Accueil » News » Benchaâboun: Les ressources du fonds spécial Covid-19 ont atteint 32 MMDH

Benchaâboun: Les ressources du fonds spécial Covid-19 ont atteint 32 MMDH

  • par

Les ressources totales du Fonds spécial de lutte contre la pandémie du virus Corona ont atteint 32 milliards de dirhams le 24 avril, a indiqué le ministre de l’Economie, des Finances et de l’Administration, Mohamed Benchaâboun.

Le coût du Fonds est de 6,2 milliards de dirhams, dont 2 milliards ont été alloués au ministère de la Santé pour l’achat des équipements et appareils médicaux nécessaires pour faire face à la pandémie, portant la date d’acquisition de 460 lits de RCR, 580 lits d’hôpital standard et 410 respirateurs, a déclaré le ministre lors de la séance de questions orales à la Chambre des représentants sur les mesures financières et économiques prises pour faire face à la crise de Covid-19.

« Nous apporterons un soutien au ministère de la Santé avec le financement nécessaire en fonction de ses besoins et de l’évolution de la situation épidémiologique dans notre pays », a-t-il souligné, notant que ce fonds permettra également à l’économie nationale de prendre les mesures nécessaires fournir un soutien pour atténuer les chocs négatifs causés par la pandémie liés à la réduction ou à l’interruption des activités dans certains secteurs et aux pertes d’emplois qui en résultent.

En ce sens, M. Benchaaboun a indiqué que des mesures ont été examinées par le Comité de surveillance économique du gouvernement, sur la base d’un système de contrôle proactif.

Pour les salariés du secteur formel, le Ministre a rappelé l’allocation d’une allocation mensuelle nette de 2 000 DH pour la période du 15 mars au 30 juin 2020, en plus des allocations familiales et des prestations AMO, pour les salariés déclarés à la CNSS, à arrêt de travail temporaire d’entreprises affiliées à la CNSS, en difficulté du fait de la pandémie. Ces travailleurs bénéficieront également du report du remboursement des échéances des prêts bancaires, à savoir les crédits à la consommation et au logement, jusqu’au 30 juin 2020.

Conformément aux chiffres obtenus après des déclarations formalisées sur le portail de la CNSS pour bénéficier de la compensation accordée à ses membres concernés, 132 000 des 216 000 affiliés à la Caisse ont révélé qu’ils avaient été touchés par la pandémie et a déclaré que plus de 800 000 travailleurs et employés sont temporairement sans emploi. Par exemple, le fonds Covid-19 mobilisera près de deux milliards de dirhams chaque mois à cette fin, a-t-il déclaré.

Soucieux de fournir les ressources financières nécessaires pour faire face à la pandémie de coronavirus, en termes de santé et d’atténuation de ses effets sur l’entreprise nationale et sur le pouvoir d’achat des ménages marocains qui ont cessé de travailler à cause de cela crise, le roi Mohammed VI a donné ses hautes instructions pour la création d’un fonds spécial pour la gestion et la gestion de la pandémie.

Ce fonds, doté d’une enveloppe de 10 milliards de dirhams du budget général de l’État et de 1,5 milliard de dirhams à titre de contribution des régions, a bénéficié d’une vague de solidarité sans précédent de la part des particuliers et des institutions publiques et privées.


Les axes d’intervention du ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration à la Chambre des représentants pour répondre à la question orale concernant:

« Mesures financières et économiques prises par notre pays pour faire face à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus Covid-19 »

  • Le lancement du Coronavirus Pandemic Fund et ses ressources

Soucieux de fournir les ressources financières nécessaires pour lutter contre la pandémie du virus Corona, en termes de santé et d’atténuation de ses effets sur l’entreprise nationale et sur le pouvoir d’achat des ménages marocains qui ont cessé de travailler à cause de cette crise , Sa Majesté le Roi, que Dieu le protège, a donné ses hautes instructions pour la création d’un fonds spécial pour gérer et contrôler la pandémie de Corona. Ce fonds, dont une enveloppe 10 milliards de dirhams a été allouée sur le budget général de l’État et un montant de 1,5 milliard de dirhams comme contribution des régions, a bénéficié d’une vague de solidarité sans précédent de la part des particuliers et des institutions publiques et privées.

