Accueil » News » Le Québec a récupéré ses 45 millions de dollars pour l’achat de masques N95

Le Québec a récupéré ses 45 millions de dollars pour l’achat de masques N95

  • par

Le gouvernement du Québec a récupéré lundi les 45 millions de dollars versés à un entrepreneur de Brossard qui prétendait pouvoir fournir des masques N95 dans un contexte de pénurie mondiale.

• Lisez également: [EN DIRECT LUNDI 4 MAI 2020] Tous les développements sur la pandémie du coronavirus

« L’argent nous est retourné », a déclaré lundi le porte-parole du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, Bryan Gélinas. Le centre a été mandaté par le gouvernement pour acheter du matériel médical.

Par conséquent, le CHU de Québec ne risque plus de perdre le jackpot, avancé le mois dernier à Patrick Ledoux, un entrepreneur qui aurait fait de même avec un particulier il y a quelques années.

En mars, Ledoux a contacté le gouvernement et a déclaré qu’elle pourrait fournir cinq millions de masques N95. Compte tenu de l’urgence, les responsables du CHU de Québec ont accepté de transférer l’argent rapidement. Ledoux a tenté d’en envoyer une partie en Chine et à Hong Kong.

Gel des avoirs

Les agents de la Banque TD ont levé le drapeau rouge et ont gelé les fonds avant de disparaître. Selon des documents judiciaires, Ledoux a ensuite été confronté. Ici, il aurait dit qu’il s’agissait de comités intermédiaires.

Puis il a dit que les masques étaient en Angleterre avec un certificat. Son document, qui contenait une faute d’orthographe, était en fait un faux.

L.A équipement médical [l’entreprise créée par Ledoux] en ce moment, cela ressemble à une coquille vide nouvellement fabriquée pour essayer de faire un hit en argent comptant « , a déclaré le juge Bernard Synnott, gelant l’argent payé à Ledoux à Montréal la semaine dernière.

Ce n’était pas la première fois que Ledoux pendait du matériel sans jamais le livrer, documents judiciaires obtenus par Le Journal.

En 2015, il aurait soumis un comptable au même médicament pour un montant inférieur.

Ledoux a ensuite été embauché pour réparer un toit, y compris l’achat d’ardoise. À la demande de Ledoux, le comptable a accepté de verser un acompte de 22 811 $.

Cependant, le matériel n’a jamais été fourni.

Malgré la réception du dépôt par Dimex Canada [l’entreprise de Ledoux]ce dernier n’a jamais exécuté les travaux ni livré l’ardoise », a expliqué le comptable à Ledoux dans son procès.

Après avoir ignoré le comptable pendant longtemps, Ledoux a finalement indiqué que son entreprise ne pouvait pas livrer.

« Malheureusement, l’entreprise est occupée et doit déposer le bilan », a écrit Patrick Ledoux huit mois après la signature du contrat.

Cette information était fausse car une simple recherche montre que l’entreprise est toujours active encore aujourd’hui.

L’accord s’est finalement terminé par un règlement à l’amiable confidentiel. Dans le cas de l’achat de masques N95, un juge devra encore décider, entre autres, de savoir si Ledoux devra payer 10 000 $ de dommages et intérêts pour ses actions, ce que le CHU de Québec considère comme des «manœuvres frauduleuses».