets amortis sur la période. La reprise en résultat se fait au même rythme et dans les mêmes proportions relatives que les amortissements constatés sur les différents projets concernés.

Les amortissements étant quasi stables en 2019 (confer note 7.4 ci-dessus), les reprises en résultat des Crédits d’Impôt Recherche restent également stables par rapport à 2018 (641 K€).

Les autres produits opérationnels (4 K€ au 31 décembre 2019) ne sont pas significatifs.

7.6 Eléments financiers et exposition aux risques

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Produits sur placements de trésorerie

16

17

-1

Coût financier brut

-96

-50

-46

Coût financier net (charges nettes)

-80

-33

-47

Gains de change

110

225

-115

Pertes de change

-53

-96

43

Produits nets de cessions d’actifs

Total Impact Financier

-23

96

-119

Les produits sur placement de trésorerie correspondent aux intérêts financiers reçus ou à recevoir générés par les comptes à terme souscrits par le Groupe, exclusivement au niveau de la maison mère française. Leur faible niveau et leur variation s’expliquent par des taux de rémunération très faibles en 2019, comme en 2018.

Le coût financier brut correspond aux intérêts payés sur l’emprunt obligataire de 1.800 K€ émis auprès du GIAC en juillet 2013 (pour mémoire, remboursement différé de 90 K€ à compter du troisième trimestre 2017).

Par ailleurs, l’application de la norme IFRS 16 « Contrats de location » implique à compter du 1er janvier 2019 de constater des intérêts financiers d’actualisation sur la dette locative comptabilisée. Ces intérêts sont de 56 K€ au 31 décembre 2019, ce qui explique la variation constatée entre 2019 et 2018.

Les gains et pertes de change sont de deux natures distinctes : conversion de certains actifs / passifs en monnaies étrangères et résultat de change réalisé sur les transactions en monnaie étrangère (essentiellement US Dollar), enregistrées notamment par les sociétés françaises.

L’évolution du taux de change USD/€ sur la période a généré un impact net positif de 57 K€ contre un gain net de 129 K€ en 2018. Les variations de change ont donc été moins favorables en 2019 qu’en 2018, mais leur impact net reste cependant positif.

Risque de change

Le groupe StreamWIDE exerce ses activités en France et à l’international et peut donc être conduit à effectuer des transactions dans diverses devises étrangères.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

66

Cependant, les flux les plus significatifs à date restent en euros (au niveau des coûts), dans la mesure où la société mère et sa filiale française concentrent encore la majorité des transactions. Les autres devises utilisées au sein du Groupe (USD américain, CNY chinois, RON roumain, TND tunisien et SGD singapourien) résultent essentiellement de l’activité des filiales situées hors zone euro, et concernent pour la Chine, la Roumanie et la Tunisie exclusivement des transactions intra groupe. Par ailleurs, les éléments financiers relatifs à ces filiales restent peu significatifs au regard des montants constatés au niveau du Groupe dans son ensemble. Concernant le dollar américain, les flux entrants (facturation en dollars US de certains clients) sont depuis plusieurs exercices plus importants que les flux sortants (coûts de fonctionnement de la filiale américaine), ce qui génère une position nette dollars USD excédentaire au 31 décembre 2019.

Le Groupe n’a pas mis en place d’instruments dérivés de couverture de change. Dès lors que les flux nets deviendraient plus significatifs ou que l’impact de change pourrait être potentiellement négatif et important, des instruments de couverture simples du type change à terme pourraient être souscrits par le Groupe, pour se prémunir d’un risque de change impactant.

A date, les moyens mis en œuvre pour gérer le risque de change correspondent principalement à une surveillance régulière des cours de change, ainsi qu’à une analyse des risques par la direction financière et générale.

Autres risques financiers

L’exposition aux autres risques financiers (crédit, placements, liquidité et taux) est présentée dans les notes respectives sur l’état de la situation financière (8.5 « Actifs courants », 8.6 « Trésorerie et équivalent de trésorerie », 8.8 « Passifs financiers courants et non courants » et 8.10 « Autres passifs courants et non courants »).

7.7 Charges d’impôts

La charge d’impôts est de 50 K€ au 31 décembre 2019, contre une charge de 73 K€ au 31 décembre 2018, et se décompose comme suit :

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Impôts exigibles

71

57

14

Impôts différés

-21

16

-37

Total Produit (-) / Charge d’impôts (+)

50

73

-23

Les impôts exigibles correspondent essentiellement aux retenues à la source comptabilisées par les sociétés françaises (9 K€) et américaine (33 K€) du Groupe. Pour mémoire, ces sociétés ne décaissant pas d’impôt annuel, ces retenues à la source ne sont imputables sur aucun impôt payé. Elles sont donc de facto conservées en charge de période. On note également des impôts société pour la filiale roumaine et tunisienne, pour respectivement 18 K€ et 16 K€.

Les variations et impacts liés aux impôts différés sont présentés dans la note 8.4 – Actifs et passifs d’impôts différés.

Leur faible variation provient essentiellement des positions retenues au 31 décembre 2019, sans changement par rapport à celles de 2018 (non activation, au niveau de toutes les sociétés du Groupe des déficits fiscaux constatés en clôture, au-delà des impôts différés passifs issus de l’activation des frais de développement).

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

67

Le taux d’imposition différée retenu est de 28% au 31 décembre 2019 (contre 31% au 31 décembre 2018), pour tenir compte de la diminution programmée et progressive de l’impôt société d’ici 2022.

Pour rappel, les sociétés StreamWIDE SA (société mère) et StreamWIDE France (filiale détenue

  • 100%) ont opté pour le régime de l’intégration fiscale à compter du 1er janvier 2012. La société StreamWIDE est la société tête du groupe fiscal.

La preuve d’impôt s’établit comme suit au 31 décembre 2019 :

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Résultat opérationnel

1 214

-999

Coût de l’endettement financier net

-80

-33

Autres produits et charges financiers

57

129

Taux d’impôt théorique

31,00%

31,00%

Impôt théorique

369

-280

Impôt courant

71

57

Impôt différé

-21

16

Impôt réél

50

73

Taux d’impôt réél

4,20%

-8,08%

Ecart sur taux

-26,80%

-39,08%

Ecart sur impôt

-319

353

Détail

Déficits imputés dans l’exercice

Déficits créés dans l’exercice

194

673

Retenues à la source et autres crédits d’impôts

36

57

Différences permanentes et autres éléments

-549

-377

-319

353

Les principaux éléments à retraiter fiscalement sont les suivants :

  1. Reprise du Crédit d’Impôt Recherche en résultat : cette reprise, qui impacte positivement le résultat comptable, n’est pas fiscalisée. De fait, elle créée une différence entre l’impôt théorique (déterminé sur les seuls résultats comptables) et l’impôt réel. En 2019, les reprises sont de 677 K€, générant ainsi un écart d’impôt de (190) K€, inscrit sous la rubrique « différences permanentes et autres éléments ». L’ajustement des taux d’imposition (28% retenu au titre de 2019 contre 31% en 2018) implique également un impact important de 359 K€ relatif aux différents retraitements de consolidation, notamment ceux liés aux frais de développement
    (236 K€);
  2. Les retenues à la source (42 K€ principalement au niveau de StreamWIDE France et de StreamWIDE Inc.) et autres crédits d’impôts (-6 K€), peu significatifs, créent également une différence entre l’impôt théorique et réel ;
  3. Le déficit fiscal générés en 2019 par l’entité américaine (632 K€) n’a pas été activé au
    31 décembre 2019, ce qui implique un écart significatif entre l’impôt réel et l’impôt théorique (194 K€ en tenant compte d’un taux d’imposition américain de 31%).

