Accueil » News » Avignon: les étudiants récoltent 4 000 € en 72 heures

Avignon: les étudiants récoltent 4 000 € en 72 heures

  • par

« C’était une idée que nous avions. Tout a été fait en une semaine », déclarent Luke Henry, membre de l’AUEC (Avignon University E-sport Club), co-organisateur de l’événement, et Victor Moitié-Mathon, président de cette association étudiante de jeux vidéo en ligne. Jeudi soir dernier et pendant 72 heures, les deux étudiants en informatique ont dirigé un organisme de bienfaisance en direct sur la plate-forme de collaboration en ligne américaine « Twitch », qui permet de diffuser en direct les vidéos des utilisateurs (streamer) dans le train pour jouer à des jeux vidéo. Au programme, discussions et débats sur les sports électroniques et les jeux vidéo, talk-shows et appels à dons pour … le centre hospitalier Henri Duffaut à Avignon.

Cet événement connecté a réuni plus de 1 800 personnes pour des dons de 2 545 €. Parmi eux, de nombreux étudiants de l’Université d’Avignon ont sorti quelques dollars de leur poche et le bouche à oreille a permis d’élargir la base de donateurs au-delà du monde étudiant.

Les membres de l’association sportive Avignon University Club (AVUC) mettent leur énergie à animer la retransmission en direct et l’appel à la générosité. Le président, Pedro Damien, a organisé une piscine avec les autres associations étudiantes de la Cité des Papes (AED Avignon, AVUC, L’assoc ‘qui pique, AEL Avignon, L’Actudiant, SAJES Avignon, La Triplette de Quartier et Olympia STAPS Avignon ) résultant en un don collectif de 1 370 €.

Sportivement, l’AUEC a compensé les dons manquants d’un montant de 4 000 € pour l’hôpital.

« Ça fait du bien sur le plan humain »

Cette utilisation de la fibre pour une bonne cause a surpris le personnel hospitalier, reconnaissant envers les nombreux donateurs qui se sont portés volontaires depuis le début de la crise sanitaire de Covid-19. « Ça fait du bien sur le plan humain: le mot hôpital commence par ah, nous sommes principalement humains et ces gestes nous affectent principalement », dit non sans émotion dans la voix, Marielle Petit de Granville, responsable communication du centre hospitalier Henri-Duffaut. « Lorsque la crise a commencé, nous étions tellement occupés par la crise que nous n’avons pas immédiatement compris les impulsions de solidarité. Nous avons été très gâtés et extrêmement surpris, mais dans le bon sens », poursuit-elle.

Que ce soit des dons financiers, du matériel (matériel médical, tablettes numériques, micro-ondes), de la nourriture (chocolats pour les patients et le personnel à Pâques, du miel, des repas au restaurant), des dessins d’enfants puisqu’ils étaient accrochés à un mur spécial ou que les services étaient fournis gratuitement ( priorité aux caisses de certains supermarchés, assistance psychologique ou réparation de véhicules défectueux), plusieurs entreprises et particuliers ont été mobilisés pour accompagner les gardiens de l’hôpital.

L’argent collecté « servira à acheter du matériel médical ou à financer un appareil pour améliorer les soins aux patients dans le cadre de son confort en chambre d’hôpital », dit Mme Petit de Granville.