Le total des fonds alloués à ce fonds jusqu’au vendredi 24 avril a totalisé 32 milliards de dirhams, tandis que les dépenses se sont élevées à 6,2 milliards de dirhams, dont 2 milliards de dirhams ont été alloués au ministère de la Santé pour l’achat des équipements et appareils médicaux nécessaires. pour faire face à la pandémie qui a permis d’acquérir à cette date 460 lits de soins intensifs, 580 lits d’hôpitaux standard et 410 ventilateurs. De plus, nous apporterons un soutien au Ministère de la Santé avec le financement nécessaire en fonction de ses besoins en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique dans notre pays.

Ce fonds apportera également le soutien nécessaire à l’économie nationale pour atténuer les chocs négatifs provoqués par cette pandémie liés à la réduction ou l’interruption des activités dans certains secteurs et aux pertes d’emplois.

  • Soutien au pouvoir d’achat pour une vie décente pour tous les Marocains à travers des mesures sociales

Les mesures ont été examinées par la Commission de surveillance économique lancée par le gouvernement, sur la base d’un système de suivi proactif. En effet, en ce qui concerne les travailleurs du secteur formel et les familles travaillant dans le secteur informel, les mesures suivantes:

D’abord: Le prix une redevance mensuelle nette de 2000 DH, pour la période du 15 mars au 30 juin 2020, en plus des allocations familiales et des prestations AMO, pour les salariés déclarés à la CNSS, en cas d’arrêt temporaire de travail des entreprises affiliées à la CNSS en difficulté en raison de la pandémie du coronavirus. Un décret a été adopté fixant les conditions et les règles pour bénéficier de ces avantages, ainsi que la simplification des procédures de déclaration, afin que ces déclarations puissent être effectuées chaque semaine à partir d’avril 2020.

Ces salariés bénéficieront également du report du remboursement des échéances des crédits bancaires (crédits à la consommation et logement) jusqu’au 30 juin 2020.

Et conformément aux chiffres obtenus après des déclarations formalisées sur le portail de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) pour bénéficier de la compensation accordée aux adhérents concernés, 132 000 entreprises sur 216 000 affiliées à la Caisse avoir été touché par cette pandémie et a déclaré que plus de 800 000 travailleurs et employés temporairement pas de travail. Par conséquent, le fonds Covid-19 mobilisera près de deux milliards de dirhams par mois à cette fin.

Deuxièmement : Soutenir les ménages disposant d’une carte « RAMED » pour l’assistance médicale et affectés par les conséquences de la quarantaine imposée, avec une indemnisation variant entre 800 et 1 200 dirhams, en fonction du nombre de personnes par ménage.

Après vérification de la cohérence des déclarations, le nombre de ménages concernés par ce soutien a atteint environ 2,3 millions de ménages, dont 38% en milieu rural. Par exemple, des équipes spécialisées ont été déployées pour mener à bien cette opération dans les domaines informatique et financier. Les programmes informatiques ont été développés en un temps record et ont fait du téléphone portable un moyen de communication avec les chefs de famille. Ce qui était si difficile à réaliser il y a quelques mois est devenu en quelques jours une nouvelle méthodologie adoptée par de nombreux citoyens. Et j’en profite pour saluer tous les Marocains qui ont bénéficié de ce soutien pour leur respect des règles sanitaires et pour leur discipline. Environ 16 000 points d’assistance ont été mis à disposition à cet égard, y compris des distributeurs automatiques de billets. Nous ne pouvons qu’être fiers du grand succès de cette opération qui, jusqu’au dimanche 26 avril, a pu distribuer plus de 80% de l’aide financière aux ménages touchés à travers le Maroc, y compris les zones rurales, en pleine conformité avec les exigences sanitaires imposées. conditions. Ce processus bat son plein.

