Accueil » News » Covid-19: Le bonus de 1000 € promis par Gérald Darmanin doit être attribué à tous les enseignants

Covid-19: Le bonus de 1000 € promis par Gérald Darmanin doit être attribué à tous les enseignants

  • par

Depuis le lundi 16 mars, date à laquelle les écoles, collèges et lycées ont été officiellement fermés pour protéger la population française de Covid-19, les enseignants, qui sont la fonction publique à distance, ont certainement continué à faire un travail exceptionnel. Jean-Michel Blanquer a salué à plusieurs reprises leur engagement en le soulignant à juste titre lors de la crise sanitaire « Les enseignants ont fait preuve d’un engagement exemplaire pour assurer la continuité de l’éducation. » Il ajoute: « Toutes les familles sont conscientes du travail des enseignants et des compétences dont il a besoin. Les parents reconnaissent plus que jamais la valeur de ce métier. »

Le rôle essentiel des enseignants

Il est vrai que la grande majorité des enseignants, même les plus allergiques au numérique, ont joué le jeu depuis le début de l’incarcération pour continuer à prendre soin et à maintenir leurs élèves au travail. Ils ont même pu travailler rapidement pour créer des activités en ligne, organiser des vidéoconférences, concevoir du contenu amusant et interactif comme des quiz et des questions à choix multiples, ou même corriger des devoirs et des exercices en renvoyant des e-mails. De plus, ils ont régulièrement contacté les parents pour s’assurer qu’aucun élève n’était laissé à lui-même. Cet engagement a certainement permis à de nombreux enfants et adolescents de continuer à progresser et à progresser dans le programme, tout en maintenant un lien privilégié avec leurs enseignants, ce qui leur a sans aucun doute permis de surmonter les problèmes psychologiques qui sont causés par la fermeture des écoles.

Tous les enseignants, pas seulement ceux qui s’occupent des enfants des soignants, sont dans cette situation

Qu’il suffise de dire que nous ne pouvons que saluer le remarquable investissement des Hussards noirs de la République, qui ont accompli et continuent de faire un travail admirable sous la supervision de cadres supérieurs et d’inspecteurs de l’éducation attentifs. Certes, dans quelques années, les historiens se souviendront que, comme les médecins, les infirmières, les assistants, les caissiers, les livreurs, les agriculteurs, les éboueurs, la police, les chauffeurs de camion et même les chauffeurs de bus, pendant la crise de Covid-19, les professeurs ont apporté une contribution majeure à la aider la nation française à garder la tête hors de l’eau en poursuivant de façon étonnante ses missions d’intérêt général.

Cependant, le gouvernement d’Edouard Philippe a récemment annoncé par l’intermédiaire de son ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, qu’une prime exonérée d’impôt pouvant aller jusqu’à 1 000 euros serait accordée à un employé de l’État sur cinq, soit environ 400 000 personnes; ce qui exclut immédiatement les enseignants qui sont environ 871 000. Seuls les enseignants qui continuent de classer les enfants d’aidants devraient en bénéficier; il s’agit d’une dérogation dans la mesure où le gouvernement indique en même temps que les fonctionnaires devraient également être impliqués dans le télétravail à domicile. Tous les enseignants, et pas seulement ceux qui s’occupent des enfants des soignants, sont dans cette situation.

Les professeurs ne comprendraient pas que leur dévouement au service de la République et de la France soit tellement ignoré

Il ne s’agit évidemment pas de minimiser les revenus des professeurs qui se sont engagés à accueillir les enfants de médecins, d’infirmières ou d’infirmières auxiliaires dans les établissements d’enseignement, mais en ces temps difficiles l’engagement de tous les enseignants qui ont travaillé deux ou trois circonstances souvent difficiles pour honorer leur mission. De plus, beaucoup ont engagé des frais importants pour effectuer leurs missions à distance, comme un abonnement à un téléphone pour rester en contact avec les parents ou l’achat de matériel informatique pour assurer la continuité de l’éducation. Par ailleurs, quel employeur autre qu’Education a demandé à ses salariés de télétravailler sans leur donner les moyens matériels et techniques de le faire? Certainement pas, mais les professeurs n’ont rien dit et se sont mis en quatre pour faire de leur mieux.

Reconnaissance des enseignants

Par conséquent, en concertation avec les syndicats d’enseignants, cette prime devrait être symboliquement attribuée à tous les enseignants, de sorte que pendant la crise de Covid-19, l’État français reconnaisse l’admirable dévouement de ces derniers. En effet, les professeurs ne comprendraient pas que leur dévouement au service de la République et de la France soit autant ignoré. De plus, ils ne comprendraient pas que cette prime devrait être payée à certains et pas à d’autres. En ces temps déjà difficiles, créer de l’amertume dans la faculté alors que la société française a besoin d’unité serait sans aucun doute une destruction politique durable.

La République doit en effet rendre hommage à toutes ces femmes et ces hommes qui contribuent largement à l’édification de la société de demain

Si Emmanuel Macron souhaite renouer avec un corps enseignant particulièrement maltraité depuis le début du mandat de cinq ans, il devrait en profiter pour témoigner son respect à ce dernier. Malgré la réforme des retraites dont ils ont été les principales victimes, les enseignants espèrent toujours que leur position sera enfin reconnue par le président de la République. Il ne reste plus qu’à Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer à s’en emparer. La République doit en effet rendre hommage à toutes ces femmes et à tous ces hommes qui, par leur éducation, apportent une contribution majeure à l’édification de la société de demain. C’est une opportunité ou jamais.


En savoir plus sur le coronavirus avec « Marianne »