Accueil » News » Pour sortir de la crise, l’agglomération Sud-Essonne met plus de 2 millions d’euros sur la table

Pour sortir de la crise, l’agglomération Sud-Essonne met plus de 2 millions d’euros sur la table

  • par

Deux millions d’euros d’investissements supplémentaires et 100 000 euros de coupons offerts aux prestataires de soins pour donner un nouveau souffle aux commerces de proximité. Lundi dernier, les maires de la communauté d’agglomération Etampois Sud-Essonne (CAESE) ont adopté un plan exceptionnel pour sortir de la crise. Cette feuille de route vise à revitaliser l’économie locale, permettre à tous les étudiants de prendre leurs cours à distance et mettre en valeur l’attractivité touristique de la région.

Trois audioconférences ont été nécessaires pour mener à bien ce plan à grande échelle. « Avec les maires de l’agglomération, nous avons décidé de soutenir l’économie locale avec un investissement supplémentaire de deux millions d’euros », a déclaré Johann Mittelhausser (SE), président de la CAESE et maire d’Angerville. Un million est utilisé par la communauté urbaine et un autre est réparti entre les municipalités. Plus précisément, ces montants sont destinés à compléter la trésorerie des entreprises dont le carnet de commandes est vide depuis des semaines. Avec deux millions d’investissements supplémentaires, les communes et l’agglomération peuvent, par exemple, réaliser des travaux routiers ou nettoyer des bâtiments publics. Et ainsi relancer l’activité des entreprises.

Assistance juridique

Toujours axé sur les entreprises, un soutien juridique et technique sera bientôt fourni par le biais de la Maison de la justice et de la justice. « Il suffit aux entreprises de prendre rendez-vous par téléphone », poursuit le président. Les professionnels les écouteront pour les guider dans leurs démarches. « 

Enfin, l’agglomération participe au fonds régional de résilience, un dispositif mis en place par la Région pour aider les plus petites entreprises. «De nombreuses entreprises ne répondent pas aux critères du Fonds de solidarité de l’Etat car elles n’ont pas suffisamment de salariés», poursuit Johann Mittelhausser. Avec ce fonds, ils peuvent bénéficier d’un intérêt nul qui peut être remboursé dans les six ans. Pour CAESE, cette contribution au fonds s’élève à 52 000 euros. « 

Pendant les sept semaines d’incarcération, de nombreuses entreprises locales ont dû baisser le rideau. Pour les aider sur la bonne voie, l’agglomération a rejoint l’association Vitrine de France. «Cela nous donne une vitrine numérique avec toutes les informations pratiques et la possibilité de commander en ligne. Cela ne coûte rien aux commerçants. Pour aller encore plus loin, CAESE a acheté 100 000 euros de cartes cadeaux à dépenser exclusivement dans les commerces de proximité du secteur. « Nous les proposerons au personnel du centre hospitalier de Sud-Essonne, Barthélémy-Durand, aux médecins de ville et même aux infirmières libérales. Cela représente environ 4 000 personnes, chacune recevant un chèque de 25 euros environ. »

Tablettes pour les écoliers

Les petits écoliers ne sont pas en reste. Pour assurer la continuité de l’éducation des élèves qui ne sont pas équipés de matériel informatique ou qui n’ont pas de connexion Internet, la communauté urbaine emprunte des tablettes numériques avec des clés 4G. Cette mesure profite à 70 familles identifiées par l’Éducation nationale.

Enfin, CAESE souhaite accroître son attractivité touristique en créant un forfait « week-ends et courts séjours » autour de différents thèmes tels que « escapade romantique », « séjour gastronomique », « patrimoine et tradition » ou encore « voyages insolites ».