Accueil » News » Cuisiniers, préposés à l’entretien, personnel administratif … Ces non-soignants sont indispensables pour les hôpitaux et les maisons de repos

Cuisiniers, préposés à l’entretien, personnel administratif … Ces non-soignants sont indispensables pour les hôpitaux et les maisons de repos

  • par

Depuis le début de la pandémie, la plupart des agents non sanitaires travaillant dans les maisons de retraite et les hôpitaux ont poursuivi leurs missions en coulisses car sans ces institutions, ces institutions ne seraient pas en mesure de prodiguer des soins aux patients et aux résidents. Comme pour leurs collègues de première ligne, leur vie quotidienne a été perturbée ces dernières semaines.

Elise, agent de service à l’hôpital

En milieu hospitalier, et encore plus, l’entretien et la désinfection sont essentiels. Depuis le 18 mars, une équipe de nuit a été créée au CH d’Issoire – de 20h00 à 08h00 – notamment pour le service de radiologie. C’est Elise Roche, qui a travaillé dix ans à l’agence, qui a été mandatée pour cette tâche.

Désinfecter les zones de recherche, même la nuit

Les manipulateurs radio peuvent être appelés à effectuer des scanners sur les patients suspects de Covid. Il pourrait être 23 heures ou 3 heures du matin… La pièce devrait être propre », souligne-t-elle.

Après chaque passage, les salles d’examen sont peignées comme des cabines d’urgence. « Nous faisons le mobilier, les murs, les poignées … Le nettoyage est une grande responsabilité, nous ne pouvons pas nous permettre de le faire à mi-chemin. »

« Nous y sommes habitués procédures spécifiques pour certaines infections. Mais nous devons nous équiper encore plus pour cela. C’est effrayant parce que nous ne savons pas qui est infecté ou non. Nous sommes prudents car nous ne voulons pas être arrêtés, nous voulons rester dans l’équipe. « 

Elise Roche (Agent de service hospitalier, CH Issoire)

Quels accords ont été conclus à l’hôpital d’Issoire pour faire face à Covid-19? (Mars 2020)

Olivier, technicien informatique chez Issoire CH

Olivier Ronzeau, technicien informatique au CH d’Issoire.

Le mois dernier, le technicien et un ingénieur responsable du service informatique se sont relayés au CH Paul Ardier. Olivier Ronzeau explique: « Nous continuons nos tâches habituelles: sauvegarde des données, protection contre les attaques … Mais nous travaillons sur de nouveaux domaines depuis l’arrivée du virus. »

Faciliter les soins aux patients et les garder en contact avec leurs proches

Premièrement, mettre à jour le logiciel informatique pour tenir compte des soins et de l’hospitalisation dans le service Covid-19. Puis la mise en place du télétravail pour le personnel qui en profite. Et récemment, la disponibilité des pavés tactiles a été offerte aux résidents de la maison de retraite Paul-Ardier, aux patients en soins continus et aux patients en soins palliatifs.

Myriam, animatrice dans un Ehpad

Myriam Chavarot, animatrice au foyer de soins Vic-le-Comte.

Dans la maison de retraite Vic-le-Comte, Myriam Chavarot n’est pas inconnue des 66 résidents. C’est elle qui leur propose chaque jour des activités adaptées à leurs besoins et envies. «Le matin, nous sommes plutôt en individuel ou en petits groupes avec des exercices de mémoire», explique l’hôte qui travaille dans cet établissement depuis plus de deux ans.

Maintenir une connexion sociale

L’après-midi est généralement consacré aux animations de groupe. Mais parce qu’elles ne sont pas possibles pour le moment, Myriam a dû ajuster ses pratiques. « Nous appelons les familles depuis les chambres, nous promenons dans le jardin, nous manucurons ou nous discutons simplement. Certaines personnes ne veulent pas d’activités, juste une présence. »

« On sait qu’on n’est jamais en sécurité »: loin des grandes villes, le virus corona s’inquiète aussi de cet Ehpad du Puy-de-Dôme (avril 2020)

Ludovic, responsable achats logistiques chez Issoire CH

« Notre travail est toujours en cours et pour le moment nous sommes approchés par tous les départements. La logistique est au centre de tout. »

Ludovic Astier (Responsable des achats – logistique)

Les équipes gèrent les achats de l’établissement – stockés en magasin – ainsi que le linge sale et les déchets.