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

68

Au 31 décembre 2019, le report déficitaire propre à la société mère StreamWIDE SA (avant intégration fiscale) est de 1.289 K€, après imputation d’un bénéfice fiscal de 167 K€ au titre de l’exercice 2019.

Les reports déficitaires créés post intégration fiscale sont quant à eux de 9.880 K€ (après prise en compte du déficit fiscal de StreamWIDE France SAS de 17 K€ au titre de 2019), ce qui porte l’ensemble des reports déficitaires sur les entités françaises à 11.169 K€. La filiale américaine, StreamWIDE Inc., dispose quant à elle d’un report déficitaire de 232 K€ au 31 décembre 2019 (confer note 8.4 – Actifs et passifs d’impôts différés »).

7.8 Résultat par action

Le calcul du résultat par action a été effectué sur la base du Résultat Net Part du Groupe de la période et :

  • d’un nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation sur la même période (résultat de base par action)
  • d’un nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation sur la même période, ajusté des effets de toutes actions ordinaires potentielles dilutives (résultat dilué par action).

Les calculs du nombre moyen pondéré d’actions et de nombre moyen dilué d’actions ordinaires sont les suivants :

Au 31 décembre 2018

Actions

Actions

Actions

Nombre pondéré

émises

propres

en circulation

d’actions

Nombre pondéré d’actions ordinaires

3 022 758

Effet dilutif du plan d’attribution de bsa

Nombre moyen dilué d’actions ordinaires

3 022 758

Au 31 décembre 2019

Actions

Actions

Actions

Nombre pondéré

émises

propres

en circulation

d’actions

31.12.2018

3 029 962

8 697

3 021 265

503 437

31.01.2019

645

3 020 620

504 004

28.02.2019

-3 406

3 024 026

484 877

31.03.2019

-112 524

2 239

2 909 263

483 892

30.04.2019

5 910

2 903 353

484 243

31.05.2019

-2 104

2 905 457

485 093

30.06.2019

-5 100

2 910 557

474 680

31.07.2017

62 476

2 848 081

472 911

30.08.2019

10 618

2 837 463

473 184

30.09.2019

-1 640

2 839 103

472 162

31.10.2019

6 130

2 832 973

456 493

30.11.2019

94 018

2 738 955

453 069

31.12.2019

20 539

2 718 416

0

Nombre pondéré d’actions ordinaires

Effet dilutif du plan d’attribution de bsa

Nombre moyen dilué d’actions ordinaires

2 874 022

Au cours du premier semestre 2015, la Société a émis et attribué 3 tranches de BSA : (i) 3.016.391 BSA 1, (ii) 2.002.500 BSA 2 et (iii) 322.500 BSA 3, tous au prix d’exercice de 14 € et avec une parité de 15 BSA pour une action nouvelle.

Au 31 décembre 2017, le nombre de BSA restant à exercer était le suivant (i) BSA 1 : 3.013.316 ; (ii)

BSA 2 : 1.927.500 et (iii) BSA 3 : 315.000 ; soit un total de 5.255.726 BSA.

Au cours du premier semestre 2018, les BSA 2 et BSA 3 ont été prorogés jusqu’au 1er juillet 2021. Les BSA 1 sont, quant à eux, devenus caducs au 1er juillet 2018.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

69

Au cours de l’exercice 2019, aucun BSA 2 ni BSA 3 n’a été exercé. Au 31 décembre 2019, le nombre de BSA restant à exercer est donc de 2.242.500 (BSA 2 et BSA 3) soit 149.500 actions nouvelles potentielles (5,12% du capital social actuel), si tous les BSA venaient à être exercés.

En mars 2019, le Conseil d’Administration a décidé d’annuler 112.524 actions auto détenues dans le cadre du programme de rachat d’actions. Suite à cette annulation, le capital social de la Société est maintenant de 291.749,9 € et se compose de 2.917.499 actions de valeur nominale de 0,1 € chacune.

Les résultats de base et dilués par action sont les suivants aux 31 décembre 2019 et 31 décembre 2018 :

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Résultat Net Part du Groupe

1 141

-975

2 116

Effet net d’impôt des actions dilutives

Résultat net Part du Groupe

1 141

-975

2 116

Nombre moyen pondéré d’actions

2 874 022

3 022 758

-148 736

Effet des actions ordinaires dilutives

Nombre moyen dilué d’actions

2 874 022

3 022 758

-148 736

Résultat de base par action (en €)

0,40

-0,32

0,72

Résultat dilué par action (en €)

0,40

-0,32

0,72

Au cours de l’exercice 2019, le prix d’exercice des BSA étant hors marché, les 149.500 actions nouvelles potentielles ne sont pas considérées comme dilutives. Le nombre moyen pondéré d’actions et le nombre moyen dilué d’actions sont donc identiques, sachant par ailleurs qu’il n’existe pas d’action ordinaire dilutive.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

70

8. Notes sur l’état de la situation financière

8.1 Immobilisations incorporelles

En K€

31-déc-17

Acquisitions

Cessions

31-déc-18

Dotations

Reprise

Frais de développement

23 413

2 860

26 273

Concessions, brevets et licences

812

96

908

Autres immobilisations incorporelles

28

4

32

Valeurs brutes

24 253

2 960

0

27 213

Frais de développement

-17 187

-2 210

-19 397

Concessions, brevets et licences

-557

-103

-660

Autres immobilisations incorporelles

-20

-7

-27

Amortissement

-17 764

-2 320

0

-20 084

Valeurs nettes

6 489

640

0

7 129

En K€

31-déc-18

Acquisitions

Cessions

31-déc-19

Dotations

Reprise

Frais de développement

26 273

3 277

29 550

Concessions, brevets et licences

908

69

977

Autres immobilisations incorporelles

32

10

42

Valeurs brutes

27 213

3 356

0

30 569

Frais de développement

-19 397

-2 282

-21 679

Concessions, brevets et licences

-660

-104

-764

Autres immobilisations incorporelles

-27

-9

-36

Amortissement

-20 084

-2 395

0

-22 479

Valeurs nettes

7 129

961

0

8 090

Le Groupe utilise des moyens et des outils performants de gestion lui permettant d’isoler et de valoriser de façon fiable et constante ses différents projets de développement. Les frais de développement sont donc immobilisés, conformément à IAS 38 depuis l’exercice 2009. Les montants activés en 2019 sont de 3.277 K€ contre 2.860 K€ en 2018. Cette augmentation s’explique essentiellement par un effet volume (embauche de plusieurs ingénieurs supplémentaires au cours de l’exercice 2019, notamment en Roumanie et en Tunisie), avec un nombre d’heures consacrées au développement plus important en 2019 qu’en 2018. Le coût horaire moyen global reste stable au sein du Groupe sur la période.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