Troisièmement: soutenir les familles du secteur informel qui ne bénéficient pas du programme « RAMED », avec des frais similaires à ceux de leurs cartes RAMED. Après avoir vérifié la cohérence des déclarations faites sur le site www.tadamoncovid.ma, le nombre de ménages touchés par cette opération était de 2 millions. La distribution effective de cette aide a déjà commencé le jeudi 23 avril.

Par exemple, 4,3 millions de familles actives dans le secteur informel bénéficieront du soutien du fonds spécial Covid mis en place aux Hautes Instructions Royales.

  • Soutien au TBME, aux PME et aux professions libérales

Outre les mesures prises en faveur des travailleurs quittant temporairement le travail et des ménages travaillant dans le secteur informel, la commission du contrôle économique a pris une série de mesures pour aider les entreprises touchées par cette pandémie, en particulier les MPME, PME et professions libérales. Je voudrais en particulier mentionner les mesures suivantes:

  1. Octroi d’une allocation mensuelle nette de 2 000 dirhams pour le compte de travailleurs affiliés à la CNSS, temporairement inactifs alors que le paiement des cotisations sociales est suspendu jusqu’au 30 juin 2020;
  2. Report du remboursement des échéances des prêts bancaires et de ceux avec crédit-bail jusqu’au 30 juin;
  3. Activation d’une ligne de crédit supplémentaire par la GCC pour les sociétés dont les flux de trésorerie se sont dégradés du fait de la baisse de ses activités, notamment les sociétés actives dans le secteur immobilier. Ces mesures sont largement appréciées, tant par les particuliers que par les entreprises. À ce titre, les statistiques jusqu’au vendredi 24 avril sont les suivantes:
  • Les demandes de report de remboursement des échéances des emprunts bancaires et celles liées aux crédits-baux se sont élevées à 416 000 demandes, soit 33 milliards de dirhams. A noter que 310 000 demandes ont été traitées et acceptées, 5% ont été rejetées et les autres demandes sont encore en phase d’étude.
  • S’agissant des prêts exceptionnels garantis par l’État à travers Damane Oxygène, fondée pour soutenir les entreprises dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 500 millions de dirhams, ils ont atteint 9000 prêts pour un montant total de plus de 3,7 milliards de dirhams, dont 124 ont été rejetés, soit moins de 1,5%.
  1. Permettre aux entreprises dont le chiffre d’affaires pour l’exercice 2019 est inférieur à 20 millions de dirhams, si elles le souhaitent, de bénéficier du report de la production des déclarations fiscales jusqu’au 30 juin 2020;
  2. Suspension des contrôles fiscaux et ATD jusqu’au 30 juin 2020;
  3. Report du compte de résultat pour les particuliers qui le souhaitent de fin avril au 30 juin 2020;
  4. Exonération d’impôt sur toute allocation supplémentaire versée par leur employeur aux salariés affiliés à la CNSS, jusqu’à 50% du salaire net mensuel moyen;
  5. Mise en œuvre de mesures de flexibilité pour empêcher les entreprises recevant des marchés publics de payer des pénalités de retard de livraison dont elles ne sont pas responsables;
  6. Permettre aux entreprises publiques d’unir à distance leurs mécanismes de consultation dans des conditions de quarantaine, notamment en ce qui concerne la résiliation de compte;
  7. Prêt sans intérêt pouvant aller jusqu’à 15 000 dirhams pour les entrepreneurs automobiles touchés par la crise du « Covid 19 ». Ce prêt, qui est activé à partir d’aujourd’hui, peut être remboursé sur une période de 3 ans, avec un délai de grâce d’un an;
  8. Approbation d’un traitement comptable exceptionnel des dons et dépenses liés à la période d’urgence avec répartition sur une période de 5 ans.

4 fondamentaux économiques et pandémie de coronavirus

Outre les mesures prises au profit des entreprises et des travailleurs, le ministère des Affaires économiques, des Finances et de la Réforme administrative a pris des mesures pour faire face aux conséquences de la crise causée par la pandémie de coronavirus, les réserves de change de notre pays et la préservation de la capacité de notre économie à répondre à ses besoins en produits de base, alimentaires et énergétiques, notamment après la fermeture du secteur touristique et les dégâts causés aux secteurs d’exportation et la baisse attendue des transferts de résidents marocains à l’étranger (MRE ) et l’investissement étranger direct (IED).