Gérer le matériel, la distribution et la bonne distribution

« Dans le magasin on retrouve tous les articles hospitaliers: équipements, équipements médicaux mais aussi protection individuelle. Au début c’était compliqué car c’est ce que l’on dépense le plus et comme tous les hôpitaux dont on a besoin en même temps … » Il fallait répondre à la demande! « Nous avons pu rencontrer le CHU, entre autres. »

Julie, secrétaire médicale au service médical et chirurgical du CH Paul Ardier

Julie Gobiet, secrétaire médicale au CH van Issoire.

Les secrétaires médicaux sont au CH d’Issoire, dont 18 Ehpad. « Nous avons joué un rôle plus important dans la téléphonie ces dernières semaines, car la plupart des consultations et des interventions chirurgicales non urgentes ont dû être déprogrammées », a déclaré Julie Gobiet.

Rassurez les patients

«Il fallait donc rassurer les patients sur la continuité de leurs services médicaux» et mettre en place une nouvelle organisation. « La téléconsultation a été développée dans certaines disciplines comme l’anesthésie, la chirurgie digestive ou la gynécologie. Les échographies et la consultation en début et en fin de grossesse ont été maintenues pour les femmes enceintes. Le plus difficile pour elles est de ne pas être accompagnées … »

Laurent, cuisinier au CH d’Issoire

Laurent Barrot dans les cuisines du Centre hospitalier d’Issoire.

650 repas sont préparés quotidiennement à l’hôpital d’Issoire. En cuisine, le travail est devenu plus compliqué depuis le début de l’incarcération. « Les première et deuxième semaines se sont plutôt bien passées, mais maintenant nous commençons à avoir des problèmes d’approvisionnement. Nous devons changer les menus à la dernière minute quand on apprend que nous ne livrons pas. Ce n’est pas facile à gérer », explique Laurent Barrot. à.

Repenser les repas pour faciliter le service

Le service de restauration a été repensé pour faciliter le travail des agents et réduire le risque de propagation du virus. « Il n’y a qu’un seul menu. Les patients et les résidents de la maison de repos mangent tous dans leur chambre. Le personnel reste mais il peut accueillir 25 personnes au lieu de 60. Nous nous organisons par roulement. »

Chocolat, fleurs, masques … Un coup de pouce solidaire pour l’hôpital d’Issoire pendant un mois (avril 2020)

Monique, assistante administrative dans un Ehpad

Monique Plagne, directrice adjointe de la maison de retraite Vic-le-Comte.

Depuis son bureau, Monique Plagne n’a pas souvent de contact avec les résidents de la maison de retraite Vic-le-Comte. Ses missions sont davantage des tâches administratives et la gestion du personnel.

Relier la direction, les employés et l’extérieur

Ressources humaines, comptabilité, contact avec les parties prenantes … Depuis 31 ans, elle fait le lien entre la direction du site, les salariés – entre cinquante et soixante – et l’extérieur.

Comme eux, « depuis la détention des résidents », de nombreux travailleurs ont ajusté leurs horaires pour faciliter la distribution des repas. Elle explique: « Je laisse aussi les habitants manger, on prend le temps de discuter. Je ne l’ai pas fait avant, ça me permet de les connaître. »

Isabelle, pharmacienne au CH d’Issoire

Isabelle Daures est l’une des deux pharmaciennes du Centre hospitalier d’Issoire. Leur mission principale est la gestion de l’approvisionnement en médicaments et matériels stériles. Comme beaucoup de succursales de l’établissement, la pharmacie a rencontré des problèmes de livraison. « Cela fait longtemps que nous ne vivons pas … Nous le ressentons encore plus avec l’épidémie mondiale », se plaint-elle.

Anticiper la pénurie de médicaments

Dès les premiers jours, l’équipe a anticipé la pénurie de médicaments en faisant un point avec les soignants. « Nous avons essayé d’évaluer des produits stratégiques, même s’il était difficile pour l’opération de savoir ce qui serait réellement utilisé. »

Isabelle Daures, pharmacienne Centre Hospitalier d’Issoire.

Depuis lors, leur travail se fait jour après jour. « Nous recherchons des remplacements de références, pour aider les autres sites, nous augmentons les quantités pour qu’il y ait une gestion des stocks régionale voire nationale. »

Bref, à la pharmacie, comme pour les autres services:

Nous nous engageons à faire en sorte que nos collègues médecins et infirmiers aient tout ce dont ils ont besoin!

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus

Lisa Douard