71

Les montants activés au titre des différentes périodes présentées sont les suivants :

En K€

31-déc-18

31-déc-17

Variation

Frais de développement activés

2 860

2 299

561

Amortissements de la période

-2 210

-2 260

50

Frais de développement cumulés

26 273

23 413

2 860

Amortissements cumulés

-19 397

-17 187

-2 210

Valeur nette

6 876

6 226

650

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Frais de développement activés

3 277

2 860

417

Amortissements de la période

-2 282

-2 210

-72

Frais de développement cumulés

29 550

26 273

3 277

Amortissements cumulés

-21 679

-19 397

-2 282

Valeur nette

7 871

6 876

995

Les frais de développement (valeur nette fin 2019 de 7.871 K€) se rattachent aux différents logiciels conçus et développés par le Groupe. Ils comprennent principalement le coût salarial des chercheurs et ingénieurs du Groupe dédiés à la conception, au développement et à la réalisation des différents logiciels. Leurs amortissements sont linéaires avec des durées allant de 3 à 5 ans, en fonction de la nature des logiciels développés et commercialisés. Ces amortissements restent stables en 2019 (2.282 K€ contre 2.210 K€ en 2018) après à une revue des différentes valeurs et durées d’utilité des principaux logiciels développés par le Groupe effectuée fin 2017 (confer note 7.4 -Dotations aux amortissements et provisions).

Les autres immobilisations incorporelles du Groupe se composent de licences et de logiciels informatiques acquis et restent peu significatives.

8.2 Immobilisations corporelles

En K€

31-déc-17

Acquisitions

Cessions

31-déc-18

Installations techniques

46

46

Installations générales, matériel, bureau

1 808

102

-195

1 715

Valeurs brutes

1 854

102

-195

1 761

Installations techniques

-37

-3

-40

Installations générales, matériel, bureau

-1 500

-165

198

-1 467

Amortissement

-1 537

-168

198

-1 507

Valeurs nettes

317

-66

3

254

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

72

En K€

31-déc-18

Acquisitions

Cessions

31-déc-19

Installations techniques

46

46

Installations générales, matériel, bureau

1 715

783

-25

2 473

Droits d’usage

2 052

2 052

Valeurs brutes

1 761

2 835

-25

4 571

Installations techniques

-40

-3

-43

Installations générales, matériel, bureau

-1 467

-215

21

-1 661

Droits d’usage

-428

-428

Amortissement

-1 507

-646

21

-2 132

Valeurs nettes

254

2 189

-4

2 439

Les immobilisations corporelles se composent essentiellement d’installations générales, de matériels informatiques et de mobiliers de bureau. Ces derniers ont augmenté de façon importante suite aux déménagements et aux agrandissements de bureaux qui ont eu lieu notamment en Roumanie et en Tunisie au cours de l’année 2019.

A compter du 1er janvier 2019, le Groupe applique IFRS 16 « Contrats de location ». Dans ce cadre, des droits d’usage liés aux différents contrats de location simples (essentiellement les baux locatifs au sein des différentes sociétés du Groupe) ont été comptabilisés à hauteur de 2.052 K€ en valeur brute. Au 31 décembre 2019, un amortissement de 428 K€ a également été constaté. A noter également que certains contrats locatifs ont pris fin au cours de l’exercice 2019. Les droits d’usage sous-jacents (valeur brute et amortissements relatifs) ne sont donc plus reconnus au 31 décembre 2019. L’impact en termes d’amortissements cumulés est de 286 K€, ce qui explique l’écart entre la dotation de période (714 K€) et le montant des amortissements cumulés (428 K€) au 31 décembre 2019.

8.3

Autres actifs financiers

En K€

31-déc-17

Acquisitions

Cessions

31-déc-18

Dépôts de garantie

269

-20

249

Autres actifs financiers non courants

72

37

109

Valeurs brutes

341

37

-20

358

Amortissements / provisions

Valeurs nettes

341

37

-20

358

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

73

En K€

31-déc-18

Acquisitions

Cessions

31-déc-19

Dépôts de garantie

249

76

325

Autres actifs financiers non courants

109

16

125

Valeurs brutes

358

92

0

450

Amortissements / provisions

Valeurs nettes

358

92

0

450

Les autres actifs financiers comprennent :

  • des dépôts de garantie et cautions donnés d’une part, dans le cadre des divers baux locatifs du Groupe pour les différents immeubles qu’il occupe en France, Roumanie, Chine, Etats Unis et Tunisie et, d’autre part, dans le cadre de l’emprunt obligataire souscrit par le GIAC en juillet 2013 (participation de 126 K€ au Fonds de Garantie
    Mutualisé) ; les variations de période proviennent essentiellement de la filiale roumaine où de nouveaux cautionnements locatifs ont été déposés suite au déménagement effectué au cours de l’été 2019.
  • le solde du compte courant lié au contrat de liquidité, mis en place depuis juillet 2009
    (101 K€ au 31 décembre 2019 contre 88 K€ au 31 décembre 2018), suite aux mouvements nets de période.

8.4 Actifs et passifs d’impôts différés

(En K€)

Déficits

Décalage

Frais de

Autres écritures

Total

fiscaux

temporaire

développement

de consolidation

Valeur nette au 31 décembre 2018

2 154

183

-2 131

-83

123

Impôts différés actifs

123

Impôts différés passifs

Variations Actif

55

18

Variations Passif

20

-72

Ecarts sur taux

1

Valeur nette au 31 décembre 2019

2 210

221

-2 203

-83

145

Impôts différés actifs

145

Impôts différés passifs

Le montant des actifs d’impôts sur déficits fiscaux (2.210 K€) se décompose comme suit au 31

décembre 2019 :

  • sur déficits fiscaux français : 2.132 K€ (2.077 K€ au 31 décembre 2018)

sur déficits fiscaux américains :

78 K€ (77 K€ au 31 décembre 2018)

La filiale américaine génère des résultats opérationnels et fiscaux négatifs en 2019. Les impôts différés actifs n’ont pas été reconnus au 31 décembre 2019 sur cette partie des déficits dans l’attente de perspectives positives aux USA.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

74

Les impôts différés reconnus sur les déficits antérieurs à 2018 (78 K€, incluant les écarts de taux) restent cependant inscrits en actifs non courants dans la situation financière annuelle, car leur imputation reste probable. Seule la décision de ne pas augmenter le solde disponible, et donc l’exposition globale, a été retenue depuis 2018 de façon conservatrice.