C’est dans ce contexte que vient la mesure exceptionnelle par laquelle le Parlement a autorisé le gouvernement à dépasser le seuil d’endettement extérieur défini par la loi de financement 2020. Ceci s’ajoute au recours à la précaution et ligne de liquidité pour le retrait de 3 milliards de dollars remboursables sur une période de cinq ans, avec un délai de grâce de trois ans.

Ce dessin fait partie de l’accord sur les lignes de précaution et de liquidité, signé avec le Fonds monétaire international (FMI) en 2012 et renouvelé pour la troisième fois en décembre 2018 dans le but de l’utiliser comme assurance. contre les chocs extrêmes que le monde connaît actuellement.

Ce retrait permettra d’atténuer l’impact de cette crise sur l’économie nationale et de maintenir les réserves de change à un niveau confortable, renforçant ainsi la confiance des investisseurs étrangers et des partenaires bilatéraux et multilatéraux du Maroc dans l’économie nationale. .

Un point important à souligner est que ce montant n’affectera pas la dette publique, ce qui est une nouvelle sans précédent dans les relations financières du Maroc avec le FMI.

5-Réflexion sur la relance et la gestion des finances publiques après -Covid- 19

Le Comité de veille économique a souhaité suivre de près la situation de l’économie nationale et prendre les mesures nécessaires pour assurer sa résilience à cette crise avec la rapidité et l’efficacité requises pour la prise de décision et la mise en œuvre.

En plus des mesures immédiates prises pour soutenir les entreprises et les familles, le Comité de veille économique a décidé d’atténuer l’impact de la crise et la mise en œuvre de l’urgence sanitaire. la mise en place d’une méthodologie de réflexion proactive basée sur la définition de scénarios pouvant être mis en œuvre pour les deux prochaines phases. La première phase concerne le retour progressif des différents secteurs à la poursuite de leurs activités dans le cadre de la coordination avec la stratégie d’élimination de l’urgence sanitaire, tandis que la deuxième phase concerne la mise en place des mécanismes appropriés et renouvelables , mettant l’économie nationale sur la voie d’une croissance forte et durable dans le monde après la crise de Covid-19. Il ne fait aucun doute qu’un nouveau départ solide pour l’économie nationale ne peut être atteint qu’en mobilisant les ressources nécessaires et en veillant à ce que leur utilisation donne la priorité à l’économie nationale et aux citoyens marocains. . Et c’est ce que nous faisons actuellement dans le cadre de rencontres avec les différents ministères, afin de gérer de manière optimale les dépenses publiques en cette période exceptionnelle et de les orienter vers les priorités liées à la gestion de la crise. de la pandémie de coronavirus et de créer les conditions d’une impulsion économique pour la phase post-crise à travers le soutien des entreprises nationales et du produit national et le maintien de la valeur ajoutée locale.

Certes, l’approche proactive avec laquelle le Maroc a géré la crise, sous la sage direction de Sa Majesté le Roi, que Dieu le protège, a été acclamée au niveau international et le dynamisme qui s’est manifesté dans notre pays dans cette circonstance présente des leçons complètes et des exemples positifs. À cet égard, le retour de l’esprit de citoyenneté responsable, le rétablissement de la confiance dans ses multiples dimensions, ainsi que le renforcement des liens de solidarité sont autant de valeurs de transcendance et de progrès qui doivent être préservées et renforcées.

Dans cette circonstance exceptionnelle, qui nous oblige à nous renier et à nous consacrer au bien commun, nous devons tirer parti de ces valeurs et préparer l’avenir sur la base de performances positives, ce qui en fait le fondement du modèle de développement de notre pays a tous les ingrédients et les capacités pour sortir victorieux de cette crise, sous la direction clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’aide.

CONTINUER