Concernant les sociétés françaises et compte tenu de l’intégration fiscale effective depuis le 1er janvier 2012, les actifs et passifs d’impôts différés se décomposent de la manière suivante :

  • avant intégration fiscale, la Société mère (StreamWIDE SA) dispose de 1.289 K€ de reports déficitaires propres au 31 décembre 2019, représentant 361 K€ d’actifs d’impôts différés, calculé au taux de 28% contre 31% précédemment ;
  • dans le cadre de l’intégration fiscale, le Groupe dispose de 9.888 K€ de reports déficitaires au 31 décembre 2019 (dont 659 K€ provenant de StreamWIDE France), représentant 2.769 K€ d’actifs d’impôts différés (dont 185 K€ provenant de
    StreamWIDE France). Les actifs d’impôts différés provenant des déficits fiscaux créés en
    2017 et 2018 (respectivement 3.444 K€ et 1.785 K€) n’ont pas été reconnus. Fin 2018, le montant des actifs d’impôts différés ressortait à 1.626 K€. Au 31 décembre 2019, tenant compte des écarts sur taux (imposition différée à 28% contre 31% en 2018), le montant des actifs d’impôts différés sur déficits est donc de 1.771 K€.
  • le montant net cumulé des frais de développement activés en consolidation et comptabilisés en charges dans les comptes sociaux s’établit à 7.871 K€, générant un montant d’impôts différés passifs de 2.204K€ ;
  • le impôts différés actifs issus des décalages temporaires s’élèvent à 221 K€ à la clôture de l’exercice, dont 38 K€ au titre de l’exercice 2019. Les autres retraitements divers de consolidation génèrent quant à eux 83 K€ d’impôts différés passifs à la clôture de l’exercice 2019.

Au 31 décembre 2019, la position fiscale différée des sociétés françaises est donc un impôt différé actif net de 67 K€, car aucun actif d’impôts différés n’est reconnu au-delà des passifs d’impôts différés générés par l’activation des frais de développements. Seule la partie des déficits fiscaux provenant des frais de développement (conservés en charges dans les comptes statutaires) est ainsi reconnue et activée.

8.5

Actifs courants

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Créances clients

3 279

6 105

-2 826

Autres débiteurs

952

792

160

Autres actifs fiscaux

916

1 407

-491

Total Net

5 147

8 304

-3 157

Créances clients

Le détail des créances clients est le suivant au 31 décembre 2019 et 31 décembre 2018 :

En K€

31-déc-18

Augmentation

Diminution

31-déc-19

Créances clients brutes

6 424

2 713

3 711

dont Factures A Etablir

1 955

397

1 558

Pertes de valeur

-319

-113

-432

Créances clients nettes

6 105

-113

3 279

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

75

L’évolution du poste clients ne reflète pas directement celle de l’activité et des revenus 2019 car des facturations importantes (1.955 K€) avaient été effectuées fin 2018 concernant des revenus 2019. Par ailleurs, le niveau d’encaissement au cours de l’année 2019 est satisfaisant et permet d’absorber d’autant la hausse des créances clients, avec, en contrepartie, une augmentation de la trésorerie brute au 31 décembre 2019 par rapport à la clôture annuelle 2018.

De par l’activité du Groupe et la différence qui peut exister entre les jalons de facturations et les périodes auxquelles sont reconnus et se rapportent les revenus, des actifs sur contrats de revenus significatifs (montant global de 1.558 K€ au 31 décembre 2019) peuvent être comptabilisés en clôture. Ce montant est constitué de factures identifiées et relatives à quelques clients seulement (trois principaux fin 2019).

Le détail des échéances des créances clients présenté ci-dessous démontre qu’il n’existe pas de risque significatif d’éventuelles pertes de valeur sur ces créances, puisque 93 % des créances sont non échues ou avec des échéances inférieures à 3 mois. Par ailleurs, les encaissements constatés début 2020 (3.078 K€ sur la période janvier-mars 2020) confirment cette absence de risque significatif et le suivi efficace réalisé au sein du Groupe.

Balance Agée au 31 décembre 2019

En K€

Total

Non échues

Echues

Echues

Echues

< 3 mois

3-12 mois

> 12 mois

Créances clients brutes

3 269

3 040

139

90

dont FAE

1 558

1 558

Créances douteuses brutes

442

442

Pertes de valeur

-432

-432

Créances clients nettes

3 279

3 040

139

90

10

93%

4%

3%

0%

Balance Agée au 31 décembre 2018

En K€

Total

Non échues

Echues

Echues

Echues

< 3 mois

3-12 mois

> 12 mois

Créances clients brutes

6 095

5 580

329

186

dont FAE

1 955

1 955

Créances douteuses brutes

329

329

Pertes de valeur

-319

-319

Créances clients nettes

6 105

5 580

329

186

10

91%

5%

3%

0%

Au 31 décembre 2019, les créances non échues correspondent à des actifs sur contrats de revenus pour un montant global de 1.558 K€ dont près de 67,5% sont représentés par 15 factures identifiées envers 3 clients seulement. Ces factures seront établies en 2020 conformément aux échelons de facturation convenus contractuellement.

Pour rappel, en 2018, le solde des créances clients non échues comprenait un montant de 1.955K€ d’actifs sur contrats de revenus, là encore composé à près de 66% par 7 factures significatives envers 3 clients, établies et réglées en 2019.

Au 31 décembre 2019, les créances échues, dont l’échéance est supérieure à 12 mois (442 K€ HT), correspondent à des clients et des factures parfaitement identifiés. Ces créances sont toutes provisionnées à 100%.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

76

Les autres créances échues ne présentent pas de risque significatif de défaillance. Les principaux montants constitutifs de ces créances ont été recouvrés dans leur totalité à la date d’arrêté des comptes annuels 2019.

Autres débiteurs

Les « autres débiteurs » comprennent essentiellement des créances fiscales (comptes de TVA pour 564 K€), des charges constatées d’avance pour 251 K€ et des avances faites à certains fournisseurs dans le cadre de projets futurs (67 K€).

Actifs fiscaux

Les actifs fiscaux se composent essentiellement des Crédits d’Impôt Recherche non encore remboursés par l’Etat. Au 31 décembre 2019, cette créance CIR est uniquement composée de celle au titre de 2019 pour un montant de 884 K€, car les crédits au titre des exercices 2017 et 2018 ont été remboursés en 2019 (montant global de 1.374 K€). La demande de remboursement anticipée de la créance 2019 a déjà été déposée auprès des services fiscaux concernés.

Risque de crédit

Le risque de crédit du Groupe provient principalement des créances clients. Les montants présentés au bilan sont nets des pertes de valeur éventuelles. De par l’activité du Groupe, les principaux clients sont connus, solvables et ne présentent pas de risque significatif de défaillance. Par ailleurs, des procédures mensuelles ont été établies afin de limiter le risque de non recouvrement et des relances systématiques sont établies à l’attention de clients parfaitement identifiés.

Décomposition du risque de crédit au 31 décembre 2019

En K€

Valeur nette

Juste Valeur

JV par résultat

Prêts et créances

Dérivés

Créances clients

3 279

3 279

3 279

Autres débiteurs

952

952

952

Autres actifs fiscaux

916

916

916

Equivalent de trésorerie

159

159

159

Trésorerie

3 848

3 848

3 848

Total créances nettes

9 154

9 154

4 007

5 147

Décomposition du risque de crédit au 31 décembre 2018

En K€

Valeur nette

Juste Valeur

JV par résultat

Prêts et créances

Dérivés

Créances clients

6 105

6 105

6 105

Autres débiteurs

792

792

792

Autres actifs fiscaux

1 407

1 407

1 407

Equivalent de trésorerie

248

248

248

Trésorerie

2 416

2 416

2 416

Total créances nettes

10 968

10 968

2 664

8 304

Au cours de l’exercice 2019, les 3 clients les plus contributeurs aux revenus du Groupe ont généré un chiffre d’affaires cumulé de 4.729 K€, soit près de 46% du chiffre d’affaires annuel du Groupe en 2019. En 2018, 28% du chiffre d’affaires annuel avait été généré par les 3 clients les plus contributeurs.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

77

8.6 Trésorerie et équivalents de trésorerie

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Placements à terme

159

248

-89

Comptes courants bancaires

3 848

2 416

1 432

Total

4 007

2 664

1 343

Les placements à terme sont composés de comptes à terme souscrits auprès de l’UIB tunisienne pour 159 K€ (500 KTND). Ce compte bénéficie d’une garantie de rendement et l’exposition du Groupe est très faible car ces placements sont totalement liquides.

Les comptes courants bancaires correspondent aux comptes de disponibilités du Groupe, dont un compte de trésorerie courant rémunérée auprès de HSBC pour 2.530 K€ au 31 décembre 2019.

Le niveau de trésorerie brute du Groupe (avant prise en compte des dettes financières) atteint 4.007 K€ au 31 décembre 2019 en augmentation de 1.343 K€ par rapport à la clôture annuelle

2018. Cette variation s’explique par :

  1. des flux nets opérationnels positifs de 6.748 K€, en augmentation marquée de 5.729 K€ sur la période, suite notamment à l’évolution des résultats (+ 2.116 K€), à la bonne tenue BFR (variation de -2.730 K€) et à l’application d’IFRS 16 « Contrats de location » qui implique un reclassement de 714 K€ entre les flux opérationnels et les flux de financement ;
  2. des flux nets d’investissements négatifs à hauteur de -2.843 K€, suite notamment aux investissements effectués en recherche et développement (3.277 K€ en 2019 contre 2.860 K€ en 2018). Le remboursement des Crédits d’Impôt Recherche 2017 (635 K€) et 2018 (739 K€), obtenu en 2019, vient financer en partie ces investissements de période ;
  3. des flux nets de financement négatifs à hauteur de -2.562 K€, suite aux remboursements de l’emprunt obligataire envers le GIAC intervenus sur la période
    (315 K€), aux rachats de ses propres actions effectués par la Société en 2019 pour un montant total de 1.533 K€ et au reclassement lié à IFRS 16 « Contrats de location » à hauteur de 714 K€ (augmentation des dettes locatives et intérêts financiers d’actualisation).

Risque sur actions et autres placements

La politique du Groupe est de rémunérer ses excédents de trésorerie avec une prise minimale de risque. Au 31 décembre 2019, des comptes à terme à rendement garanti sont investis à hauteur de 159 K€, ainsi qu’un compte courant rémunéré à hauteur de 2.530 K€. Ce dernier est, et sera, utilisé en cours de période pour rémunérer les excédents ponctuels de trésorerie courante.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

78

8.7

Capitaux propres

En K€

31-déc-19

31-déc-18

Variation

Capital social

292

303

-11

Prime d’émission

7 931

8 504

-573

Réserve légale

30

30

0

Résultats non distribués

3 168

2 017

1 151

Titres auto détenus

-1 604

-644

-960

Total

9 817

10 210

-393

Une réduction de capital, par annulation de 112.524 actions auto détenues, a été réalisée en mars 2019, ce qui explique les variations du capital social et de la prime d’émission constatées au 31 décembre 2019

Le capital social de la société mère StreamWIDE SA est composé de 2.917.499 actions ordinaires (contre 3.030.023 auparavant) d’une valeur nominale de 0,1 € chacune.

La prime d’émission (7.931 K€) correspond principalement à l’excédent du prix d’émission sur la valeur nominale des actions attribuées aux bénéficiaires lors de l’introduction en bourse du Groupe en novembre 2007 (5.285 K€) et lors de l’augmentation de capital réservée en octobre 2013 (3.199 K€). La souscription de 2.325.000 BSA managers en juin 2015 a généré, quant à elle, une prime d’émission de 16 K€. Les augmentations de capital définitives ne sont constatées que lors de l’exercice de tout ou partie de ces BSA (aucun exercice enregistré en 2019). Suite à l’annulation de 112.524 actions en mars 2019, la prime d’émission a ainsi été réduite de 573 K€.

Les réserves consolidées correspondent aux résultats consolidés cumulés après prise en compte des dividendes distribués antérieurement. En ajoutant la réserve légale (30 K€) aux résultats non distribués (3.168 K€), le montant obtenu (3.198 K€) correspond bien aux montants indiqués dans le tableau de variation des capitaux propres, sous les rubriques « réserves et résultats consolidés » (3.456 K€), « gains et pertes directement en capitaux propres » (-281 K€) et « autres variations » (23 K€).

Le montant en « titres auto détenus » correspond à la valorisation au cours de transaction des actions de la Société détenues dans le cadre de son programme de rachat d’actions.

Titres autodétenus

31-déc-18

Acquisitions

Cessions

31-déc-19

En nombre d’actions

121 221

202 227

-146 855

176 593

En montants (€uro)

643 920

1 842 579

-882 200

1 604 299

Au 31 décembre 2019, le contrat de liquidité, opéré par la société Louis Capital Market depuis novembre 2013, est investi à hauteur de 7.060 actions de la Société contre 8.697 actions au 31 décembre 2018, et présente un solde de liquidité de 101 K€ (confer note 8.3 – Autres actifs financiers) contre 88 K€ au 31 décembre 2018. A noter également que la Société a acquis 169.533 titres (contre 22.428 en 2018) dans le cadre de son programme de rachat d’actions au second semestre 2019, au cours moyen unitaire de 9,01 €.

Au cours de l’exercice 2019, le nombre d’actions acquises dans le cadre du contrat de liquidité s’est élevé à 32.694 actions (au cours moyen de 9,61 €) et le nombre d’actions cédées à 34.331 (au cours moyen de 9,27 € pour un prix de revient moyen de 8,68 €). La plus-value ainsi réalisée (20 K€) est inscrite en réserves consolidées.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

79

8.8 Passifs financiers courants et non courants

Passifs financiers non courants (en K€)

31-déc-19

31-déc-18

Variations

Emprunts bancaires et obligataires

642

955

-313

Total

642

955

-313

Passifs financiers courants (en K€)

31-déc-19

31-déc-18

Variations

Emprunts bancaires et obligataires

366

367

-1

Total

366

367

-1

Le 31 juillet 2013, le Groupe a émis un emprunt obligataire entièrement souscrit par le GIAC d’un montant de 1.800 K€, sur une durée de 9 ans (avec différé de remboursement pendant 4 ans) au taux fixe annuel de Euribor 3 mois + 3,05%. Les frais d’émission ont été imputés sur la valeur initiale de l’emprunt.

Au 31 décembre 2019, le solde de l’emprunt obligataire est de 964 K€ après imputation des frais d’émission. Son remboursement trimestriel de 90 K€ est effectif depuis octobre 2017.

La dette financière est assortie de ratios financiers, calculés en fonction des données consolidées annuelles du Groupe et qui se résument comme suit (confer note 9.2 – Engagements hors bilan) :

  • fonds propres consolidés > 40% du total bilan
  • dettes non courantes (moyen – long terme) < 60% des fonds propres
  • dettes non courantes (moyen – long terme) < 2 x la capacité d'autofinancement avant impôts société

Au 31 décembre 2019, tous les ratios sont respectés.

Risque de taux

La dette financière du Groupe supporte un taux variable (taux annuel d’Euribor 3 mois + 3,05%).

En 2019, le taux Euribor 3 mois moyen ressort à -0,355% (moyenne des premiers taux Euribor 3 mois par mois). Les variations constatées ne sont pas importantes (plus bas -0,436% et plus haut -0,316%) et ne génèrent donc pas de risque de taux significatif pour le Groupe. Cependant, une variation de 1% du taux variable appliqué à l’emprunt obligataire générerait un impact de 10 K€ par an supplémentaire en charges financières.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

80

8.9

Provisions

Provisions Non Courantes (en K€)

31-déc-19

31-déc-18

Variations

Avantages du personnel

297

212

85

Total Provisions

297

212

85

Provisions Courantes (en K€)

31-déc-19

31-déc-18

Variations

Litiges

7

6

1

Total Provisions

7

6

1

Les variations des provisions constatées au cours des périodes présentées se détaillent comme suit, par nature de provisions :

En K€

PIDR

Litiges

Au 31 décembre 2018

212

6

Dotations

85

1

Utilisations

Reprises sans objet

Au 31 décembre 2019

297

7

Les provisions pour litiges concernent uniquement une créance fiscale de 6 K€ relative aux crédits d’impôts mécénat non récupérables. Les échéances et les montants provisionnés sont appréhendés en fonction du degré d’avancement des procédures et des risques estimés.

Les avantages du personnel concernent exclusivement les indemnités de fin de carrière versées lors du départ à la retraite des salariés.

Avantages du personnel

Les principaux régimes post emploi concernent les indemnités de fin de carrière versées lors du départ à la retraite du salarié.

Les droits au titre de ce régime sont définis par la Convention Collective Nationale des Bureaux d’Etudes Techniques, Cabinets d’Ingénieurs-Conseils, Sociétés de Conseil (Syntec). Les principales hypothèses actuarielles retenues par le Groupe pour évaluer la valeur totale des engagements sont les suivantes :

31-déc-19

31-déc-18

Taux d’actualisation

0,79%

1,63%

Taux de turn over moyen

8,80%

8,80%

Taux de revalorisation des salaires

3,00%

3,00%

A noter qu’au 31 décembre 2019, les taux de turn over moyens utilisés restent très faibles (10,9% et 6,3% pour respectivement des âges de 30 et 40 ans, correspondant à la majorité des tranches d’âge moyen de l’effectif actuel du Groupe) mais correspondent cependant aux hypothèses hautes à retenir dans le calcul actuariel de l’engagement.

Les autres hypothèses retenues concernent le type de départ en retraite (à l’initiative du salarié), l’âge de départ à la retraite (67 ans), le taux de charges sociales patronales (45%) et la table de mortalité (INSEE 2018).

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

81

La variation de la provision pour indemnités de fin de carrière à verser est la suivante en 2019 :

En K€

PIDR

Au 31 décembre 2018

212

Coûts des services rendus

19

Coût de l’actualisation

3

Gains et pertes actuariels

63

Au 31 décembre 2019

297

La variation de l’engagement au cours de l’exercice 2019 s’élève donc à 85 K€. Cet impact est comptabilisé dans le résultat opérationnel du Groupe au sein des charges de personnel.

Le coût de l’actualisation est conservé en résultat opérationnel (et n’est donc pas isolé dans les charges / produits financiers) car il est considéré comme non significatif. Les gains et pertes actuariels sont également comptabilisés directement en résultat.

Autres avantages du personnel

Aucun autre avantage du personnel n’existe au sein du Groupe au 31 décembre 2019.

8.10 Autres passifs courants et non courants

en K€

31-déc-19

31-déc-18

Variations

Passifs locatifs non courants

1 271

1 271

Passifs locatifs courants

417

417

Produits fiscaux différés non courants

1 345

1 207

138

Produits fiscaux différés courants

672

603

69

Passifs d’impôts différés

Fournisseurs et autres créditeurs

678

550

128

Dettes sociales

513

488

25

Dettes fiscales

1 107

1 237

-130

Produits constatés d’avance

3 149

2 996

153

Total autres passifs

9 152

7 081

2 071

La juste valeur des dettes fournisseurs et autres créditeurs est équivalente à leur valeur comptable compte tenu des échéances à court terme de ces dettes.

Par ailleurs, la valeur des montants versés et encaissés en contrepartie des produits différés et constatés d’avance correspond aux valeurs des passifs constatés.

Au 1er janvier 2019, l’application de IFRS 16 « Contrats de location » implique de reconnaitre un passif locatif en contrepartie du droit d’usage activé. Au 31 décembre 2019, ce passif locatif est classé en dette non courante (échéance supérieure à 12 mois) et courante (échéance inférieure

  • 12 mois). Les montants sont respectivement de 1.271 K€ et 417 K€, pour un passif locatif total de 1.688 K€.

Les produits fiscaux différés correspondent aux Crédits d’Impôt Recherche considérés par le Groupe comme des produits différés, repris en résultat au même rythme que les amortissements des frais de développement activés.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

82

La règle d’amortissement retenue par le Groupe depuis 2017 est un amortissement linéaire sur 3 ou 5 ans des différents logiciels, dès leur mise en service. Les produits différés fiscaux courants correspondent donc à 1/3 du montant global des Crédits d’Impôt Recherche (avec une reprise en résultat à horizon des 12 prochains mois), et les non courants à 2/3 (avec une reprise en résultat à horizon des 12/36 prochains mois).

Au 31 décembre 2018, le solde de 1.810 K€ se détaillait comme suit :

au titre de l’exercice 2016 :

436 K€

au titre de l’exercice 2017 :

635 K€

au titre de l’exercice 2018 :

739 K€

Suite aux amortissements constatés en 2019, une reprise de CIR à hauteur de 677 K€ a été enregistrée (confer note 7.5 – Autres produits d’exploitation et autres charges opérationnelles). Cette reprise vient donc solder le CIR au titre de 2016 et diminue le solde au titre de 2017 de 241 K€.

Le montant global et cumulé des Crédits d’Impôt Recherche différés au 31 décembre 2019 est de 2.017 K€ et correspond donc aux Crédits d’Impôt Recherche suivants :

au titre de l’exercice 2017 :

394 K€

au titre de l’exercice 2018 :

739 K€

au titre de l’exercice 2019 :

884 K€

A noter que les crédits d’impôt au titre de 2016 ont été entièrement imputés ainsi qu’une partie de ceux de 2017, dans la mesure où les amortissements s’effectuent majoritairement sur des périodes de 3 à 5 ans.

Les passifs d’impôts différés, considérés comme non courants, sont nuls au 31 décembre 2019 comme au 31 décembre 2018.

Les fournisseurs et autres créditeurs augmentent légèrement au 31 décembre 2019 par rapport

  • l’exercice précédent, suite au cours normale de l’activité, et sans appeler de commentaire particulier.

Les dettes sociales concernent principalement les cotisations envers les différents organismes sociaux, dues au titre du quatrième trimestre 2019, et ont été réglées en janvier 2020. Leur évolution est cohérente avec celle des effectifs du Groupe sur la période concernée.

Les dettes fiscales se composent essentiellement des comptes de TVA collectée. Par ailleurs, la composition, à la clôture 2019, des créances clients (notamment des actifs sur contrats de revenus), explique le solde important constaté au 31 décembre 2019 et sa variation.

Les produits constatés d’avance (passifs sur contrats de revenus) proviennent essentiellement du cycle opérationnel du Groupe. Les décalages existants entre les jalons de facturation de certains contrats et les prestations sous-jacentes,ainsi qu’entre les commandes et les facturations de certaines maintenances annuelles impliquent des écritures de régularisation en clôture de période et/ou d’exercice. L’évolution constatée au 31 décembre 2019 provient (i) de factures établies en fin de période envers un nouveau client (client identique depuis fin 2018 mais avec des montants différents, ce qui explique la variation constatée fin 2019) et (ii) de maintenances 2020 significatives facturées fin 2019.

Risque de liquidité

Le risque de liquidité s’analyse comme le risque que le Groupe encourt s’il n’est pas en mesure d’honorer ses dettes à leur date d’échéance. Afin de gérer ce risque de trésorerie, le Groupe a mis en place un suivi mensuel de sa trésorerie et une gestion prévisionnelle de ses besoins de financement, afin de contrôler son entière capacité à honorer ses passifs exigibles.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

83

L’exposition maximale au risque de liquidité aux 31 décembre 2019 et 31 décembre 2018 est la suivante :

Décomposition du risque de liquidité au 31 décembre 2019

JV

Dettes

En K€

Valeur nette

Juste Valeur

au coût

Dérivés

par résultat

amorti

Dettes fiancières CT/LT

1 008

1 008

1 008

Dettes locatives

1 688

1 688

1 688

Fournisseurs et autres créditeurs

678

678

678

Dettes fiscales et sociales

1 620

1 620

1 620

Produits différés CT/MT

5 166

5 166

5 166

Total

10 160

10 160

10 160

Décomposition du risque de liquidité au 31 décembre 2018

JV

Dettes

En K€

Valeur nette

Juste Valeur

au coût

Dérivés

par résultat

amorti

Dettes fiancières CT/LT

1 322

1 322

1 322

Fournisseurs et autres créditeurs

550

550

550

Dettes fiscales et sociales

1 725

1 725

1 725

Produits différés CT/MT

4 806

4 806

4 806

Total

8 403

8 403

8 403

A noter que seules les dettes d’exploitation (fournisseurs et autres créditeurs), les dettes fiscales et sociales donnent lieu à des décaissements de trésorerie réels et certains. Les produits différés CT/MT (part du Crédit d’Impôt Recherche différée en résultat en parallèle de l’amortissement constaté sur les frais de développement et passifs sur contrats de revenus) ainsi que les dettes locatives ne peuvent raisonnablement donner lieu à de quelconques décaissements.

Concernant les dettes financières (emprunt obligataire souscrit par le GIAC), le remboursement est de 90 K€ par trimestre à compter du quatrième trimestre 2017 et jusqu’au troisième trimestre 2022 inclus (confer note 8.8 – Passifs financiers courants et non courants).

Au 31 décembre 2019, le Groupe dispose d’une situation de trésorerie lui permettant de couvrir le cycle de financement de l’activité.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

84

9. Autres informations

9.1 Informations sectorielles

Le Groupe, spécialisé dans l’édition de logiciels, n’opère ses activités que dans un seul secteur : il conçoit, produit, commercialise et assure la maintenance d’un ensemble de logiciels de services à valeur ajoutées (à destination des opérateurs de télécommunications fixes et mobiles du monde entier) et de logiciels de communications critiques à destination des administrations et entreprises (team on the run et team on mission). Les règles et la nature des revenus étant identiques, le Groupe continue donc à ne présenter qu’un seul secteur d’activité. Différentes solutions applicatives et différents modes de commercialisation (SaaS et « on premise ») pourraient cependant coexister à terme, éléments qui justifieraient alors une présentation sectorielle détaillée s’il en était nécessaire.

En conséquence, en 2019, le Groupe ne distingue pas, dans son reporting financier et dans son mode d’organisation interne, de secteurs d’activité. Les prestations de services et la maintenance ne pouvant être séparés et analysés en dehors de la vente de logiciels, elles font partie intégrante du secteur unique dans lequel le Groupe intervient et réalise ses ventes.

Le Groupe distingue cependant plusieurs zones géographiques, eu égard à son organisation interne (notamment au niveau du service commercial) et à son analyse des différents marchés locaux qu’il adresse. Outre une distinction France / Export que le Groupe utilise dans sa communication relative au chiffre d’affaires, différentes zones géographiques, plus fines et plus précises, peuvent être retenues au niveau du chiffre d’affaires. Les données relatives aux exercices 2019 et 2018 sont présentées ci-dessous.

(en K€)

31-déc-19

31-déc-18

Variations

CA France

6 153

2 993

3 160

CA Export

4 055

3 771

284

dont Europe

2 085

1 673

412

dont Amériques

1 267

1 616

-349

dont Afrique

87

96

-9

dont Moyen Orient

516

91

425

dont Russie

dont Asie – Pacifique

100

295

-195

TOTAL CA

10 208

6 764

3 444

La répartition géographique des revenus est de 60/40 (France / Export) au titre de l’exercice 2019. Le poids relatif des revenus « France » progresse en 2019, suite notamment aux revenus générés par le projet PCSTORM et par le partenariat technologique avec Airbus SLC. Les succès commerciaux à venir devraient se concrétiser d’abord au niveau du marché national du Groupe.

Le chiffre d’affaires « France » progresse de 3.160 K€ suite aux revenus liés au déploiement du projet PCSTORM et au partenariat technologique signé fin 2018 avec Airbus SLC.

Le chiffre d’affaires « Export » augmente également sur la période (+284 K€) :

  1. Progression des revenus « Europe » (+412 K€) : l’évolution s’explique essentiellement par la mise en production de nouvelles plateformes déployées en 2019 et par des prestations de services spécifiques.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

85

  1. Diminution des revenus « Amériques » (-349 K€) : la diminution s’explique essentiellement par des prestations de services importantes en 2018 (et par nature non récurrentes en 2019), ainsi que par une maintenance annuelle non commandée en 2019 par un client spécifique.
  2. « Autres zones » (+221 K€) : une nouvelle plateforme a été déployée en EMEA alors que la maintenance sur une ancienne plateforme en Asie n’a pas été commandée en 2019.

Concernant les actifs, passifs, amortissements, investissements et résultats opérationnels par secteurs géographiques, ces derniers ne sont pas présentés dans la présente note car cette information n’est pas pertinente pour la compréhension de l’activité du Groupe.

9.2 Engagements hors bilan

Au 31 décembre 2019, le Groupe n’a reçu aucun engagement hors bilan.

Au cours du second semestre 2013, le Groupe a émis un emprunt obligataire de 1.800 K€, d’une durée de 9 ans au taux variable Euribor 3 mois + 3,05% (confer note 8.8 – Passifs financiers courants et non courants), entièrement souscrit par le GIAC au travers du FCT GIAC OLT.

Un nantissement du fonds de commerce a été émis au profit du GIAC en garantie de ces emprunts, jusqu’au 31 juillet 2022. L’emprunt est également assorti de clauses et ratios financiers à respecter (covenants), calculés sur les données consolidées annuelles du Groupe :

  • fonds propres consolidés > 40% du total bilan
  • dettes moyen – long terme < 60% des fonds propres
  • dettes moyen – long terme < 2 * capacité d'autofinancement avant impôts société

Au 31 décembre 2019, ces ratios sont tous respectés.

Par ailleurs, des conditions de détention du capital et des droits de vote accompagnent également ces ratios financiers :

  • détention de 34% minimum du capital social ou des droits de vote par, conjointement, Messieurs Pascal Beglin (Pdg) et Lilian Gaichies (Dgd).

Cette condition est également respectée au 31 décembre 2019 (détention cumulée de 65,9% du capital social et de 76,7% des droits de vote).

Enfin, une caution bancaire a été émise en faveur d’un client étranger du Groupe (zone Afrique), dans le cadre de garantie de bonne fin et de paiement. Cette garantie est limitée dans son montant et sa durée de validité. Au 31 décembre 2019, le montant global d’engagement est de 21,8 K€ contre 22,6 K€ fin 2018.

9.3 Transactions entre parties liées

Les relations entre la société mère StreamWIDE SA et ses différentes filiales sont des relations classiques entre une société mère et des filiales opérationnelles. Aussi, certains services communs au Groupe (notamment travaux de recherche et développement) et effectués par les filiales sont refacturés à la société mère qui centralise l’ensemble des coûts de développement des différents projets.

En contrepartie, la société mère refacture différents services aux filiales, (management fees et sous locations immobilières à la société StreamWIDE France), et des royalties aux filiales à visée commerciale (StreamWIDE France et StreamWIDE Inc.). Ces refacturations sont effectuées aux conditions de marché et sont éliminées en consolidation.

Aucune autre relation ou opération significative avec des parties liées au Groupe n’a été recensée au cours des périodes concernées.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

86

La rémunération des dirigeants, uniquement mandataires sociaux, est indiquée dans la note ci-dessous.

9.4 Rémunération des dirigeants

La rémunération brute versée aux dirigeants mandataires sociaux, s’élève à 333.575 € bruts au titre de l’exercice 2019. Cette rémunération a été versée à hauteur de 220.112 € bruts par StreamWIDE SA et à hauteur de 113.463 € bruts par la filiale américaine StreamWIDE INC.

Au titre de l’exercice 2018, la rémunération brute des dirigeants mandataires sociaux s’élevait à 325.551 € bruts (rémunération totale incluant les versements de la société française pour 217.112 €, et de la société américaine pour 108.439 €).

Aucun autre engagement n’a été contracté au profit des mandataires sociaux.

9.5 Evénements importants survenus depuis la date de clôture

Aucun évènement post clôture significatif n’a été identifié entre la date de clôture et la date d’arrêté des comptes consolidés annuels clos au 31 décembre 2019.

La situation de crise sanitaire COVID-19 en France et dans le monde entier ouvre une période d’incertitudes importantes, sans que personne ne puisse encore en appréhender, dans le temps, tous les effets économiques et financiers. Cependant, l’activité du Groupe ne devrait pas être impactée de façon significative à court terme.

STREAMWIDE _ RAPPORT FINANCIER ANNUEL _ 31 DECEMBRE 2019

87

L’entreprise StreamWIDE SA a posté ceci, 30 avril 2020et est seul responsable des informations qui y sont contenues.
Le contenu a été diffusé par le public, non révisé et non révisé, à l’adresse06 mai 2020 06:54:06 UTC.